Une capture d'écran de la page Facebook lafrance.co le 11 décembre 2017 (DR / AFP)

Non, le kebab ne va pas être interdit mardi par l'UE

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Le kebab, interdit mardi ? L'information, propagée par de nombreux sites qui mettent en cause --ou félicitent-- l'Union européenne, est pourtant fausse: seule la confirmation de l'autorisation de vendre la viande de kebab avec du phosphate est en débat.

"Les kebabs pourraient peu à peu disparaître de la circulation, ce qui entraînerait à l’échelle de l’Europe la perte de pas moins de 200.000 emplois. « Une interdiction de l’ajout de phosphates mettrait fin à la production de broches et entraînerait la perte de milliers d’emplois », s’est d’ailleurs inquiétée l’eurodéputée d’origine allemande Renate Sommer, dont le pays n’est pas le dernier à consommer des kebabs" indique le site lafrance.co, dont la page Facebook "la France éternelle" a plus de 600.000 abonnés. 

Une capture d'écran de l'article du tabloïd allemand Bild, le 29 novembre 2017 (Bild / AFP)

Le très populaire tabloïd allemand Bild s'est aussi fait l'écho fin novembre d'une possible "menace" sur cet aliment star dans la rue, comme d'autres titres internationaux.

En réalité, le Parlement européen confirmera ou non mardi 12 décembre l'autorisation déjà donnée par la Commission européenne  à l'utilisation de phosphates dans la viande de kebab, selon un briefing du Parlement européen mardi.

Des eurodéputés s'interrogent en effet sur les risques pour la santé de ces phosphates. "Les règles de l’UE ne permettent généralement pas l’utilisation d’additifs phosphatés dans la viande transformée. Mais compte tenu de l’accumulation des exceptions, ils sont de plus en plus utilisés pour conserver la saveur et retenir l’eau", selon le Parlement européen dans un communiqué fin novembre.

Si le Parlement européen valide mardi en plénière et à la majorité absolue cette "objection" formulée initialement par des eurodéputés en commission de la santé, la proposition de la Commission européenne "sera bloquée (...) au moins jusqu’à ce que les résultats d’une étude scientifique menée par l’Agence de sécurité des aliments (EFSA) soient connus" et la Commission européenne "devra revoir sa copie" souligne l'institution de Strasbourg.

Si le Parlement européen s'oppose à l'objection de ses députés, alors il son vote confirmera l'autorisation d'utilisation de phosphates dans la viande de kebab comme le souhaitait la Commission européenne.

"Si l'objection passe, statu quo juridique, si elle ne passe pas, autorisation des additifs" résume un attaché de presse du Parlement européen interrogé par l'AFP.

Et dans les deux cas, la vente de kebabs elle-même n'est absolument pas en jeu, d'autant qu'existe déjà chez "de nombreux fournisseurs une viande sans phosphates", selon les eurodéputés écologistes français.

Guillaume Daudin