Non, l'étendard de la statue parisienne de Jeanne d'Arc n'a pas été vandalisé mais est en réparation

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, des articles de Valeurs Actuelles ou encore du blog de la cathosphère identitaire "Le Salon beige", ont affirmé lundi 24 juin que l'étendard de la statue de Jeanne d'Arc de la place des Pyramides à Paris avait été "vandalisé" ou "cassé". C'est faux : en réalité, l'étendard est en réparation car il s'est "fissuré" sous l'effet du vent, a appris l'AFP du maire du Ier arrondissement et de la Direction Régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France.

"Statue de Jeanne d’Arc vandalisée à Paris : quand on s’attaque à l’une des saintes patronnes de la France, on s’attaque à tous les Français ! J’espère de tout cœur que les auteurs de ce vandalisme seront retrouvés et sévèrement punis", a tweeté lundi soir la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen.

C'est "un attentat à la dignité de tous les Français", avait tweeté plus tôt l'ancien président du parti, Jean-Marie Le Pen, le député RN Gilbert Collard dénonçant quant à lui un acte de "christianophobie".

"Cassé" pour Valeurs Actuelles. "Brisé", pour le site Le Salon Beige. "Vandalisé", pour TV Libertés - une télévision en ligne d'extrême-droite) ou le compte Twitter damocles_fr...de nombreux politiques, mais aussi de sites de droite ou d'extrême droite ont affirmé que l'étendard de la statue de Jeanne d'Arc, situé près du Louvre à Paris, avait été tout récemment dégradé.

Capture d'écran du compte Twitter de Marine Le Pen, réalisée le 24/06/2019

 

Parmi ces publications, nombreuses sont celles qui inscrivent cette supposée dégradation dans une série de récentes dégradations et/ou de "christianophobie".

La statue est un lieu de rassemblement habituel de l'extrême droite française. Jean-Marie Le Pen, cofondateur exclu du Rassemblement national, continue d'y rassembler ses troupes chaque année le 1er mai.

Jean-Marie Le Pen devant la statue de Jeanne d'Arc à Paris, place des Pyramides, le 1er mai 2019 (AFP / Jacques Demarthon)

De premiers tweets, dès le 16 juin, pouvaient laisser penser que cet étendard n'était plus en place. Le 24 juin, son absence est effectivement constatée par un journaliste de l'AFP.

La statue de Jeanne d'Arc place des Pyramides à Paris, le 24 juin 2019 (AFP / Sami Acef)

La raison de l'absence de l'étendard est tout autre: "Ce drapeau est en réparation, il était fissuré", a expliqué lundi à l'AFP Jean-François Legaret, maire (LR) du Ier arrondissement de Paris.

En cherchant sur Twitter "Jeanne d'Arc Paris", on retrouve ce tweet du 19 juin, dans lequel un ouvrier semble démonter l'étendard. Son auteur a indiqué à l'AFP avoir pris la photo le 13 juin.

"Il ne s'agit en aucune façon de dégradation ou d'acte délibéré d'un tiers, l'étendard est en restauration en atelier spécialisé, car il menaçait de tomber, il sera replacé dans les meilleurs délais" a affirmé à l'AFP Serge Brentrup, chef des architectes des batîments de France de Paris. Le retrait de l'étendard a été fait le 13 juin, a-t-il indiqué.

Une autre source à la Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France a aussi confirmé lundi à l'AFP que "le drapeau a été déposé pour réparation comme on fait beaucoup pour des statues dont on s'occupe dans tout Paris". "Il n'y a pas de dégradation. C'est le vent qui a fait bouger la partie qui représente le tissu, une partie qui commençait à se fendre", a-t-elle précisé.

EDIT : ajoute tweet de Gilbert Collard et déclaration de S. Brentrup
Edit 2 : ajoute tweet de Marine Le Pen
EDIT 3 : ajoute date du retrait de l'étendard pour le début des travaux de restauration
Guillaume Daudin
Sami Acef