Attention, cette "note d'information" du ministère de l'Intérieur est un faux

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un document présenté comme étant une "note d'information" de la Direction générale de la sécurité civile circule sur les réseau sociaux depuis la mi-novembre. Celle-ci évoque un "troisième confinement" en mars 2021, qui sera suivi d'une "campagne de vaccination massive". Il s'agit d'un faux, a affirmé à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

Partagée sur des dizaines de pages Facebook différentes, cette note est présentée par certains internautes comme une "fuite".

Capture d'écran Facebook prise le 18/11/2020

"Le Conseil de Défense ayant statué pour un troisième confinement au 12/03/2021, un climat contestataire ne saurait être admis avant le déconfinement du printemps 2021, sans quoi la campagne de vaccination massive ne pourra sucsiter [sic] un consentement populaire", peut-on lire sur cette prétendue note datée du 10 novembre 2020.

Capture d'écran Facebook prise le 18/11/2020

Interrogée mardi 17 novembre, la Direction générale de la sécurité civile a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un "faux".

La note "ne correspond pas à la charte graphique des documents de la sécurité civile", et "les thématiques abordées ne sont pas du ressort de la Direction générale de la sécurité civile", a-t-elle souligné.

"Sortie progressive du confinement"

"Des dispositions de freinage", c'est-à-dire des mesures de restriction, "perdureront" après le confinement, a déclaré mardi 17 novembre le Premier ministre Jean Castex, en précisant que l'épidémie de Covid-19 devrait être "gérée plus dans la durée".

Du confinement actuel, "nous en ferons une sortie progressive", a encore prévenu le chef du gouvernement, tout en se disant incapable "en l'état de dire quel sera le curseur de cette progressivité".

Le Premier ministre a rappelé qu'une échéance au 1er décembre avait été fixée par Emmanuel Macron afin de revoir ou non les modalités de l'actuel confinement.

"On fera les annonces dès que nous aurons calé les décisions" mais "il faut que les taux d'incidence continuent d'être orientés à la baisse, que les services de réanimation soient moins saturés", a-t-il souligné. 

Le gouvernement se penche par ailleurs sur la question de la vaccination, après l'annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech puis par la société américaine de biotechnologie Moderna d'une efficacité de leurs vaccins supérieure à 90%.

"On prépare une campagne de vaccination pour être prêts au moment où un vaccin sera validé par les autorités de santé européennes et nationales", a expliqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en acquiesçant à la possibilité d'une campagne dès le début de l'année.

Nous travaillons "en termes de logistique (...) pour pouvoir commencer la vaccination au début de l'année 2021 (...) si le vaccin est efficace et sûr", a complété Olivier Véran.

CORONAVIRUS