Non, une enquête de l'IFOP ne dit pas que 49% de sondés sont opposés à la mobilisation contre la réforme des retraites

Des internautes s'interrogent ou dénoncent une infographie diffusée pendant une trentaine de secondes à l'antenne de la chaîne d'information BFMTV, qui montre le résultat d'une enquête de l'IFOP selon laquelle 51% des sondés se diraient favorables à la mobilisation contre la réforme des retraites, quand 49% se diraient contre. Effectivement, ce n'est pas ce que dit ce sondage. 

Cette infographie a été diffusée lors d'une émission du 19 janvier au soir, consultée par l'AFP. Alors que Benjamin Amar, membre de la direction nationale de la CGT, s'exprime lors d'un débat en plateau sur la mobilisation qui dure depuis 48 jours, un graphique apparaît à l'écran.

"Les Français et la réforme des retraites. 51% soutiennent le mouvement. 49% y sont opposés", indique le graphique de BFMTV. 

Capture d'écran de la chaîne BFMTV, prise le 21/01/2020

"BFMTV a diffusé un sondage ifop erroné", c'est "totalement faux", s'insurge un internaute sur Twitter, ensuite relayé par plusieurs autres comptes (1, 2). 

Capture d'écran Twitter prise le 21/01/2020

Que dit ce sondage ? 

Réalisée par l'IFOP pour le JDD, cette enquête a été faite au moyen d'un questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 17 janvier, auprès de 1006 personnes majeures selon la méthode des quotas précise l'institut. 

Parmi elles, une courte majorité (51%) a répondu soutenir ou avoir de la sympathie pour la mobilisation contre la réforme des retraites. En revanche, ce sont 33% des sondés qui ont répondu êtres "opposés" ou "hostiles" à la mobilisation, et non pas 49%. Les 16% de sondés restants ont répondu se sentir "indifférents"

Capture d'écran du site de l'IFOP, prise le 21/01/2020

Une "erreur" explique BFMTV

"Le visuel a été fait un peu dans l'urgence, pour illustrer rapidement la phrase d'un membre de la direction de la CGT en plateau, qui citait les 51% de soutien à la mobilisation relevés par le sondage", a expliqué la communication de la chaîne, contactée par l'AFP le 21 janvier.  

Précisons que Benjamin Amar a également cité le chiffre correct de 33% opposés ou hostiles à la mobilisation contre la réforme (selon le sondage Ipsos), au cours de l'émission.

"Il y a eu une erreur, que le redacteur en chef ce soir-là a immédiatement repéré. Il a demandé à ce qu'il soit retiré de l'antenne, et il a été présent à l'image pendant une trentaine de secondes", a expliqué la même source.

"Nous avons préparé un nouveau graphique qui intègre les différentes catégories du sondage mais nous n'avons pas encore eu l'occasion de le diffuser", a poursuivi la communication de la chaîne, qui a transmis à l'AFP ledit graphique.  

L'enquête a été réalisée après l'annonce par le gouvernement du retrait à court terme du projet de loi de l'âge pivot, ou âge d'équilibre, qui devait être introduit dès 2022 pour atteindre graduellement 64 ans en 2027. 

"Le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d'équilibre", modulable selon les carrières, avait toutefois écrit le Premier ministre Edouard Philippe dans sa lettre aux partenaires sociaux, suscitant les critiques de syndicats

Edit du 23/01 : précise par souci de clarté que c'est bien le graphique qui indique le chiffre
erroné de 49% contre
Sami Acef