Non, le vaccin contre la poliomyélite n'a pas provoqué le cancer chez des millions d'Américains

Un article affirmant que 98 millions d’Américains ont contracté le cancer après avoir été vaccinés contre la poliomyélite a été partagé des centaines de milliers de fois dans plusieurs pays. Cette fausse information trouve son origine dans la contamination de certains vaccins par le virus SV40 dans les années 50. Le consensus actuel au sein de la communauté scientifique est qu'il n'existe pas de lien entre ce virus et le cancer chez les êtres humains.

Le CDC admet que 98 millions de personnes ont reçu un virus causant le cancer via le vaccin de la polio”, affirme un article en français, basé sur les informations d'un site anglophone qui fustige de supposées vérités cachées sur la vaccination.

Capture d'écran réalisée sur le site sante-nutrition.org le 21 février 2019

L’article affirme que le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), agence américaine responsable du contrôle des vaccins, a "admis" que 98 millions d'Américains avaient été "contaminés par un virus causant le cancer". 

En 2013, le CDC a publié un document sur la contamination des premiers vaccins contre la poliomyélite par le virus SV40 dans les années 1950. “Le CDC a rapidement supprimé la page, ainsi que sa présence sur Google”, raconte l’article de vaccine.news. La page en question a été archivée et est toujours disponible.

"A mesure que la technologie des sites internet change, nous rénovons le site du CDC",  a indiqué à l'AFP l'agence américaine pour expliquer la disparition de la page internet en question. La page archivée en 2013 date de "plusieurs versions en arrière" du site internet, a précisé le CDC.

De plus, aucune preuve ne permet d’affirmer que le CDC a tenté de censurer des informations relatives à la contamination des premiers échantillons du vaccin. Des pages de sites internet du gouvernement détaillent les contaminations et leurs conséquences ici, ici, et ici.

La fausse information a récemment refait surface au Canada et en Asie où elle a été partagée dans des groupes Facebook réunissant des milliers de membres, mais elle a également circulé auparavant en anglais, en espagnol et en portugais, bien que le virus SV40 n’a pas été retrouvé dans des vaccins contre la poliomyélite depuis 1963.

 

Capture d'écran réalisée sur le site vaccine.news le 21 février 2019

 

Vaccins, singes et contamination

Les premiers vaccins contre la poliomyélite ont été développés dans les années 1950 par les scientifiques américains Jonas Salk et Albert Sabin. Les souches de virus utilisées pour les vaccins ont été cultivées dans des cellules de reins de singes, un procédé normal de la préparation des vaccins à l’époque.

Plus tard, il a été révélé que certaines cellules de reins de singes verts avaient été contaminées par un virus, le SV40. Entre 10 et 30% des vaccins fabriqués entre 1955 et 1963 ont été contaminés par celui-ci. Le vaccin a été administré à environ 98 millions de personnes sur cette période, 10 à 30 millions de personnes ont donc été concernées.

Comme l’indique le site du CDC, “la plupart des études se penchant sur le lien entre le SV40 et les cancers sont rassurantes et ne démontrent aucun lien de causalité entre l’administration d’un vaccin contre la poliomyélite contaminé au SV40 et le développement du cancer”. Plusieurs études sur le lien entre le SV40 et le cancer sont disponibles ici, ici et ici.

Eric Engels, directeur de la section Infections et Immuno-épidémiologie du National Cancer Institute, institut de recherche américain sur le cancer, a participé à une de ces études. Selon lui, “la profession a largement conclu que le SV40 ne provoque pas le cancer chez les êtres humains, et c’est également mon avis”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Dans le cas d’études ayant détecté le virus SV40 dans des tumeurs humaines, “le consensus est que ces résultats se sont avérés être des faux positifs”, a-t-il affirmé.

Selon l’Association canadienne de santé publique , les cas de poliomyélite ont atteint leur pic au Canada en 1953, avec 9.000 infections et 500 décès. Grâce aux vaccins, la poliomyélite a officiellement été éradiquée dans le pays en 1994, précise l’association.

Traduit de l'anglais par Julien Besset.