Non, les douanes maliennes n’ont pas saisi une cargaison d’or en partance pour la France

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plus de 1.500 fois sur Facebook depuis le 14 juin assurent, photo à l’appui, que les douanes maliennes ont saisi une importante cargaison d’or que des soldats français auraient dissimulée dans des bouteilles d’eau afin de l’acheminer en France. C’est faux, d’après les douanes maliennes, qui nient avoir réalisé une telle opération. Selon l’armée française, qui a publié elle-même cette photo sur Facebook, cette image montre bel et bien un déchargement de bouteilles d’eau, effectué fin mai dans le cadre d’une mission de ravitaillement de l’opération Barkhane dans le nord du Mali.

"La douane malienne" a saisi "une importante cargaison d’or entre les mains des Français en destination de la France", assurent des publications partagées plus de 1.500 fois depuis le 14 juin (1234) sur des pages Facebook au Mali.

Selon les auteurs de ces publications, l'alerte aurait été lancée le même jour "dans le nord du Mali par un militaire". Arrivée sur place, la douane aurait constaté la présence de "conteneurs remplis de cartons étiquetés eau minérale".

"A la demande de la douane, les responsables auraient certifié que c’est de l’eau minérale en destination de la France". Mais "sous le coup de la contrainte, les cartons auraient été déballés, et en lieu et place de l’eau minérale, la douane aurait trouvé plutôt des tonnes d’or", prétendent ces posts.

"La France produit t-elle de l’eau minérale dans le nord du Mali où elle exploite le sous-sol malien?" interrogent les auteurs de ces publications, qui accompagnent leur message d’une photo de soldats blancs déchargeant plusieurs centaines de cartons blancs, bleus et rouges de la marque Diago, au milieu d'un paysage désertique. 

Capture d’écran Facebook, réalisée le 22 juin 2021

Dans les commentaires, des internautes fustigent la France et applaudissent le travail des autorités maliennes qui auraient selon eux arrêtés à temps les soldats français. D’autres se montrent à l'inverse sceptiques et accusent les auteurs des ces publications de répandre de "pures mensonges". 

Ce n’est pas la première fois, de fait, que des messages prétendant montrer des militaires étrangers pillant l’or du Mali circulent sur les réseaux sociaux. En octobre 2019, en septembre 2020 et début juin 2021, certaines de ces photos ont fait l’objet de vérifications de l’AFP Factuel, qui a conclu qu’il s’agissait d’images détournées et de fausses informations.

Démenti de la douane malienne

C'est également le cas avec les publications partagées depuis le 14 juin: ces posts montrent bel et bien une photo de soldats français, présents dans le nord du Mali dans le cadre de l’opération Barkhane depuis 2014 ; mais ni la douane malienne ni l’armée française ne confirment les affirmations relayées dans ces publications. 

Une recherche d’images inversée conduit à la page Facebook officielle des opérations militaires de l'armée française, qui a donc publié elle-même la photo - ce qui serait peu crédible si l'image avait été prise lors d'une saisie de lingots d'or dissimulés par des soldats français.

Capture d’écran Facebook, réalisée le 22 juin 2021

Contactée par l’AFP, l’armée française a indiqué que le cliché avait été pris en mai 2021. Il montre "le déchargement d’eau sur le plot logistique avancé de la Base opérationnelle avancée (BOA) de Hombori lors de la dernière opération majeure de la Force Barkhane", a précisé le conseiller en communication de l’Etat-Major des armées, Frédéric Barbry. 

L'affirmation selon laquelle des soldats français auraient dissimulé de l'or est "une fausse information". "Cette accusation a déjà été utilisée par le passé dans des contextes différents", a ajouté par mail M. Barbry, en renvoyant vers un article publié sur le site du ministère de la Défense

Selon cet article, les cartons de bouteilles d'eau visibles sur la photo virale ont été acheminés lors d'une opération logistique menée par "le Groupement tactique désert (GTD) Logistique Charente".  "Les avions de transport tactique y ont acheminé l’eau, les vivres et le carburant", lit-on dans l'article, qui précise que 550.000 litres d’eau embouteillée ont été distribués. 

Contactées par l'AFP, les douanes maliennes ont assuré de leur côté qu'aucune cargaison d'or n'avait été saisie entre les mains de soldats  Français. "Nous n’avons participé ni de près ni de loin à une telle opération. C’est vraiment de l’intox. La douane n’a jamais fait une telle opération", a indiqué Ahmadou Cissé, chargé de communication auprès de la douane malienne. 

Fin de l’opération Barkhane 

Début juin, soit quelques jours après que cette photo ait été prise, la France a annoncé son désengagement progressif du Sahel via la force Barkhane. Cette force, qui mobilise 5.100 soldats dans cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), va disparaître au profit d’un dispositif recentré sur la lutte contre le terrorisme et l’accompagnement au combat des armées locales, via le groupement de forces spéciales européennes Takuba. 

La sécurité dans la région du G5 Sahel, avec la mission de l'ONU, les opérations françaises Barkhane, la Force conjointe du G5 Sahel et la task force européenne Takuba.

Selon le projet étudié par Paris, la France prévoit de quitter des bases du nord du Mali, Tessalit, Kidal et Tombouctou, d’ici à fin 2021. Objectif : concentrer la présence française sur les emprises de Gao et Ménaka, plus proches de la zone dit des "trois frontières" aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso, ainsi qu’à Niamey, la capitale nigérienne.

La décision française est intervenue quelques jours après le coup d'Etat mené le 24 mai par l'armée malienne. Ce coup d’Etat, le deuxième en neuf mois, a propulsé à la tête du pays le colonel Assimi Goïta, qui a pris la présidence du pays le temps de la transition jusqu’à l'élection prévue en février 2022. 

Ce coup de force a été condamné par l’Union africaine et par l’Union européenne et a conduit la France à suspendre le 3 juin ses opérations conjointes avec l'armée malienne, après des années de coopération contre les jihadistes.