Non, la Pologne, la Suède et la Norvège ne poursuivent pas l'OMS "pour avoir infecté l'Europe" avec un "produit chimique"

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Des publications Facebook partagées plusieurs dizaines de milliers de fois en Europe depuis fin décembre prétendent que "la Pologne, la Suède et la Norvège poursuivent l'OMS pour avoir infecté l'Europe" depuis les airs avec un "produit chimique". C'est faux : l'agence Reuters, citée comme source, dément avoir publié cette information, tout comme les autorités des trois pays mentionnés.

"Extraordinaire ! La Pologne, la Suède et la Norvège poursuivent l'OMS pour avoir infecté l'Europe. Cela a été rapporté par Reuters. Les pilotes détenus ont admis avoir pulvérisé un produit chimique qui provoque une pneumonie chimique !", indique le message accompagné de plusieurs images.

Capture d'écran Facebook prise le 21/01/2021

Des publications quasi identiques circulent de manière extrêmement virale dans plusieurs pays européens, de la Roumanie au Portugal en passant par la Serbie (1,2,3,4,5).

Problème : l'agence Reuters, citée comme source dans toutes ces publications, "n'a jamais rien publié de tel", a affirmé jeudi 14 janvier à l'AFP Joel Ivory-Harte, un des responsables de la communication de l'agence de presse.

Une recherche avancée sur Google et le site de Reuters ne donne par ailleurs aucun résultat.

Les autorités norvégiennes, suédoises et polonaises démentent elles aussi l'affirmation.

"Nous n'avons pas connaissance de telles poursuites", a indiqué à l'AFP Mie Skarpaas, conseillère en communication du Procureur général de Norvège. "Cela est faux et infondé", a confirmé à l'AFP une porte-parole du ministère norvégien des Affaires étrangères, Guri Solberg.

"La Pologne n'a pas déposé de plainte contre l'OMS pour la pulvérisation d'agents chimiques ou pour tout autre chose. L'information qui circule sur les réseaux sociaux à ce sujet est totalement fausse", a expliqué à l'AFP un porte-parole de ministère polonais des Affaires étrangères.

Les services Environnement et Criminalité internationale du Parquet suédois "n'ont pas connaissance d'une telle affaire", a également indiqué à l'AFP Robin Simonsson, porte-parole de l'institution.

Les photos utilisées dans la publication Facebook ci-dessus ne sont pas non plus la preuve de la pulvérisation de "produits chimiques" par des "pilotes" : les réservoirs visibles sur trois des quatre images sont en effet des ballasts utilisés lors de vols d'essais pour simuler le poids des passagers, comme nous l'expliquions dans un précédent fact-check.

"Ces ballasts fixes permettent de représenter des chargements typiques, des scénarios typiques qu'on pourrait voir en opération en compagnies aériennes", explique dans la vidéo ci-dessous (à partir de 2'30") un ingénieur d'essais en vol du groupe canadien Bombardier Transport.

"Lors des vols d'essais, alors que l'avion est totalement vide, on simule le poids des passagers et des sièges en les remplaçant par de grosses bonbonnes remplies d'eau", avait aussi expliqué à l'AFP Xavier Tytelman, consultant en sécurité aérienne.

La première photo, quant à elle, a été prise le 19 mai 2006 et montre un Boeing 747-273C, un avion bombardier d'eau, lors d'un vol d'essai en Californie, selon les sites spécialisés Airliners.net et JetPhotos.com