Non, cette vidéo ne montre pas une tchadienne assassinée au Koweit

Un site tchadien a partagé le 17 juin une vidéo montrant une jeune femme se faire sauvagement assassiner, en affirmant qu’elle montrerait une tchadienne travaillant comme domestique au Koweit. Mais des recherches d’image inversée montrent que cette vidéo a été prise en 2017 au Brésil.

C’est une vidéo insoutenable. Une femme portant un short rose, allongée sur le ventre, est lacérée de coups de couteaux portés par deux personnes qui tentent par la suite de la décapiter. “La vidéo a été envoyée par des Tchadiennes travaillant comme domestique au Koweït. Dans cette vidéo on observe deux personnes portant des gants et qui tailladent à coup d’arme blanche une jeune femme reconnue comme Tchadienne. Des vocaux Wattsup de certaines femmes reconnaissent avoir reconnaître la jeune femme assassinée par un couple de Koweïtiens. L’une d’entre elles affirme même que l’ambassade du Tchad sur place est au courant de l’affaire, mais ne pipe aucun mot”, affirme l’article du site internet Tchadanthropus publié le 17 juin. 

Dans un communiqué publié le 19 juin et repris par le site Tchad Infos, le ministre des affaires étrangères du Tchad a réagi à cette vidéo en affirmant “qu’aucune femme tchadienne n’avait été assassinée au Koweit”.

Cette vidéo n’a, en effet, rien à voir avec le Tchad, pas plus qu’avec le Koweit. Pour déterminer son origine, nous avons dans un premier temps soumis une capture d’écran de la vidéo au moteur de recherche russe Yandex. 

Attention les images sont difficiles à regarder

(Capture d'écran du moteur de recherches russe Yandex / 21 juin)


Les premiers résultats correspondent, et nous mènent à la rubrique “disturbing picture” du forum indonésien Kaskus

(Capture d'écran du forum indonésien Kazus - 25 juin 2019)

Ce dernier renvoie à un site diffusant des vidéos de meurtres, de viols ou de torture que l’AFP a choisi de ne pas nommer. Sur une page de ce site, l’on retrouve la vidéo ayant circulé au Tchad, accompagnée d’une photo de trois jeunes femmes masquées, portant gants et couteau à cran d’arrêt. Elles y sont présentées comme “Des brésiliennes ayant poignardé et tenter de décapiter une jeune femme”. 


Nous avons par la suite fait une recherche inversée avec cette photographie, qui nous a amenés au site de O Globo, quotidien national de référence brésilien. La même cliché y figure. 

Contacté par l’AFP, le porte-parole de la Police Militaire de l’Etat du Roraima a confirmé que la vidéo correspondait bien aux faits décrits dans ces deux articles, et que ceux-ci avaient bien eu lieu dans l’Etat du Roraima.

(Capture d'écran du site O Globo, 21 juin 2019)

Que se passe-t-il sur cette vidéo ?

La jeune femme que l’on voit se faire assassiner s’appelait Rayane Silva Pereira, avait 25 ans et était membre du Comando Vermelho, une organisation criminelle brésilienne. Le 11 décembre 2017, elle a été prise en otage avec une autre jeune femme par un gang rival, le PCC, à Boa Vista, au Brésil. Le lendemain, à l’aube, elles ont toutes deux été tuées à coups de couteau par un groupe de huit personnes, un homme, six femmes, et une adolescente de quatorze ans. Les meurtres ont été filmés, et certains des meurtriers arrêtés le treize décembre, rapporte O Globo. 

Une photographie de la jeune femme dont la mort a été filmée, peu avant son assassinat, accompagne cet autre article d’O Globo, qui revient sur l’affaire. On reconnaît la victime à son short rose et à son soutien-gorge violet.