Nicolas Bay, le 1er octobre 2017 à Chasseneuil-du-Poitou (AFP / Guillaume Souvant)

Non, le nombre d'expulsions d'étrangers irréguliers n'a pas baissé de moitié depuis 2011

Nicolas Bay, vice-président du FN, affirme que le nombre d'étrangers en situation régulière expulsés en 2017 a baissé de 54% par rapport à 2011, une comparaison erronée mélangeant deux types de données.

Nicolas Bay, un temps conseiller de Marine Le Pen sur les questions d'immigration, l'a écrit mardi dans un tweet :

Il a aussi développé ses critiques dans un communiqué : 

Ce haut responsable d'extrême droite mélange pourtant le tout et la partie, comme l'a aussi repéré le journaliste du Monde Samuel Laurent. 

D'un côté, le chiffre de Nicolas Bay pour 2017 de 14.859 "expulsions". Voilà la partie, car ce chiffre correspond à une portion de l'ensemble des éloignements annuels, la catégorie statistique des "éloignements non aidés forcés". Ce chiffre était inférieur en 2011, à 12.547, d'après les statistiques du ministère de l'Intérieur.

De l'autre, le chiffre de Nicolas Bay pour 2011 de "32.000 expulsions". Voilà le tout:  il fait référence cette fois à l'ensemble des "éloignements" comptabilisés cette année-là ("éloignements non aidés", "éloignements aidés", "départs volontaires aidés", "départs spontanés"), plus précisément 32.912.

Les statistiques des éloignements de 2010 à 2017, selon le ministère de l'Intérieur (Ministère de l'Intérieur / AFP)

M. Bay cherche à montrer qu'en 2017, le nombre total d'éloignements du territoire a baissé par rapport à 2011. En comparant les véritables chiffres pour 2011 et 2017, 32.912 et 27.373, on voit que c'est effectivement le cas, mais dans une proportion nettement moindre: 17%, et non 54%.

Guillaume Daudin