Non, le Burkina Faso ne paye pas un milliard de d'euros à l'armée française pour sa présence sur son sol

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Quelques jours après l'annonce de la fin de l'opération anti-djihadiste Barkhane au Sahel, une rumeur a circulé sur Facebook selon laquelle le Burkina Faso, l'un des cinq pays concernés par cette mission, paierait un milliard d'euros à l'armée française en échange de sa présence sur son sol. C'est faux, selon le ministère de la Défense burkinabè et le ministère des Armées français, qui évoquent auprès de l'AFP une "fake news". De fait, aucun paiement du Burkina Faso à la France n'apparaît dans la loi de finances 2021 votée par le parlement français.

Le ton de la publication Facebook est acéré, voire exaspéré: adressée au président burkinabè, Roch Kaboré, elle affirme que le "Burkina paye 1 milliards d'euros (sic)" à "l'armée française pour sa présences (sic) au Burkina dans la lutte contre le terrorisme". L'auteur de cette publication, véhément, exige "des explications" au chef d'Etat et lui reproche de verser de l’argent pour une présence française qui n'a pas, selon lui, conduit à des "résultats".

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 22 juin 2021

Cette publication, partagée près de 800 fois sur Facebook, a commencé à circuler quelques jours après l’annonce par le président français Emmanuel Macron de la fin de l'opération française anti-djihadiste Barkhane.

Lors de son allocution, M. Macron a assuré que la présence française au Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) allait vivre une "transformation profonde". Au programme: un désengagement progressif de la France au profit d'un dispositif recentré sur la lutte antiterroriste et l'accompagnement au combat des armées locales, via le groupement de forces spéciales européennes Takuba, qui doit encore monter en puissance.

Démentis burkinabè et français

Contrairement à ce qu’affirme la publication virale sur Facebook, le Burkina Faso ne paye toutefois pas "un milliard d'euros" à la France pour sa présence militaire sur son sol. 

Contacté par l’AFP, le colonel Arthur Diasso, porte-parole du ministère de la Défense burkinabè, a fermement démenti un tel versement. "C'est absolument faux", a-t-il déclaré, en ajoutant qu'"à [s]a connaissance", le gouvernement burkinabè ne payait "rien" à la France en échange du déploiement de militaires français dans le pays.

Même son de cloche côté français: "Il n’y a strictement aucun flux financier du Burkina vers la France associé à l’opération Barkhane", a assuré Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, en dénonçant une "pure fake news". 

Un milliard d'euros, le coût de l'ensemble des opérations extérieures et intérieures françaises 

La loi de finances pour l'année 2021 vient confirmer les dires de M. Grandjean: aucune somme d'argent perçue par l'Etat français pour son intervention au Sahel, que ce soit au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger ou au Tchad, n'y figure.

Selon un rapport d'information de la Commission de la défense nationale et des forces armées à l'Assemblée nationale, publié le 14 avril 2021, l'opération Barkhane aurait coûté "environ" 880 millions d'euros à la France en 2020. 

Capture d'écran du rapport d'information de la Commission de la défense nationale et des forces armées à l'Assemblée nationale du 14 avril 2021, réalisée le 18 juin 2021

Sollicité par l'AFP, le ministère des Armées a refusé de confirmer ou d'infirmer cette somme. Le porte-parole du ministère a néanmoins précisé que "l'ensemble de[s] opérations extérieures et intérieures" représentaient "1,1 milliard d'euros en 2021, conformément au projet de loi de finances".

Ces opérations extérieures et intérieures de l'armée française recouvrent, selon la partie du projet de loi des finances 2021 consacrée à la défense et consultable sur le site du ministère des Armées, l'intégralité des déploiements des armées dans le monde (opération Barkhane au Sahel, mais aussi l'opération Chammal en Syrie et en Irak, les forces déployées dans le cadre des opérations de l'ONU, de l'UE…) et sur le territoire national (opération Sentinelle, missions permanentes maritime et aérienne…). Que le Burkina Faso paye à lui seul presque l'équivalent du total des opérations de l'armée française semble donc fantaisiste.

"Transformation profonde" de la présence militaire française au Sahel

En amorçant une "transformation profonde" de sa présence au Sahel, la France a renoncé  à tenter de sécuriser de vastes zones semi-désertiques où les Etats n'arrivent pas à garder pied, pour se concentrer sur la lutte ciblée contre les jihadistes et l'appui des forces locales. Cette réorientation intervient alors que l'élection présidentielle de 2022 se rapproche en France, où cet engagement militaire suscite des interrogations croissantes, notamment au regard des 50 soldats tués au combat depuis 2013.

Mais la fermeture prochaine de bases françaises à Kidal, Tombouctou et Tessalit fait craindre que le nord du Mali ne passe complètement entre les mains des groupes jihadistes, tant l'Etat central semble dans l'incapacité de restaurer son autorité dans ces vastes bandes désertiques et très pauvres.   

La sécurité dans la région du G5 Sahel, avec la mission de l'ONU, les opérations françaises Barkhane et la Force conjointe du G5 Sahel (AFP / Kun Tian, Gillian Handyside)

Dans ce contexte de désengagement, une voiture piégée a attaqué le 21 juin un véhicule de Barkhane dans le centre du Mali, blessant six soldats français et quatre civils, dont un enfant. Cette attaque survient alors que la France vient de revendiquer plusieurs succès dans sa stratégie consistant à viser les chefs des groupes jihadistes.

Au Burkina Faso, début juin, au moins 132 personnes selon le gouvernement - 160 selon des sources locales - ont été tuées lors de l'attaque de la localité rurale de Solhan, près des frontières avec le Mali et le Niger. L'attaque a en outre forcé 7.000 familles ayant tout perdu à fuir le village, selon le gouvernement burkinabè.

Un homme lit L'Observateur Paalga, un journal de la capitale burkinabè Ouagadougou le 7 juin 2021, dont la une est consacrée aux attaques de Solhan arrivées la veille et l'avant-veille dans le nord du pays. (AFP / Olympia De Maismont)

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian s'était alors rendu dans le pays pour présenter "les condoléances de la France, notre empathie à l'égard du peuple burkinabè, à la suite de ce carnage qu'ont vécu les populations de Solhan" au président Roch Kaboré. 

Le Burkina Faso, pays sahélien frontalier du Mali et du Niger, est confronté depuis six ans à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières. Les forces de sécurité peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes qui ont fait depuis 2015 plus de 1.400 morts et plus d'un million de déplacés.

Marion Lefèvre