Non, cette image ne prouve pas une mise en scène de "faux blessés" à Gaza, elle a été retouchée

La guerre entre Israël et le Hamas a causé des milliers de morts depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre et les représailles de l'armée israélienne sur la bande de Gaza. Depuis le début de la campagne militaire d'Israël contre l'enclave palestinienne, de nombreuses images et vidéos sont détournées afin d'affirmer - à tort - que les morts et les blessés palestiniens à Gaza sont mis en scène pour émouvoir l'opinion. L'une d'entre elle montre deux Palestiniens blessés en chaise roulante, l'un d'eux avec trois jambes. Mais sur le cliché d'origine, retrouvé par l'AFP, et sur des images de la même scène filmée par le média Al jazeera, le même homme n'a bien que deux jambes. La troisième a été ajoutée a posteriori pour faire croire à une mise en scène. 

Au moins 1.200 personnes ont été tuées le 7 octobre par le Hamas en Israël et environ 240 personnes -dont des enfants- emmenées comme otages dans la bande de Gaza, selon les derniers chiffres officiels israéliens, et plus de 33.000 personnes tuées par les attaques menées en représailles à Gaza par Israël, dont une majorité de civils et près de la moitié d'enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas. 

Dans ce contexte, depuis le début du conflit, de nombreuses images fausses ou détournées sont relayées par des internautes, souvent pour décrédibiliser l'un des deux camps. Parmi les infox récurrentes, de nombreuses publications assurent que de faux cadavres de civils palestiniens seraient utilisés pour émouvoir l'opinion.

C'est le cas d'une image montrant deux personnes en fauteuil roulant. L'un des deux blessés a eu une troisième jambe, preuve d'une mise en scène pour les internautes qui partagent  l'image sur X (ex-Twitter) (1, 2) et sur Facebook(1, 2, 3) en français et en anglais.

Image
Capture d''écran prise le 8 avril 2024 sur Facebook

D'autres internautes assurent que l'image a été générée par intelligence artificielle. 

Image
Capture d''écran prise le 8 avril 2024 sur X

Mais cette image a été retouchée : l'AFP a retrouvé la photo d'origine qui montre deux Palestiniens blessés avec chacun deux jambes. 

Une photo prise à l'hôpital al-Chifa

Une recherche inversée permet de retrouver une occurrence plus ancienne de l'image, publiée le 1er avril sur X (ex-Twitter) où on voit le même homme blessé mais avec deux jambes. Une troisième jambe a été donc ajoutée a posteriori à l'image (lien archivé).

Selon les publications dans lesquelles apparaît l'image, il s'agit de blessés assiégés au sein de l'hôpital al-Chifa de la ville de Gaza.

En légende est écrit le nom du photographe Mahmoud Shalha.

Contacté par l’AFP le 6 avril, Mahmoud Shalha confirme avoir pris cette image le 1er avril au complexe hospitalier d'al-Chifa après le retrait de l'armée israélienne.

"Je me suis dirigé vers l'hôpital al-Chifa pour documenter" la scène, a-t-il expliqué à l'AFP, rapportant que les blessés avaient été assiégés pendant 14 jours"sans nourriture, eau, médicaments ou aucun soin médical. Les blessures initialement légères sont devenues des blessures graves à cause de ce qu'ils ont subi".

"Les deux jeunes hommes sur la photo font partie des blessés", a-t-il encore poursuivi.

Une recherche permet de retrouver la même scène que celle du cliché. Les deux mêmes hommes sont filmés à partir de 3'19, dans un reportage d'Al jazeera publié sur leur chaîne Youtube le 1er avril (lien archivé).

Le reportage faisait témoigner des blessés au complexe hospitalier d'al-Chifa après le retrait des forces israéliennes.

Le plus grand hôpital de Gaza a été réduit à une "coquille vide" parsemée de dépouilles humaines par la dernière opération israélienne contre lui, a dénoncé le 6 avril l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Les forces israéliennes se sont retirées de l'hôpital al-Chifa de la ville de Gaza le 1er avril, après une opération de deux semaines, durant laquelle elles ont déclaré avoir lutté contre des combattants palestiniens à l'intérieur de ce qui était le plus important complexe médical du territoire palestinien.

Une mission dirigée par l'OMS a pu accéder à l'hôpital vendredi, a indiqué cette agence des Nations unies. 

"Al-Chifa, autrefois l'épine dorsale du système de santé à Gaza, n'est plus qu'une coquille vide avec des tombes" a écrit le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sur X. 

Dans un communiqué, l'OMS indique qu'il n'y avait plus aucun patient dans l'hôpital, où "de nombreuses tombes peu profondes" ont été creusées à l'extérieur du service des urgences et des bâtiments administratifs et chirurgicaux.

Seuls 10, sur 36 des principaux hôpitaux de Gaza, sont encore partiellement fonctionnels, selon l'OMS.

Vous souhaitez que l'AFP vérifie une information?

Nous contacter