Attention, cette photo de soignantes a été détournée de son sens d'origine

Des publications partagées des milliers de fois sur les réseaux sociaux montrent une photo de soignantes effectuant des doigts d'honneur, accompagnée d'un message hostile aux partisans d'Emmanuel Macron. La photo a été détournée "à des fins politiques", explique son auteure à l'AFP.

"Pour toi qui vote [sic] Macron et qui nous applaudis à 20h", peut-on lire sur l'une de ces publications Facebook, partagée près de 7.000 fois en trois jours.

Cette image a aussi été relayée par des personnalités publiques, comme Vikash Dhorasoo, ancien footballeur et ex-candidat aux élections municipales à Paris.

(capture d'écran réalisée sur Twitter le 23 mars 2020)

Dans les commentaires de ces publications, des internautes redirigent vers la page Facebook "Des mots pour soulager nos maux", qui a diffusé l'image, sans le filtre violet et le texte incrusté, le 18 mars à 00h50.

"Petit message pour ceux qui ne veulent pas rester chez eux et se croient plus forts que le reste du monde", peut-on lire en légende.

Nous n'avons pas trouvé de publication antérieure à celle-ci.

Contacté par l'AFP, l'administrateur de la page Facebook a affirmé qu'il s'agissait de la première publication relayant ce cliché et que celui-ci avait ensuite été "détourné à des fins politiques".

"Elle m'a été transmise par une aide-soignante qui souhaitait envoyer un message contre le coronavirus", a-t-il ajouté.

Il nous a ensuite mis en relation avec l'auteure du cliché, qui a souhaité garder l'anonymat.

Aide-soignante dans la région Auvergne-Rhônes-Alpes, elle a déclaré avoir pris la photo le 17 mars, à environ 14 heures, ce que confirment les métadonnées du cliché, transmis à l'AFP.

(Capture d'écran réalisée sur Metapicz, le 23 mars 2020)

"Notre photo a été volée, retouchée et utilisée à des fins politiques contre le gouvernement et contre les citoyens", a-t-elle regretté. "Nous ne voulions en aucun cas cracher sur (le) président et les citoyens en cette période très compliquée (...) c’était un message pour dire 'fuck' au coronavirus", a-t-elle expliqué.

La semaine dernière, une autre photo virale montrait un groupe de soignants, posant cette fois avec une affiche dénonçant des violences policières... mais il s'agissait d'un photomontage.

Le nouveau coronavirus, qui avait fait plus de 15.000 morts dans le monde le 23 mars à 12h, selon un décompte AFP, continue de susciter un flot ininterrompu de fausses informations largement relayées sur les réseaux sociaux. Voici la liste des articles de vérification de l'AFP en français.

François D'Astier