Fertilité, allergie, surinfection : attention à ces affirmations trompeuses sur les vaccins ARNm

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Dans une vidéo partagée des milliers de fois en plusieurs langues sur Facebook depuis le début de l'année, le microbiologiste thaï-allemand Sucharit Bhakdi met en garde contre le vaccin Pfizer/BioNTech. Selon lui, il comporte des risques majeurs pour la santé. Mais plusieurs de ses affirmations sont trompeuses ou infondées.

Diffusée le 21 mai sur la page "Les Médiateurs By Colères Des Rues", cette intervention télévisée a été partagée plus de 8.000 fois. Une version plus longue circule également dans des publications en polonais (1, 2) depuis le début de l'année.

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 27 mai 2021

La publication en français souhaite mettre en garde contre les "vaccins ARN" avec le témoignage de ce scientifique, présenté comme l'un "des plus grands microbiologistes du monde".

Sucharit Bhakdi est un microbiologiste retraité et ancien professeur à l'Université Jan Gutenberg de Mayence en Allemagne, où il a travaillé au sein du Département de microbiologie et d'hygiène médical.

La vidéo virale est tirée de son intervention, le 6 décembre 2020, dans l'émission hebdomaire "Corona Quartet", diffusée par la chaîne de télévision autrichienne "Servus TV", dans laquelle il s'en prend au vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19.

Des propos erronés sur les vaccins tenus par Sucharit Bhakdi dans d'autres vidéos ont déjà été vérifiés par le média américain USA Today et le site de fact-checking italien Facta.

Dans un communiqué du 10 octobre 2020, le département de microbiologie et d'hygiène médicale de l'université Jan Gutenberg a annoncé "prendre ses distances avec les positions adoptées par M. Bhakdi" au sujet de la pandémie, qu'il considère comme "trompeuses ou fausses".

Revenons sur les déclarations du microbiologiste dans cette vidéo de deux minutes.

Le vaccin "peut provoquer des réactions allergiques très graves" - Manque de contexte

M. Bhakdi dit que l'un des risques liés à la vaccination ARNm contre le Covid, et plus particulièrement par le vaccin Pfizer, est l'apparition "de réactions allergiques très graves".

Il est vrai que ces vaccins, comme de nombreux autres médicaments, peuvent provoquer des effets secondaires. Mais dans la grande majorité des cas, ils sont temporaires et sans gravité, selon l'agence des médicaments américaine.

Une étude publiée dans la revue scientifique New England Journal of Medicine, portant sur 44.820 personnes qui ont participé la troisième phase des tests du vaccin Pfizer, détaille les effets secondaires signalés par les sujets.

La réaction la plus fréquemment rapportée lors de l'administration du vaccin était la douleur au site d'injection. Des rougeurs ont également été signalées. Certains ont parlé de fatigue et de maux de tête (respectivement 59% et 52% après la deuxième dose chez les personnes plus jeunes et 51% et 39% chez les personnes âgées). Les personnes ayant reçu un placebo ont également signalé ces symptômes.

Dans l'ensemble, les effets secondaires étaient légers et ont disparu après un court laps de temps. L'étude a conclu à une efficacité vaccinale de 95% face au Covid-19, chez les personnes âgées de plus de 16 ans. 

En France, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) assure la surveillance de ces effets secondaires et publie des points de santé réguliers (ici le plus récent diffusé le 27 mai).

Après plus de 20 millions d'injections au 20 mai avec le vaccin Pfizer, l'ASNM a relevé "19 535 cas d'effets indésirables", tout en précisant qu'une "majorité des effets indésirables sont attendus et non graves". 

Concernant la survenue potentielle "d'une réaction allergique grave",  l'Agence européenne des médicaments a annoncé dans un communiqué "qu'il y a eu un très petit nombre de cas d'anaphylaxie depuis que le vaccin a été utilisé dans les campagnes de vaccination".

Selon l'ASNM, ce nombre s'élève au 21 mai à 279 en France pour le vaccin Pfizer. L'agence n'a pas fait pas état de décès parmi les personnes touchées par ces réactions allergiques.

Selon de nombreux experts interrogés par l'AFP (1,2,3), en tenant compte de ces effets secondaires, la balance bénéfice/risque est clairement favorable à la vaccination.

Le vaccin favorise l'apparition d'autres maladies  – "Extrêmement improbable"

Le microbiologiste Sucharit Bhakdi affirme ensuite que le vaccin contre le Covid-19 peut entraîner l'apparition d'une multitude d'autres maladies dans l'organisme et notamment le déclenchement d'une "réaction immunitaire explosive".

"Il n'y a aucune preuve d'une telle affirmation", a dit à l'AFP le professeur Joanna Zajkowska du Département des maladies infectieuses de l'Université de médecine de Białystok, en Pologne. "Il peut y avoir des réactions locales comme des rougeurs ou des douleurs articulaires, mais aucune maladie causée par le vaccin contre le Covid-19 n'a été recensée dans la littérature scientifique", a-t-elle ajouté.

Le risque qu'un vaccin soit associé à une pathologie plus sévère porte un nom: le VAED, pour "Vaccine-associated Enhanced Disease", en français "maladie aggravée associée à la vaccination"

A ce sujet lire note article Il est hautement improbable que les vaccins à ARN "tuent par tempête cytokinique"

Les doutes sur les dangers des vaccins ne sont pas nouveaux : "Cela vient du traumatisme du vaccin contre le virus VRS (contre la bronchiolite, NDLR) dans les années 1960", a expliqué à l'AFP Nicolas Dauby, spécialiste en maladies infectieuses au CHU Saint-Pierre et chercheur au FNRS. "Certains enfants vaccinés avaient fait des maladies plus sévères" -  entraînant la mort de deux d'entre eux.

Depuis, ce risque est surveillé de très près, a expliqué Nicolas Dauby. "Aujourd'hui, on sait quels types d'anticorps peuvent provoquer ces maladies ; les essais vaccinaux qui arrivent sur le marché induisent des anticorps hautement neutralisants qui provoquent une réaction immunitaire contrôlée, donc il est extrêmement improbable que les personnes vaccinées développent une maladie hautement inflammatoire". 

Le vaccin cause l'infertilité - Infondé

Selon Sucharit Bhakdi, un autre danger lié à la vaccination est le développement d'une maladie auto-immune qui pourrait entraîner "l'infertilité chez la femme". 

Selon plusieurs experts interrogés par l'AFP dans cet article, les vaccins à ARNm ne provoquent pas de maladies auto-immunes.

"Les maladies auto-immunes peuvent être la conséquence d'une ou plusieurs mutations de l'ADN. Le processus par lequel ces mutations apparaissent n'a rien à voir avec l'ARN messager", avait ainsi expliqué Thalia García Téllez, spécialiste et chercheuse en maladies infectieuses et vaccinologie à l'hôpital Cochin de Paris.

La théorie selon laquelle le vaccin pourrait causer des problèmes de fertilité est extrêmement répandue sur les réseaux sociaux, comme l'explique cette dépêche.

Rien ne vient l'étayer à ce jour et elle est même plus qu'improbable, ont expliqué plusieurs spécialistes à l'AFP dans cet article publié mi-décembre 2020.

Une étude sur l'animal dans laquelle le vaccin Pfizer a été administré avant et pendant la gestation, n'a relevé aucun effet indésirable lié au vaccin sur la fertilité et le développement du foetus, explique le fabricant sur son site.

Une étude d'avril publiée dans le New England Journal Of Medecine portant sur 35.691 femmes enceintes vaccinées "n'a mis en évidence aucun risque particulier" sur leur santé. L'AFP a également vérifié des affirmations similaires ici

Traduction et adaptation :
Covid-19 VACCINS