Non, Jacques Attali n'a pas écrit que "ce peuple sera éliminé en vitesse" dans un livre de 2011

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des publications Facebook partagées plusieurs milliers de fois depuis début novembre prétendent que l'économiste Jacques Attali a écrit, dans un livre paru en 2011, que "ce peuple sera éliminé en vitesse (...) par le contrôle de sa presse". C'est faux : cette citation ne figure pas dans l'ouvrage, et Jacques Attali, interrogé par l'AFP, nie en être l'auteur.

"Ce peuple sera éliminé en vitesse ! Sans besoin de recourir aux armes, mais par le contrôle de sa presse, nous lui feront [sic] croire qu'il est coupable et il fera le reste", aurait écrit Jacques Attali. "C'est un visionnaire", commente une internaute sous un post Facebook du 9 novembre.

Capture d'écran Facebook prise le 17/11/2020

Jacques Attali a bien publié un essai intitulé Demain, qui gouvernera le monde ? aux éditions Fayard (collection Pluriel) en 2011, réédité (avec préface inédite) en 2012. Pour autant, le passage qui lui est attribué n'y figure pas.

"Cette citation est entièrement fausse", a affirmé mardi 17 novembre à l'AFP Julie Robert, responsable éditoriale de la collection "Pluriel" chez Fayard.

Des recherches avec différents mots-clés ("ce peuple sera" ; "recourir aux armes" ; "contrôle de sa presse") dans les 448 pages du fichier PDF de l'édition de 2012 ne donnent aucun résultat.

Cette édition "est la reprise à l'identique de l'édition grand format de 2011, avec l'ajout d’un bref avant-propos", précise la responsable éditoriale de Fayard.

Une recherche de cette citation sur internet ne renvoie par ailleurs vers aucun autre ouvrage ou déclaration de Jacques Attali.

Interrogé mercredi 18 novembre par l'AFP, l'essayiste, qui met en garde dans sa biographie Twitter contre les "fausses citations de [lui]", "nie" avoir écrit ou prononcé ces deux phrases.

En mars, le site Conspiracy Watch n'était pas lui non plus parvenu à retrouver ce passage dans l'édition originale de Demain, qui gouvernera le monde ?

Rémi Banet