"Il faut éviter de me toucher" : attention à cette vidéo de Jean-Luc Mélenchon sortie de son contexte

Copyright AFP 2017-2023. Droits de reproduction réservés.

Des internautes relayent une vidéo montrant Jean-Luc Mélenchon lancer aux personnes qui l'entourent, lors d'une apparition publique : "Il faut éviter de me toucher là, les gens !" A en croire ces publications, la séquence montrerait le dégoût du candidat de la France insoumise (LFI) pour le "peuple". Si ces images sont authentiques, elles sont sorties de leur contexte. Elles n'ont pas été filmées pendant la campagne actuelle, mais en septembre 2020, à Marseille, au moment où la ville subissait un rebond épidémique du Covid-19. Jean-Luc Mélenchon avait explicitement demandé à garder ses distances par respect des gestes barrières, comme le confirme à l'AFP la journaliste de "La Provence" à l'origine de ces images.

En pleine dernière ligne droite de la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon s'est-il montré réticent à l'idée de rencontrer de trop près ses électeurs potentiels ? C'est ce qu'affirment, sur les réseaux sociaux, de nombreuses publications (1, 2, 3) relayant une même vidéo.

Dans cette séquence de six secondes filmée en pleine rue, le candidat de la France insoumise (LFI), porteur d'un masque chirurgical, au même titre que le petit groupe de personnes qui l'entourent, s'exclame : "Il faut éviter de me toucher là, les gens !"

Et alors qu'une femme se presse contre lui pour prendre un selfie, il amorce un mouvement de recul tout en lançant : "Je viens juste de dire qu'il faut éviter de me toucher !"

De quoi susciter de nombreux commentaires critiques chez certains internautes - notamment parmi des pages Facebook de soutien à Eric Zemmour - partageant ces images : "Jean-Luc Mélenchon se présente comme le défenseur du peuple mais n’aime visiblement pas le contact avec celui-ci", "Mélenchon, l’Union populaire mais pas trop", "Hé les gens ! Je veux vos voix, mais lâchez-moi la grappe. Ma personne est sacrée"...

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 31 mars 2022

Mais si cette vidéo est authentique, elle est sortie de son contexte : elle n'a pas été filmée au cours de la campagne actuelle, mais lors d'une visite de Jean-Luc Mélenchon à Marseille, en septembre 2020, en plein rebond de l'épidémie de Covid-19, alors qu'il appelait à respecter les gestes barrières.

Une vidéo filmée par "La Provence" le 17 septembre 2020

Cette séquence a été filmée par "La Provence", comme l'indique la présence du logo du quotidien régional sur le coin supérieur droit de la vidéo.

On la retrouve notamment sur les comptes YouTube, Facebook et Twitter du journal, dans des publications datées du jeudi 17 septembre 2020, qui indiquent en légende : ""Je vous ai demandé de ne pas me toucher" ! Jean-Luc Mélenchon était présent ce matin à Marseille et a demandé aux personnes souhaitant prendre des photos avec lui de garder leurs distances".

Seule la légende accompagnant la vidéo sur le site du quotidien précise pourquoi Jean-Luc Mélenchon refusait de se faire toucher par les personnes qui l'entourent : "Ce matin, à l'occasion de la manifestation de rentrée organisée à Marseille, Jean-Luc Mélenchon était présent. Il a rappelé aux personnes qui souhaitaient prendre des photos avec lui, de garder de garder leur distance, en période de Covid."

"Jean-Luc Mélenchon était un peu tendu sur le respect des gestes barrières"

Contactée par l'AFP, l'autrice de ces images, Héloïse Penica, la journaliste de "La Provence" qui avait couvert la visite de Jean-Luc Mélenchon ce jour-là, confirme qu'il était "un peu tendu sur le respect des gestes barrières" : "C'était l'une des premières manifestations post-confinement. Jean-Luc Mélenchon avait commencé sa visite en s'adressant aux médias dans un pôle dédié au sein d'une tente, où il nous avait déjà demandé de garder nos distances et de mettre notre masque, et il devait ensuite rejoindre le cortège pour discuter avec ses organisateurs tranquillement pendant la manifestation."

"La vidéo a été tournée au moment où il quittait le pôle médias et où des personnes sont venues le voir pour faire des photos avec lui. Elles étaient assez nombreuses et c'est là qu'il leur a demandé de ne pas le toucher par rapport aux gestes barrières. Jean-Luc Mélenchon a ensuite rejoint le cortège, où nous avons pu le suivre par petits groupes de journalistes, mais il était protégé par son staff pour éviter justement que des personnes ne viennent le voir ou lui demander des photos. Il n'arrêtait pas de se laver les mains au gel hydroalcoolique pendant la manifestation", poursuit la journaliste, en rappelant qu"à cette époque, on ne disposait pas encore du vaccin contre le Covid et que le masque n'était pas beaucoup porté à Marseille".

Une vidéo filmée en pleine recrudescence de l'épidémie de Covid dans les Bouches-du-Rhône

La présence du député LFI des Bouches-du-Rhône dans le cortège de cette manifestation marseillaise, lors d'une journée nationale de mobilisation pour emploi et les hausses de salaires, coïncidait en outre avec une période d'importante reprise épidémique du Covid-19 dans la région.

Le 14 septembre, en réaction au taux d'incidence de la maladie de 300 pour 100.000 dans certains départements de la région et à une situation "très préoccupante", le préfet des Bouches-du-Rhône, Christophe Mirmand, avait adopté une série de mesures de freinage : extension du port du masque dans certaines communes au taux d'incidence particulièrement élevé, interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans les parcs et sur les plages, limitation des visites dans les Ehpad, jauge à 1.000 personnes dans les salles de spectacle...

Lors de sa visite à Marseille, Jean-Luc Mélenchon avait d'ailleurs évoqué la situation sanitaire, comme le rapportait Europe 1 : "Il apparaît curieusement qu’aucune leçon n’a été tirée après la première vague. Je suis inquiet de découvrir, à mesure qu’on parle de la montée d’une deuxième vague, qu’il y a des imprévisions incroyables et un manque d’organisation."

Le 29 octobre, malgré les mesures prises localement dans différentes régions, la France entamait un second confinement national pour tenter d'enrayer l'épidémie de Covid-19.

Jean-Luc Mélenchon, député LFI des Bouches-du-Rhône, le 17 septembre 2020 à Marseille, au sein du "pôle médias" installé pour l'occasion (archive). ( AFP / CHRISTOPHE SIMON)

Emmanuel Macron, précédemment visé par des accusations semblables à partir d'images sorties de leur contexte

Jean-Luc Mélenchon n'est pas la première personnalité politique à être accusée de répugner au contact de ses concitoyens sur la base d'images sorties de leur contexte. En 2017, entre les deux tours de l'élection présidentielle, lors d'une visite à l'usine Whirpool d'Amiens, le candidat Emmanuel Macron s'était vu interpeller par une salariée du groupe qui lui reprochait de refuser de "serrer la main" aux ouvriers.

Emmanuel Macron s'était défendu de cette fausse accusation, alimentée à la fois par un article parodique du Gorafi intitulé "Emmanuel Macron : « Quand je serre la main d’un pauvre, je me sens sale pour toute la journée »" - qui avait connu un regain de visibilité la veille de sa visite à Amiens - et par l'utilisation hors contexte d'images du documentaire "Macron, la stratégie du météore" diffusé en novembre 2016 sur France 3.

Alors qu'on y voyait, dans la séquence complète, l'ancien ministre de l'Economie se laver les mains en voiture après avoir manipulé des anguilles lors d'une visite d'élevage, des internautes en relayaient le seul passage filmé en voiture en affirmant qu'il montrait Emmanuel Macron juste après avoir salué plusieurs ouvriers.

Présidentielle 2022