Johannesburg, le 2 septembre 2019 (Michele Spatari / AFP)

Sur les réseaux sociaux, des vidéos anciennes pour alerter sur les violences xénophobes en Afrique du Sud

Les émeutes xénophobes et meurtrières qui ont secoué ces derniers jours l'Afrique du Sud ont déclenché une vague de réactions inquiètes et indignées sur les réseaux sociaux. Des images anciennes ou filmées dans d'autres pays ont été relayées des milliers de fois par des internautes souhaitant alerter sur ces violences.

Depuis le début des violences dirigées contre les étrangers dimanche 1er septembre, au moins sept personnes ont été tuées et près de 300 arrêtées en Afrique du Sud. Des dizaines de magasins appartenant à des étrangers ont également été détruits.

Des actes xénophobes nourris notamment par le fort taux de chômage (29%) et la pauvreté qui touchent la première puissance industrielle du continent.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes alertent sur la situation, utilisant parfois des vidéos sorties de leur contexte.

1.Fausse fusillade dans un township

"Je condamne avec dernière énergie ces actes de tuerie et barbarie en Afrique du Sud", écrit mercredi 4 septembre un utilisateur de Twitter qui se qualifie dans sa biographie d'"avocat" et "dignitaire d'Etat".

(capture d'écran twitter du 5 septembre 2019)

La vidéo qui accompagne ce tweet, vue près de 12.000 fois selon le compteur Twitter, montre un échange de tirs dans ce qui ressemble à un township sud-africain.

Mais il s'agit du tournage d'une fiction : la même scène, filmée sous un autre angle et retrouvée par l'AFP sur Facebook, laisse apparaître des techniciens et caméramans. Cette vidéo, plus longue, montre également la foule féliciter les acteurs après leur scène.

2.Incendie en Inde

"Quelle tragédie en Afrique du Sud", affirme un autre utilisateur de Twitter en diffusant mercredi 4 septembre une vidéo montrant de nombreuses personnes sautant d'un immeuble ravagé par les flammes.

(capture d'écran twitter du 5 septembre 2019)

Cet incendie ayant coûté la vie à au moins 19 étudiants a bien eu lieu, mais en Inde le 24 mai dernier. L'immeuble en flammes dans la vidéo est reconnaissable sur une photo prise par un photographe de l'AFP ce jour-là.

(AFP / Str)

3.Explosion d'un camion-citerne

"Que le monde entier ne dise pas qu'on ne sait pas ce qui se passe en Afrique du Sud", s'indigne une publication en français partagée près de 3.000 fois sur Twitter depuis mercredi 4 septembre et qui a été supprimée jeudi.

(capture d'écran twitter du 5 septembre 2019)

La vidéo qui l'accompagne -très violente-, dure 30 secondes et montre un bâtiment et des arbres en feu mais également des corps humains entièrement brûlés -floutés par l'AFP dans la capture d'écran ci-dessus- et des motos carbonisés.

Elle a été filmée après l'explosion meurtrière d'un camion-citerne en Tanzanie, le 10 août dernier. Il est notamment possible de retrouver le bâtiment en arrière-plan sur la capture d'écran ci-dessus dans un reportage de la chaîne Al Jazeera disponible sur Youtube.

(capture d'écran youtube du 5 septembre 2019)

On peut également retrouver l'homme en rouge qui porte le brancard à l'avant de la capture d'écran du tweet supprimé à 1'57" du reportage d'Al Jazeera. Des brancards identiques à ceux utilisés dans la vidéo détournée sont également visibles à 2'02".

4.Un homme brûlé vif

Des tweets partagés des milliers de fois cette semaine montrent un homme en feu au milieu d'une foule le regardant brûler. Ces derniers affirment qu'il s'agit d'un des épisodes des violences xénophobes qui touchent l'Afrique du Sud depuis quelques jours.

C'est notamment le cas de la publication en anglais ci-dessous, floutée par l'AFP car extrêmement violente.

(capture d'écran twitter du 5 septembre 2019)

Plusieurs médias sud-africains comme The Times ou News24 avaient écrit sur ce fait divers en janvier 2019, en diffusant la même vidéo. 

"Deux hommes ont volé le sac à main d'une femme et ont été rattrapés par la foule (...) l'un des deux suspects a été brûlé vif et est mort à l’hôpital", avait expliqué un porte-parole de la police de Johannesburg, rapporte The Times.

Cet évènement a bien eu lieu en janvier dernier, a confirmé jeudi 5 septembre 2019 à l'AFP Vish Naidoo, porte-parole de la police nationale sud-africaine.

Notre équipe de fact-checking en Afrique du Sud a passé au crible d'autres vidéos qui ont été détournées. Leurs articles sont disponibles en anglais ci-dessous :

-https://factcheck.afp.com/video-south-african-minister-blasting-immigration-was-filmed-2017-and-hes-been-replaced

-https://factcheck.afp.com/old-picture-does-not-show-reprisal-recent-xenophobic-violence-south-africa

-https://factcheck.afp.com/xenophobic-violence-south-africa-watch-out-old-photos-are-circulating-online

François D'Astier