Cette vaccination à blanc d'un ministre belge fait partie d'un test grandeur nature et n'est pas destinée à tromper la population

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo partagée plus d'un millier de fois sur Facebook et Twitter depuis fin mars montre le ministre flamand Bart Somers mimer une vaccination, avec une seringue dont le capuchon n'est pas enlevé. Les internautes dénoncent une "mascarade", destinée à tromper le public. C'est faux : le capuchon a été laissé intentionnellement sur l’aiguille car cette vidéo a été prise dans le cadre d'une simulation réalisée début février dans un centre de vaccination en Flandres, afin d'en tester la logistique. Ni les autorités ni les médias ne l'ont présentée comme une réelle vaccination.  

"Donc en Belgique, on injecte le vaccin à un ministre en laissant le capuchon sur la seringue, les infirmières n’utilisent plus de gants, et appuient sur le point d’injection sans protection", s'indigne cette internaute sur Twitter. La vidéo qu'elle partage montre Bart Somers, ministre de l'Intérieur du gouvernement régional flamand, recevoir une injection. Mais un zoom de la caméra montre que le capuchon de la seringue semble être resté en place. L'auteure de ce tweet qualifie la scène de "belle mascarade". 

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 30/03/2021

Ce tweet a été partagé plus de 1.000 fois depuis le 27 mars. La vidéo circule également sur Facebook, où elle a été relayée plusieurs centaines de fois en quelques jours en France, en Belgique et en Suisse.

Dans les commentaires, les internautes dénoncent une "manipulation mondiale", une "mise en scène" destinée à convaincre la population de se faire vacciner. 

Captures d'écran réalisées le 29/03/2021 sur Facebook

Cette vidéo n'est pas censée montrer une réelle vaccination, comme l'avait précisé Bart Somers à l'AFP le 4 février 2021. Elle est extraite d'un reportage sur un test grandeur nature effectué le 1er février 2021 dans un centre de vaccination flamand à Bilzen, dans la province du Limbourg. 

Cette simulation, à laquelle ont participé des dizaines de figurants et Bart Somers, était destinée à tester les capacités logistiques du centre et à anticiper d'éventuels problèmes avant le début de la vaccination.

Un test grandeur nature avant le début de la vaccination 

Cette vidéo a également circulé en néerlandais et avait déjà été vérifiée par l'AFP début février. Dans les commentaires des publications néerlandophones, des internautes évoquaient le centre de vaccination de Bilzen, dans le Limbourg.

En effet, en tapant des mots-clés sur un moteur de recherche, on retrouve un article (payant) d'un quotidien flamand, Het Laaste Nieuws, qui évoque un "dry-run", un test grandeur nature, qui s'est tenu dans un centre de vaccination début février. Cinquante personnes, dont Bart Somers, ont joué les figurants pour tester le système de vaccination du centre. 

Cet événement a également été rapporté dans la presse francophone, comme dans l'Echo, qui écrivait le 2 février 2021 : "Un premier test à vide (dites: "dry-run") a été effectué ce lundi, à Bilzen dans le Limbourg, monopolisant une cinquantaine de volontaires. De quoi mettre à jour les améliorations à apporter au processus". 

La vidéo partagée dans ces publications est extraite d'un reportage de la VRT, la radio-télévision flamande, qui l'a diffusé dans son journal de 19h le 1er février 2021. Le replay n'est plus disponible en ligne, mais le sujet a été partagé par Bart Somers sur sa page Facebook le même jour. L'extrait commence à 1'35. 

En légende de cette publication, Bart Somers a écrit : "Le centre de vaccination De Kimpel à Bilzen a été testé de façon approfondie aujourd'hui lors d'un test à blanc. Avec 50 volontaires et figurants, ils ont examiné les domaines qui peuvent être améliorés. Ainsi ils pourront commencer (la vaccination, ndlr) dès que les vaccins arriveront. Pour être clair : je n'ai pas reçu une vraie injection". 

Interrogé le 4 février 2021, Bart Somers avait confirmé à l'AFP n'avoir pas été vacciné ce jour-là : "Plusieurs centres de vaccination organisent des tests à vide pour vérifier que tout se passe bien. Ils peuvent ainsi voir combien de temps il faut pour vacciner une personne et s'il y a de grandes files d'attente. Il est irresponsable et dangereux que des personnes profitent de ce moment pour diffuser de fausses informations", avait-il alors déclaré par e-mail.  

Le centre de vaccination a été installé dans un gymnase de la ville de Bilzen. Depuis la déclaration de Bart Somers à l'AFP, le centre a vacciné 11.193 personnes (au 28 mars).

Vaccination en Belgique 

En Belgique, au 28 mars 2021, plus d'un million de personnes avaient reçu une première dose de vaccin, soit 13% de la population, selon les chiffres de l'Institut de Santé publique Sciensano. 5% de la population, plus de 500 000 personnes, avaient reçu deux doses. 

La vaccination a débuté dans le pays fin décembre, mais a connu des ralentissements dûs à des retards de livraisons et des problèmes logistiques, rapporte la RTBF. La vaccination se déroule en plusieurs phases, présentées dans ce graphique du Commissariat corona du gouvernement. 

Alors qu'une manifestation contre les mesures sanitaires a eu lieu à Liège ce week-end, le Premier ministre Alexander de Croo a assuré sur la RTBF dimanche 28 mars que la Belgique recevrait "dans les trois mois qui viennent" 7,4 millions de doses de vaccin. 

CORONAVIRUS Vaccins