Le député Eric Ciotti, mercredi 28 mars 2018 sur RTL (DR / Dailymotion / RTL / AFP)

Terrorisme: la France, "première cible au monde" ? Rien ne permet de l'affirmer

Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, a affirmé mercredi sur RTL que la "France est sans doute la première cible au monde en matière de terrorisme" : rien ne permet de l'affirmer, même si la France est particulièrement touchée par le phénomène.

"La France est sans doute la première cible au monde en matière de terrorisme" a lancé le député mercredi matin sur RTL, tout en assurant que "prétendre que le risque zéro n'existe pas, prétendre qu'on peut éviter tel ou tel attentat, je n'irai jamais sur ce terrain et je n'y suis jamais allé".

Les statistiques sont pourtant formelles : la France n’est pas le pays le plus “ciblé” ou “affecté” par le terrorisme. Selon l’Indice du terrorisme mondial 2017 (Global Terrorism Index*), calculé sur la base de statistiques de 2016, année de l'attentat de Nice qui a fait 86 morts, la France se classe en 23e position des Etats les plus touchés par le phénomène.

La France arrive très loin derrière l’Irak, l’Afghanistan, la Syrie, le Nigeria et le Pakistan, qui occupent les cinq premières places de l’index et ont totalisé à eux seuls les trois quarts des morts liées au terrorisme en 2016 (19.229 morts pour ces cinq pays).

Pour effectuer leur classement, les auteurs de ce rapport de référence publié en novembre dernier par l'Institute for Economics & Peace (IEP) ont croisé plusieurs données pour chaque pays :
- le nombre total d’attaques terroristes perpétrées au cours de l’année
- le nombre total de décès causés par des attaques terroristes
- le nombre total de blessures dues à des attaques terroristes
- le total des dommages à la propriété dus à des attaques terroristes.

Si la France se classe en 23e position au niveau mondial, les auteurs du Global Terrorism Index soulignent que la France a été en 2016 le “pays en paix” le plus affecté par le terrorisme.

Parmi les pays de l’OCDE, [la France] est celui qui a connu le plus grand nombre de morts ces trois dernières années [entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2017, NDLR], totalisant 43% des décès”, ajoutent les auteurs.

L’Indice du terrorisme mondial 2018 n’a pas encore été publié, mais le nombre de morts liées au terrorisme a reculé en France depuis 2017 : sept personnes ont été tuées dans des attentats en quinze mois.

En 2017, “la France a été le pays le plus visé en Europe occidentale avec 5 attentats, 6 tentatives et 20 projets d’attentats”, relève cependant le Centre d’analyse du terrorisme dans son bilan du terrorisme en Europe. Mais ailleurs dans le monde, des pays comme l’Irak, l’Egypte ou la Somalie ont connu des attaques faisant plusieurs centaines de morts.

Et si 20 attentats ont été déjoués en France l’an dernier, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, d’autres pays - y compris occidentaux - en ont déjoué autant voire plus que la France ces dernières années, montre l’Indice du terrorisme mondial (voir graphique).

Attaques perpétrées (rouge) et déjouées (gris) dans différents pays de l'OCDE entre 2014 et 2017, selon l'Indice du terrorisme mondial (Institute for Economics and Peace / GTI / AFP)

Dernier point : la France est-elle le pays le plus ciblé par la propagande jihadiste ? “C’est un des pays les plus visés”, estime Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme (CAT) interrogé par l'AFP, mais au même titre que les “Etats-Unis et la Grande-Bretagne”.

En plus d’être le théâtre des attentats les plus sanglants, “les Etats du Moyen-Orient sont les premiers ciblés par les vidéos de propagande”, conclut-il.

*L’index GTI, lancé en 2012 et qui utilise des données regroupés par la Global Terrorism Database, une base de données de l'université américaine du Maryland, étudie l'évolution des attaques terroristes dans 162 pays depuis 2000.

Rémi Banet