Une capture d'écran d'une publication erronée du site lesobservateurs.ch, le 3 septembre 2018 (DR / AFP)

Sur des sites d'extrême droite, des propos inventés du patron de la Ligue arabe sur les migrants

Des propos prétendument extraits d'une interview du patron de la Ligue arabe évoquant une fermeté des pays arabes sur la question des migrants par rapport à une supposée souplesse européenne ont été inventés et diffusés par des sites d'extrême droite, et ensuite notamment partagés par le député RN Louis Aliot.

Le site LesObservateurs.ch a publié le 29 août un article "Interview du président de la Ligue arabe : « Pourquoi les migrants ne vont-ils pas dans les pays arabes riches ? »". Partagé au moins 12.000 fois sur les réseaux sociaux, l'article a notamment été diffusé plus de 1.000 fois sur Facebook suite à un partage du député Rassemblement national (ex-FN) des Pyrénées-Orientales Louis Aliot.

Il s'agit en fait d'une traduction d'un blog hongrois anti-immigration, "Bádog - Bayer Zsolt blogja". L'auteur de ce billet de blog hongrois explique avoir vu un entretien "très intéressant à la télévision chinoise": "Ahmed Aboul Gheit, le président de la Ligue arabe, était interviewé par Tian Wei", une présentatrice chinoise.

A la question "pourquoi ces migrants ne vont-ils pas chez vous ?", le président de la Ligue arabe aurait répondu : "Parce que nous ne sommes pas une destination pour les migrants (destination country). Mais nous sommes ouverts". Une réponse étrange, alors même que deux pays membres de la Ligue arabe, la Jordanie et le Liban, ont été parmi les pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés syriens.

Les pays membres de la Ligue arabe (AFP)

Le Liban estime à environ 1,5 million le nombre de réfugiés syriens sur son sol - dont près d'un million sont inscrits auprès de l'ONU - pour une population locale de 4,5 millions.

En Jordanie, quelque 650.000 réfugiés syriens ont été enregistrés auprès des Nations unies, mais les autorités évaluent leur nombre total à près d'1,3 million sur une population de près de 10 millions d'habitants.

Dans la suite de l'entretien, d'autres déclarations sont attribuées à Ahmed Aboul Gheit: il louerait une politique d'immigration restrictive des pays arabes face à celle présentée par les sites d'extrême droite comme souple et naïve des pays européens. "L'Europe de l'Ouest finira par se réveiller et regarder la situation telle qu'elle est. Il faudrait que les dirigeants de l’Europe de l’Ouest soient envoyés à Doha au Qatar ou encore en Arabie saoudite pour demander l’asile dans ces pays pour qu’ils expérimentent +sur leur propre peau+ ce que je viens de dire. Là, ils se réveilleraient !", aurait dit le secrétaire général de la Ligue arabe. 

Interrogé sur cette phrase spécifique concernant le Qatar et l'Arabie saoudite, un haut responsable de la Ligue arabe a déclaré à l'AFP sous couvert d’anonymat qu'Aboul Gheit n'"avait jamais dit cette phrase dans son interview à la télé chinoise. Cette phrase est d’ailleurs incompréhensible".

Dans les différentes versions de l'interview (14 minutes ou 17 minutes) publiées par le réseau chinois CGTN (China Global Television Network, qui réunit les chaînes en langues étrangères de la télévision nationale), il n'y a en effet aucune trace d'une seule des déclarations prêtées au secrétaire général de la Ligue arabe figurant dans les prétendus extraits publiés par ces sites d'extrême droite.

Selon les vidéos de l'entretien à CGTN aujourd'hui disponibles et diffusées début juillet, Ahmed Aboul Gheit évoque la situation en Syrie et critique les gouvernements occidentaux, responsables d'après lui d'ingérence dans un certain nombre de pays de la Ligue arabe, ce qui aurait engendré un nombre important de réfugiés.

Louant l'accueil des enfants syriens dans les écoles libanaises, il explique : "Ce que nous essayons de faire est de convaincre les pays arabes, et plus particulièrement les plus riches (...), de financer les opérations d'accueil des réfugiés syriens, irakiens..."

La journaliste Tian Wei l'interroge : "Pouvez-vous faire en sorte que les pays arabes, au-delà de ceux déjà mentionnés (ndlr: Liban, Jordanie), accueillent des réfugiés ?" Ahmed Aboul Gheit répond : "Les pays arabes ne limitent pas les entrées des réfugiés. Le problème est que les réfugiés arrivent dans des pays qui sont déjà sous contrainte. Ils ont tendance à aller en Turquie, et de Turquie en Grèce et en UE, pour trouver des opportunités d'emplois et des structures pour eux-mêmes".

Voici la réponse complète, en anglais, d'Ahmed Aboul Gheit sur le sujet des migrants et diffusée sur la chaîne Youtube de CGTN.

Contactée lundi 3 septembre, CGTN n'avait pas répondu mercredi à l'AFP. Selon son entourage, joint par l'AFP, Tian Wei n'a pas souhaité faire de commentaire.

EDIT 19/09 : changement pour le référencement Google
Guillaume Daudin
Mona Salem