( AFP / LUIS ROBAYO / LUIS ROBAYO)

Non, les stocks d'ivermectine n'ont pas été "confisqués" en Martinique et ne sont pas "en rupture" à Marseille

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

L'ivermectine aurait été "confisquée" dans les Antilles françaises et serait "en rupture" à Marseille, d'après ce qu'avance un homme dans une vidéo partagée une dizaine de milliers de fois sur Facebook en 48 heures. C'est infondé : la Direction générale de la santé, un représentant de l'Ordre régional des pharmaciens ainsi que la préfecture, l'Agence régionale de santé et trois pharmacies de Martinique ont démenti ces affirmations. En Martinique, les pharmaciens ont cependant rapporté des pénuries de ce médicament dernièrement, dues à une hausse de la demande.

Dans une vidéo tournée et publiée en direct sur Facebook le 21 août, en pleine manifestation anti-pass sanitaire à Marseille, un homme, affirmant avoir discuté avec un pharmacien, explique que l'ivermectine, habituellement utilisée contre des parasites comme la gale, et prônée par certains médecins comme efficace contre le Covid-19, bien que cela ne soit pour l'heure pas prouvé, est "en rupture de stock" dans cette ville.

"Le constat, c'est qu'ils ne peuvent plus commander d'ivermectine, sur leur logiciel : rupture de stock", lance-t-il avant d'ajouter que "tous les stocks d'ivermectine dans les DOM-TOM, Guadeloupe et Martinique, ils ont été confisqués par l'Etat".

Cette vidéo a depuis été partagée environ 10.000 fois et vue à plus de 43.000 reprises.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 23/08/2021

A Marseille, "pas de rupture de stocks"

Le président de l'Ordre régional des pharmaciens PACA-Corse Stéphane Pichon a démenti le 23 août auprès de l'AFP l'hypothèse de la rupture de stock d'ivermectine en métropole.

"J'ai vérifié, et sur tous les différents génériques d'ivermectine nous n'avons pas de rupture de stocks", a-t-il expliqué à l'AFP le 23 août.

"Il y a eu de la demande, mais pas de ruée sur l'ivermectine", a-t-il précisé, rappelant qu'il s'agit d'un "médicament uniquement disponible sur ordonnance, avec une obligation de prescription médicale."

Dans les Antilles, pas de "confiscation"

En Martinique en revanche, trois pharmacies de Fort-de-France contactées par l'AFP ont fait part le 23 août de "pénuries" ou "ruptures de stock chez les grossistes", rappelant que "sur une île, le stock n'est pas extensible".

Toutes notent des "grosses demandes" pour le médicament, mais démentent les rumeurs de "confiscations".

L'Agence Régionale de Santé de Martinique, interrogée par l'AFP le 23 août, réfute également toute saisie du médicament, ajoutant que "même si on voulait réquisitionner l'ivermectine, nous n'avons pas ce pouvoir."

La préfecture du territoire ultramarin abonde : "C'est une fake news que le préfet et le directeur général de l'ARS ont démenti à plusieurs reprises".

Sur ce territoire, le taux d'incidence, qui correspond au rapport entre le nombre de nouveaux cas et la population, sur 7 jours glissants équivalait environ à 960 pour 100.000 habitants. En Guadeloupe, il dépassait même 1.977 pour 100.000 habitants au 19 août. En moyenne en France, ce taux équivalait à 225 pour 100.000 habitants, selon les données de Santé Publique France.

Le dernier point épidémiologique du gouvernement du 19 août qualifiait la situation de "très critique en Martinique et en Guadeloupe".

La préfecture de Martinique rappelle que sur ce territoire, "les indicateurs sont (enfin) à la baisse", mais que "la situation reste difficile en milieu hospitalier où le nombre de patients Covid reste élevé : 591 dont près de 100 en réanimation, et 13 décès en 24 heures".

La Direction générale de la santé, interrogée par l'AFP au sujet des pénuries à Marseille et des réquisitions dans les Antilles, affirme de son côté le 23 août qu'"aucune mesure prise par les pouvoirs publics ne permet de fonder cette rumeur relative à la suppression de l’ivermectine en pharmacie".

L'efficacité de l'ivermectine contre le Covid discutée

L'efficacité de l'ivermectine contre le Covid-19 n'est par ailleurs pour l'heure pas démontrée. Comme le précisait cet article, des études sont toujours en cours pour évaluer son efficacité, bien que le médicament soit autorisé contre le Covid dans plusieurs pays, comme en Bolivie ou en Afrique du sud, ou encore en Bulgarie, en République tchèque et en Slovaquie.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) déconseillent ainsi d'utiliser l'ivermectine pour traiter le Covid en dehors des essais cliniques, en "attendant que davantage de données soient disponibles".

Aux Etats-Unis, l'agence du médicament, la FDA met en garde contre l'utilisation de l'antiparasitaire pour le Covid sur une page dédiée en affirmant que "prendre des doses importantes de ce médicament est dangereux et peut créer de graves dommages", et a déconseillé le 21 août aux internautes de prendre ce médicament sur Twitter.

COVID-19