Des supporters égyptiens soulèvent un poster à l'image de Mohamed Salah, lors de Egypte-Grèce, le 27 mars 2018 (AFP / Michele Limina)

Présidentielle égyptienne: un million de voix pour le footballeur Salah ? Rien ne le prouve

De très nombreux médias étrangers et francophones ont affirmé que le footballeur égyptien Mohamed Salah, star du Liverpool FC, avait recueilli "un million de voix à la présidentielle égyptienne" de la semaine dernière. Rien n'étaye pourtant cette affirmation.

"Plébiscite de Mohamed Salah à la présidentielle" (L'Alsace.fr ; Le Dauphiné ; Dernières nouvelles d'Alsace), "un million de voix à la présidentielle égyptienne" (Sport 24/Le Figaro ; Ouest-France), "massivement plébiscité (...) avec plus d'un million d'Egyptiens" (BFMTV) ; "phénomène massif" (FranceTVInfo)...

Il y a parfois des réserves ou du conditionnel, mais de "plusieurs milliers de voix" à "un million", de nombreux médias ont assuré qu'il y avait eu un mouvement électoral massif en faveur de la star de la sélection égyptienne lors du scrutin présidentiel qui a duré de lundi 26 au mercredi 28 mars et qui a vu le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi être réélu pour un second mandat avec 97,08% des voix, selon l'Autorité nationale des élections.

Les sources supposées

De nombreux sites se renvoient les uns aux autres pour accréditer ce large engouement.

=> Les tweets

Souvent citée à l'appui, la photo contenue dans ce tweet d'un bulletin de vote égyptien corrigé du nom de Mohamed Salah:

Il y a eu en réponse cet autre tweet avec une autre photo:

Mais cela ne concerne donc que deux bulletins. Pourquoi le chiffre d'"un million ?"

L'"info" pourrait provenir de ce faux compte de la FIFA, qui a tweeté le 31 mars à 01h11 du matin ce message très rediffusé ensuite:

Au moment où ce tweet est publié, des résultats préliminaires ont été publiés par divers médias égyptiens dont le média d'Etat al-Ahram, mais aucun résultat définitif n'est connu, rappelle Emmanuel Parisse, directeur de l'AFP au Caire.

=> The Economist

Le très célèbre The Economist, parfois cité comme première source, a écrit lui que "plus d'un million d'Egyptiens ont invalidé leurs bulletins, soit environ deux fois le nombre de ceux qui ont choisi Moussa Mostafa Moussa", le seul opposant à M. Sissi. Mais l'hebdomadaire ajoute avec prudence, sous forme d'anecdote: "Certains ont raturé le nom des deux candidats et écrit à la place celui de Mohamed Salah, un footballeur égyptien populaire".

Cité ensuite par exemple par Yahoo Sports, cela devient : "Selon The Economist, plus d’un million de personnes ont ainsi +donné+ leur suffrage à la star des Reds."

=> BleacherReport

D'autres médias renvoient vers le portail américain consacré aux sports BleacherReport pour appuyer l'idée que ce seraient "plusieurs milliers" voire "un million" de voix qui se seraient portées sur Mohamed Salah. BleacherReport écrit pourtant, citant The Economist, qu'"un certain nombre de personnes" ont raturé les noms des deux candidats officiels pour mettre à la place celui de Salah, sans plus de précision.

Au final, de nombreux sites semblent faire un raccourci entre le nombre de bulletins non-conformes (environ 1,76 million de bulletins fantaisistes, non remplis, mal remplis, altérés, etc.) et les bulletins nuls sur lesquels aurait été inscrit le nom de la star des "Pharaons".

Pour certains médias, c'est du média d'Etat d'al-Ahram que viendrait l'information originale. Mais al-Ahram, dans son article original, ne citait pourtant... qu'une seule personne ayant glissé un bulletin pour Mohamed Salah.

Qu'en est-il en réalité ?

Sur le site --en arabe-- de l'Autorité nationale des élections égyptienne, qui a publié les résultats officiels, il n'y a évidemment aucune mention d'un quelconque vote pour le très populaire Mohamed Salah. On ne peut donc pas savoir si ce sont quelques voix qui se sont portées sur Mohamed Salah ou au moins "un million". 

Rappelons enfin que contrairement à l'ancien footballeur George Weah, candidat à la présidentielle libérienne élu président fin décembre, Mohamed Salah n'était même pas candidat au scrutin.

Des Egyptiens attablés à un café du Caire sous un graffiti de Mohamed Salah, le 22 mars 2018 (AFP / Fethi Belaid)

 

Guillaume Daudin
Emmanuel Parisse