Non, cette vidéo ne montre pas des Allemands se ruer dans un magasin à cause du coronavirus

Une publication partagée près de 10 000 fois en français sur Facebook en 48h, prétend montrer des Allemands se ruer sur un magasin "pour faire des stocks à cause du coronavirus". Mais si des magasins ont effectivement été "pris d'assaut" dans certains pays, cette vidéo remonte au moins à 2011 et montre selon toute vraisemblance l'ouverture d'un magasin discount proposant une promotion, à Kiel, dans le Nord du pays. 

"Cela se passe en Allemagne. Les gens font la queue pour faire des stocks à cause du coronavirus", écrit l'auteur de la publication

Capture d'écran Facebook prise le 03/03/2020

Elle est diffusée dans un contexte de crainte autour de l'épidémie du nouveau coronavirus, qui avait touché près 90 900 personnes et fait 3116 morts au 3 mars à 8h GMT (9h heure française).

L'Allemagne (157 cas confirmés le 2 mars au matin) et la France (204 cas, 4 morts au 3 mars en milieu d'après-midi), sont respectivement les 2e et 3e foyers d'infections en Europe derrière l'Italie (2 036 cas, 52 décès à 9h GMT le 3 mars). 

Une vidéo publiée en 2011

Dans les commentaires, certaines personnes semblent croire à la description de la vidéo, certains doutent du fait qu'elle a été prise en Allemagne, quand d'autres enfin critiquent la publication. 

Capture d'écran Facebook prise le 03/03/2020

En faisant une recherche d'image inversée grâce à l'extension InVid-WeVerify, co-dévelopée par l'AFP, nous retrouvons la même vidéo publiée en 2011 sur YouTube. 

Elle n'a donc rien à voir avec l'épidémie actuelle du nouveau coronavirus

La légende qui l'accompagne affirme qu'il s'agit de "promotions chez Aldi à Kiel" (un magasin discount allemand). 

Une affirmation cohérente avec cette photo, prise dans le "Citti-Park", un centre commercial de cette ville du nord du pays, et publiée en octobre 2019 sur Google Maps, ainsi qu'une autre photo, postée sur le site du centre commercial

Capture d'écran YouTube et Google Maps, prises le 3 mars 2020

S'il est difficile de confirmer au-delà de tout soupçon qu'il s'agit d'une réaction à une opération de promotion, plusieurs vidéos YouTube ont été publiées à la même date, sous différents angles, et évoquant toutes une "promotion" chez Aldi (1,2, 3). 

Des magasins pris d'assaut dans certains pays , une "situation normale" en Allemagne

Pour faire face à l'épidémie, plusieurs gouvernements ont mis en place des mesures de quarantaine ou de confinement, conduisant certains de leurs concitoyens à se précipiter dans les supermarchés afin de faire des stocks.

A Hong Kong, les rayons ont été dépouillés de produits tels que désinfectants pour les mains, papier hygiénique, riz et pâtes, des rumeurs de pénurie s'étant répandues dans la ville en février, tandis que les masques chirurgicaux étaient presque introuvables.

Une situation qui a viré au fait divers: des voleurs armés de couteaux ont ainsi agressé un chauffeur-livreur pour lui voler des centaines de rouleaux de papier toilette, avant d'être arrêtés.

Un homme marche au milieu de rayons vides à Villeneuve-la-Garenne, le 2 mars 2020

En Italie, pays le plus touché en Europe, un afflux de gens dans les supermarchés a été constaté, notamment en Lombardie, après l'annonce de la mise en quarantaine de 11 villes du Nord. "Il y avait une peur, injustifiée, d'une pénurie à venir mais la situation est revenue à la normale depuis", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe de supermarchés Esselunga.

En Allemagne, "la situation dans l'approvisionnement (des magasins) est normale à l'échelle nationale", il n'y a "aucune restriction" bien qu'ait été constatée "une demande plus élevée de boissons et de produits non-périssables dans certains commerces alimentaires", selon un porte-parole de la fédération du commerce HDE, contacté par l'AFP.

Chez REWE, chaîne de supermarchés, on a également constaté une "demande accrue à l'échelle nationale pour des aliments, conserves et produits pharmaceutiques" mais "pas de goulets d'étranglement" dans les livraisons.

Plusieurs grands distributeurs en France ont également fait état le 2 mars à l'AFP d'afflux dans leurs magasins de clients désireux de faire des stocks de produits de première nécessité. 

Chez Auchan, un porte-parole a expliqué que plusieurs hypermarchés de l'enseigne avaient été "dévalisés", avec des rayons vidés de leurs produits, "et notamment ceux des pâtes". "Nous avons anticipé nos stocks, les clients n'ont rien à craindre", a-t-il souligné, même si ce "type de comportement, totalement irrationnel, peut être source de pénurie puisqu'il perturbe le processus d'approvisionnement".

Sami Acef