(Capture d'écran Facebook du 10 mai)

Non, cette vidéo ne montre pas un hommage des mourides de France à Bordeaux après le décès du chef religieux Cheikh Béthio Thioune

Une vidéo très partagée sur les réseaux sociaux au Sénégal affirme que des représentants de la confrérie religieuse des mourides se seraient rassemblés par centaines devant l’hôpital de Bordeaux pour rendre hommage à Cheikh Bethio Thioune, un chef religieux sénégalais décédé en France. Mais ces images ont été tournées à Madrid, le 26 avril, à l’occasion de la journée de la Khassida, une commémoration religieuse mouride.

“Vidéo émouvante : hôpital de Bordeaux, les mourides de France rendent un dernier hommage à Cheikh Béthio”. De nombreux médias sénégalais, dont Senegal7 et Senego, ont partagé sous ce titre une vidéo montrant des centaines de personnes rassemblées sur une place.

Qui est Cheikh Béthio Thioune ?

Décédé le 7 mai, Cheikh Béthio Thioune était un responsable mouride, l’une des plus influentes confréries de l'islam au Sénégal - pays à plus de 90% musulman.

La veille de son décès, la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour, à 80 km au sud-est de Dakar, l’avait reconnu coupable de "complicité de meurtre" et "non-dénonciation de crime" dans le procès du meurtre de deux de ses disciples en 2012.

Selon le récit des avocats pendant le procès, cet influent responsable mouride avait interdit à l'une des victimes l'accès à son domicile, lui reprochant une dévotion excessive à son égard. L'homme avait bravé l'interdiction et des fidèles s'en étaient pris à lui, le tuant avec un de ses compagnons, rapporte l’AFP dans une dépêche datée du 6 mai. En traitement médical en France depuis janvier, il avait été jugé en son absence.

Cette vidéo a-t-elle été prise à Bordeaux ?

A première vue, l’architecture des bâtiments visibles sur la vidéo ne correspond pas à celle de la cité girondine. Une recherche dans les archives de Météo France montre que le temps était couvert sur Bordeaux du 7 au 10 mai, alors qu’un grand soleil est visible sur la vidéo partagée par Senego. 

Par ailleurs, on distingue sur cette dernière une grande enseigne, sur laquelle est écrit “Tio Pepe”. Cette enseigne lumineuse publicitaire iconique surplombe la célèbre place de la Puerta del Sol, à Madrid.  

(Capture d'écran de la vidéo diffusée par Senego le 10 mai)

Sur les images de la Puerta del Sol diffusées par Google Street View, on reconnaît les bâtiments présentés comme étant “l’hôpital de Bordeaux” dans la vidéo relayée par certains médias sénégalais.

A quelle occasion cette vidéo a-t-elle été prise ?

La qualité de la vidéo étant très mauvaise, une première recherche d’image inversée ne donne rien. Cependant, une recherche des termes “manifestacion senegaleses Puerta del sol” renvoie vers une photographie ressemblant aux images de la vidéo présentée comme étant le rassemblement des mourides bordelais.

Sur ce cliché de l’agence Getty Images pris le 26 avril sur la Puerta del sol à l’occasion de la journée de la Khassida, l’on reconnaît certains éléments présents dans la vidéo : l’enseigne du magasin Vodafone et la couleur de certains boubous.

Une seconde recherche, avec les termes “Khassida day madrid 2019”, renvoie à une vidéo permettant d’affirmer avec certitude que la vidéo présentée, à tort, comme étant un rassemblement en hommage à Cheikh Bethio Thioune à Bordeaux a été prise lors de la journée de la Khassida, le 26 avril 2019 à Madrid.

Postée sur la plateforme de vidéos Newsflare le 26 avril, cette séquence montre les mêmes personnes que les manifestants visibles sur la vidéo postée par Senego. Dès les premières secondes, l’on reconnaît un homme en boubou de basin orange à ceinture blanche, aux côtés d’un homme en boubou ocre et d’un homme en boubou bleu.

(Capture d'écran de la page Facebook Senego, datée du 10 mai)
(Capture d'écran du site Newsflare, 10 mai 2019)

Au cours de cette journée, les fidèles mourides récitent des “khassaïdes”, poèmes écrits par le fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), dit Serigne Touba.

Le chef religieux, qui n'a jamais levé les armes, avait été contraint par les autorités coloniales françaises à l'exil au Gabon (1895-1902) puis en Mauritanie (1903-1907), avant d'être placé en résidence surveillée dans le nord du pays. Il est vénéré par des millions de fidèles au Sénégal et dans la diaspora.

Interrogé par l’AFP, le consulat général du Sénégal à Bordeaux, Abdourahmane Koita, a confirmé le décès mardi dans la ville de Cheikh Bethio Thioune et précisé que sa dépouille avait quitté Bordeaux le 10 mai pour rapatriement au Sénégal.

Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Sami Acef
AFP Bordeaux