( AFP / CHANDAN KHANNA)

Covid-19: non, la FDA n'a pas déclaré que le vaccin tue plus de monde que le virus

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

La FDA a-t-elle déclaré que les vaccins tuent plus de gens qu'ils n'en sauvent ? Cette affirmation a été très largement partagée dans plusieurs langues sur les réseaux sociaux en une semaine, en s'appuyant sur une vidéo publiée par l'Agence sanitaire américaine (la FDA). Problème : la personne qui tient ces propos ne fait pas partie de l'Agence et ne s'exprime pas en son nom, comme l'a rappelé la FDA elle-même.

"URGENT !! LES BOMBES TOMBENT CE MATIN !! APRÈS UNE VISIO DE PLUS DE 8H SUR LEUR CHAINE YOUTUBE, LA FDA RETOURNE SA VESTE ET COMMENCE À SE PROTÉGER EN DÉVOILANT LES VÉRITÉS", lancent des internautes sur Facebook et Twitter en français, affirmant qu'"ILS (la FDA) ONT DÉCLARÉ: NOUS TUONS PLUS DE GENS QUE NOUS N'EN SAUVONS AVEC CES INJECTIONS".

A l'origine de ces affirmations ? Un tweet de la généticienne Alexandra Henrion-Caude, diffusé sur son compte le 19 septembre 2021 : "Réveil de la FDA après un live de 8h. Vers 4h21 'nous tuons plus de gens que nous n'en sauvons avec ces injections", assène l'ex-directrice de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Capture d'écran Twitter prise le 22 septembre 2021

Dans les commentaires en réponse, certains internautes s'insurgent : "Terrifiant", "Même la FDA le reconnaît", "C'est tout de même la FDA qui vous l'annonce !", comprenant visiblement que l'agence américaine est à l'origine de cette affirmation.

D'autres reprennent au contraire la scientifique : "ce n'est pas une information, c'est un gros fake".

Qu'en est-il ?

Alexandra Henrion-Caude renvoie vers une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de la FDA (Food and Drugs Administration), l'agence américaine du médicament. Il s'agit d'une réunion publique d'un comité consultatif de l'agence, dédié à la vaccination et notamment à la question de l'opportunité d'une 3e dose de vaccin anti-Covid.

Après une journée de débats, ce comité consultatif de la FDA s'est prononcé en faveur de l'administration d'une 3e dose du vaccin Pfizer à tous les Américains de plus de 65 ans ou à risque mais contre son injection à l'ensemble de la population, un revers pour le président Biden qui voulait lancer une campagne de rappel.

A environ 4 heures et 21 minutes, alors que la parole est donnée au public assistant à la réunion (en ligne), un homme prend la parole. Il s'agit de Steve Kirsh, un entrepreneur américain. Il n'est ni médecin, ni expert médical. C'est lui qui affirme que le vaccin tue plus de personnes qu'il n'en sauve. Mais il ne s'exprime en aucun cas au nom de la FDA.

Capture d'écran du profil LinkedIn de Steve Kirsh, prise le 22 septembre 2021

Et c'est l'agence elle-même qui le dit: "les déclarations faites par M. Kirsch lors de la partie publique de la réunion n'avaient pas de base scientifique et vont à l'encontre de la mission de santé publique de la FDA", a déclaré à l'AFP Abigail Capobianco, attachée de presse de l'agence américaine du médicament.

Les données des autorités sanitaires américaines ne viennent pas non plus appuyer son affirmation. Steve Kirsch fait plusieurs fois référence au VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System), une base de données nationale de surveillance des vaccins, gérée à la fois par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (les CDC).

Cette base de données "contient des informations sur des remontées non vérifiées d'événements indésirables (maladies, problèmes de santé et/ou symptômes)", intervenus après une injection. Tout le monde peut soumettre un signalement, selon la description de la base de données fournie par les CDCs.

Capture d'écran du site des CDCs américains, prise le 23 septembre 2021

Abigail Capobianco précise que: "la FDA exige des soignants qu'ils signalent au VAERS tout décès survenu après une vaccination contre le Covid-19, même s'il n'est pas certain que le vaccin en soit la cause".

"Les rapports d'événements indésirables au VAERS après une vaccination, y compris les décès, ne signifient pas nécessairement qu'un vaccin a causé un problème de santé", a-t-elle poursuivi.

"Plus de 380 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été administrées aux États-Unis du 14 décembre 2020 au 13 septembre 2021. Pendant cette période, le VAERS a reçu 7 653 rapports de décès de personnes ayant reçu un vaccin Covid-19", selon la porte-parole.

Le Dr. Jeffrey Morris, directeur du département de bio-statistique à l'école de médecine de Perelman, de l'Université de Pennsylvanie, juge la "logique scientifique de M. Kirsch extrêmement bancale", et estime que son témoignage utilise à mauvais escient les cas de décès contenus dans le VAERS, en les traitant comme s'ils devaient être "présumés causés par le vaccin jusqu'à preuve du contraire".

Le Dr. Alison Galvani, directrice du centre d'analyse et de modélisation des maladies infectieuses de l'université Yale, juge de son côté les affirmations de M.Kirsch "dangereusement erronées", affirmant qu'elles "vont à l'encontre de la littérature scientifique évaluée par les pairs, qui démontre l'efficacité et la sécurité des vaccins contre le Covid-19 qui sont actuellement administrés aux États-Unis."

Par ailleurs, contrairement à ce que peuvent laisser entendre ces publications, la FDA continue de promouvoir la vaccination pour lutter contre la pandémie de Covid-19, comme lors de cette intervention du Dr. Janet Woodcock, directrice par intérim de la FDA, 4 jours après le comité consultatif au cours duquel Steve Kirsch s'est exprimé.

Le site FactNCurious, collectif citoyen qui publie entre autres sur son site des articles de vérification, a également consacré un article à cette question.

VACCINS COVID-19