Non, ces photos ne montrent pas l’armée française en train de piller de l’or dans le nord du Mali

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des photos diffusées ces dernières semaines sur les réseaux sociaux en Afrique prétendent montrer l’armée française en train de piller de l’or dans le nord du Mali. Ces images circulent en réalité depuis plusieurs années et n’ont aucun lien identifiable avec le Mali. Elles avaient notamment déjà été utilisées ces dernières années pour propager des accusations similaires contre l’armée dans d'autres pays. 

Un engin blindé de l’armée équipé d’une large pelle déblayant de la terre ; des soldats qui manipulent des caisses en métal dans un trou creusé dans le sol; des pierres recouvertes d’or.

Selon des publications virales cumulant des milliers de partages sur les réseaux sociaux en Afrique (1, 2, 3, 4), cet ensemble d’images montre “la face cachée de la France à Kidal (Mali) où les militaires français sont en train (de) ravager l'or.”

Kidal est une ville située dans le nord du Mali, région où l’armée française est présente depuis plusieurs années dans le cadre de l’opération Barkhane menée pour combattre la présence jihadiste au Sahel.

Capture d’écran Facebook, réalisée le 14 septembre 2020

Mali, Centrafrique, Haïti...

Une recherche d’image inversée révèle que ces images ont déjà été abondamment utilisées sur les réseaux sociaux ces dernières années pour accuser l’armée de s’emparer de l’or dans les pays où elle était présente. 

Ces clichés illustraient en effet des publications évoquant des pillages au Mali en 2017, comme on le voit sur ce post Facebook totalisant pas moins de 57.000 partages, mais aussi en Haïti en 2017 ou encore en Centrafrique en 2018

Capture d'écran Twitter, réalisée le 10 septembre 2020
Capture d’écran du site Mali Senegal, réalisée le 10 septembre 2020

 

L’AFP avait vérifié l’an dernier des montages photo viraux sur le Mali, dans lesquelles figuraient une des photos utilisées dans les posts que nous vérifions aujourd’hui.

Cette image de soldats en treillis manipulant des caisses de métal dans un trou, n’a aucun rapport avec le Mali, ni avec l’or.

Elle figure sur le site du ministère de la Défense où elle accompagne, avec plusieurs autres clichés, un article du 10 février 2014 relatant la destruction en Centrafrique de 750 kg de munitions saisies par les troupes françaises dans le cadre de l’opération Sangaris, menée dans le pays entre 2013 à 2016

Capture d’écran du site du ministère de la Défense, réalisée le 10 septembre 2020

Une photo d'engin militaire sans lien identifié avec le Mali 

Grâce à une recherche d’image inversée, nous retrouvons également la photo du blindé déblayant la terre.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 14 septembre 2020

Elle a été utilisée à de nombreuses reprises, notamment dans des blogs et sites spécialisés sur les matériel et les véhicules militaires (123).

Il s’agit d’un engin blindé du génie (EBG), véhicule monté sur les mêmes chenilles que les chars de combat et servant aux unités de génie. 

L’AFP n’a pas réussi à remonter à l’origine exacte de cette photo mais il apparaît qu’elle circule sur internet depuis au moins une quinzaine d’années. 

La plus ancienne occurrence de cette photo que nous avons retrouvée date au moins de 2005, sur un post de blog Skyrock détaillant les capacités de l’EBG (ci-dessous). 

L'auteur du blog n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Capture d’écran du blog Skyrock, réalisée le 10 septembre 2020

Cette publication est très antérieure au début de l’actuelle l’intervention de l’armée française au Mali, lancée en 2013 sous le nom d'opération Serval, puis devenue Barkhane à partir de 2014. Avant 2013, l’armée française menait des "collaborations" avec l’armée malienne.

Cette photo avait aussi été utilisée en 2018 dans des articles en français et en kinyarwanda (langue parlée au Rwanda), sans rapport avec le Mali accusant aussi l'armée de pillages en Centrafrique.

Capture d’écran du site Africa 24, réalisée le 10 septembre 2020
Capture d’écran du site rwandais Muharabura, réalisée le 10 septembre 2020

 

Des photos d’illustration de pépites d’or 

Les deux photos de pierres recouvertes d’or circulent également sur internet depuis plusieurs années.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 10 septembre 2020
Capture d'écran Facebook, réalisée le 10 septembre 2020

 

Des recherches d’image inversées permettent de retrouver leur trace sur divers sites n’ayant pas de lien avec le Mali.

La première date de 2017 et apparaissait notamment sur un site minier de Zambie, comme le faisait remarquer le site Les Observateurs de France 24 dans une vérification d’avril 2019. 

Cette page n’est plus accessible mais une version archivée est toujours disponible. 

Capture d’écran réalisée sur Wayback Machine le 10 septembre 2020

On la retrouve également sur le site de l’entreprise allemande Ellerbrook, qui détient des sociétés minières notamment au Nigeria.

Capture d’écran du site Ellerbrook, réalisée le 10 septembre 2020

La seconde photo d’une pierre recouverte d’une pellicule d’or est tirée d’une banque d’images.

Elle figure également sur de très nombreux sites et sert d’illustration à des publications et articles en tout genres évoquant l’or et datant parfois de plusieurs années (1, 2, 3, 4).

Capture d’écran du site du Mozambique Mining Post, réalisée le 14 septembre 2020
Capture d'écran du site Insolentiae.com, réalisée le 14 septembre 2020

 

Ces publications réutilisent donc des photos présentes et disponibles sur la Toile depuis des années, en prétendant qu'elles ont été prises au Mali.