Des agents SNCF à la gare de Lyon, à Paris, le 12 décembre 2019 (AFP / Bertrand Guay)

Retraites : un graphique présente des différences de pensions exagérées entre régimes spéciaux et régime général

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un graphique partagé sur les réseaux sociaux pendant la mobilisation contre la réforme des retraites et provenant initialement de l'hebdomadaire Le Point présente des différences de pensions exagérées entre régimes spéciaux et moyenne des Français : le graphique compare des situations différentes.

Ce graphique, intitulé "Les Français et la retraite", a été diffusé avec pour légende "Montant de pension mensuelle brute perçue. Source : Cour des comptes 2019". Depuis le 13 décembre, au moins 4.000 personnes l'ont partagé sur Twitter et Facebook.

Capture d'écran d'une publication Facebook erronée, le 17 décembre 2019

C'est en réalité une photographie de l'hebdomadaire Le Point daté du 12 décembre 2019 (lien pour les abonnés du Point). Page 32, on retrouve ce graphique intitulé "Les Français et la retraite Des inégalités". En précision, on lit : "Montant de pension mensuelle brute perçue par différentes catégories professionnelles*" et à l'astérisque "Moyenne, en équivalent carrière complète, pour les nouveaux retraités de 2017. Source : Cour des comptes 2019"

Ce graphique compare en rouge la "moyenne des Français", qui toucheraient 1.496€ bruts mensuels de pension, aux pensionnés de la RATP (3.705€ bruts mensuels en moyenne), de l'Industrie électrique et gazière (3.592€ bruts mensuels en moyenne), de la SNCF (2.636€ bruts mensuels en moyenne), de la fonction publique d'Etat (2.206€ bruts mensuels en moyenne) et de la fonction publique hospitalière (1.904€ bruts mensuels en moyenne).

Mais en réalité, ce graphique compare deux choses différentes :

- d'un côté, la retraite réelle touchée par les Français actuellement retraités, en moyenne, et indépendamment de leur secteur ou de leur durée d'activité ;

- de l'autre, un chiffre correspondant à un cas précis : la retraite moyenne touchée par les nouveaux retraités en 2017, au sein des catégories professionnelles mentionnées, et dans le seul cas où une carrière complète a été effectuée.

Si l'on souhaite comparer les retraites au sein de divers régimes spéciaux à ceux de la moyenne des Français, il existe plusieurs manières de procéder. Voici trois d'entre elles :

La "retraite moyenne" effective des Français

La première manière est de voir quelle pension est versée concrètement en moyenne par l'ensemble des régimes comparée à celle versée par chaque régime.

Selon "le panorama des retraites 2019", un document de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), fin 2017, "la pension moyenne brute de droit direct (y compris la majoration de pension pour enfants) s'élève à 1.496 euros pour les seules personnes résidant en France". C'est le chiffre cité par Le Point concernant les Français dans leur ensemble.

Si l'on prend le même chiffre mais pour l'ensemble des Français, y compris les non résidents en France, alors il est de 1.420€ bruts. On peut dire qu'hors droits dérivés (par exemple les pensions de réversion), un Français touche en moyenne 1.420€ bruts de retraite mensuelle, voire 1.381€ si l'on retire la majoration pour enfants.

La Drees a fait le graphique qui suit pour comparer les différentes pensions effectives des régimes. On peut comparer le chiffre de 1.381€ bruts de retraite versés en moyenne sur l'ensemble des régimes aux 2.357€ versés en moyenne par la RATP, aux 2.013€ versés en moyenne par la SNCF, aux 2.047€ versés en moyenne pour la fonction publique civile de l'Etat.

(Drees)

La Drees met elle même en garde sur toute interprétation hâtive : "Les montants moyens des pensions versées par chaque régime ne permettent pas d’évaluer la situation des retraités en fonction de leur carrière (secteur public ou privé, indépendant ou salarié, par exemple), dans la mesure où un tiers des retraités dits « polypensionnés » perçoivent simultanément des pensions de plusieurs régimes (voir fiche 1)". 

La retraite moyenne des Français ayant effectué une carrière complète

L'autre méthode de comparaison, c'est en regardant les retraites moyennes versées dans le cadre de carrières complètes.

D'après la Drees, le montant mensuel brut moyen de la pension de droit direct, y compris la majoration pour enfants, était fin 2017 de 1.840€ pour l'ensemble des "retraités de droit direct d'un régime de base" ayant effectué une carrière complète.

La Cour des comptes a produit de son côté un rapport en juillet 2019 intitulé "Les régimes spéciaux de retraite de la RATP, de la SNCF et des industries électriques et gazières" qui permet d'obtenir les montants mensuels bruts moyens de pension de droit direct fin 2016 pour l'ensemble des retraités ayant eu une carrière complète dans les différentes catégories ci-dessous. 

(Cour des Comptes)

Les chiffres oscillent selon les cas entre 3.000 et 3.070€ à la RATP, 2.380€ et 3.310€ à la SNCF, 2.680€ à 3.140€ dans les IEG, 1.710€ à 1.870€ dans les hôpitaux et collectivités territoriales, et 1.690€ à 1.820€ dans le secteur privé, à comparer donc aux 1.840€ pour l'ensemble des retraités dans ce cas d'une carrière complète. Le ratio diminue par rapport au graphique du Point, même si des écarts subsistent.

Capture d'écran prise sur Facebook le 17/12/2019

Les seuls nouveaux retraités 2017

Sur le graphique du Point repris sur Facebook, les chiffres concernant les pensionnés de la SNCF, de la RATP, des Industries électriques et gazières, de la fonction publique d'Etat ou de la fonction publique hospitalière concernaient en réalité le seul cas des nouveaux retraités de 2017 ayant effectué une carrière complète.

On les trouve dans la synthèse inaugurant le rapport de la Cour des comptes, où dès les premières pages on lit que "les montants moyens de pension sont plus élevés (ndlr: dans ces régimes spéciaux) que dans la fonction publique. Pour les nouveaux retraités de 2017, la pension brute moyenne en équivalent carrière complète s’élève à 3.592 € pour les IEG, à 3.705 € à la RATP et à 2.636 € à la SNCF contre 2.206 € pour les fonctionnaires civils de l’État" et dans un tableau du même rapport, page 53.

(Cour des comptes)

Le rapport est donc bien clair sur le sujet : il s'agit d'équivalent carrières complètes et de nouveaux retraités 2017, un type particulier de carrière alors que le chiffre cité sur le graphique de 1.496€ concerne tous les types de carrières, complète ou partielle, et les nouveaux retraités aussi bien que ceux qui le sont déjà depuis plusieurs années.

Toujours grâce à la Drees, on apprend que les nouveaux retraités 2017 ont touché dans leur ensemble en moyenne 1.474€ euros de pension, majoration de pension pour enfants comprise. Mais la Drees n'avait pas pu communiquer à l'AFP dans l'immédiat ce montant moyen de pension dans le cas des nouveaux retraités 2017 ayant effectué une carrière complète.

Une comparaison plus fine

La Cour des comptes remarque que ces niveaux de pension sont "élevés dans les IEG et à la RATP, dans une moindre mesure à la SNCF" ce qu'elle s'explique "pour partie" par "des écarts de rémunération et des différences de catégorie professionnelle".

Dans son rapport, la Cour des comptes propose de tenter "d'affiner la comparaison" en comparant les pensions des ex-salariés de la RATP et de la SNCF à "ceux des anciens salariés du privé du secteur des transports". 

"Sur le champ des retraités ayant accompli une carrière complète, la pension des retraités de la SNCF et de la RATP confondus est supérieure de 24 % à celle des anciens salariés du privé dans le secteur des transports", écrit la Cour des comptes, ce qui laisse comprendre que le secteur des transports, que ce soit dans le privé ou le public, offre des pensions et des taux de remplacement supérieurs à ceux de la moyenne des Français.

Dans l'ensemble de la population, l'étude de la Drees relève en outre que 70 à 80% des hommes des générations 1926 à 1946 partent à la retraite avec une carrière complète. Chez les femmes, ce chiffre passe de 40% (génération 1926) à un peu moins de 60% (génération 1946).

Nos confrères de CheckNews ont aussi travaillé sur ces questions avec cet article.

EDIT 17/12/2019 : ajoute tableau du rapport
Guillaume Daudin