Non, cet homme n’a pas été retrouvé dans la grotte d'un ours. Il souffre en réalité de psoriasis

Une vidéo vue près de 500.000 fois en dix jours, et publiée fin juin sur des sites russes, montre un homme couvert de plaies qui aurait été retrouvé "dans la grotte d'un ours" en Russie. C'est faux : l’homme qui apparaît dans la vidéo souffre de psoriasis et a été soigné début juin 2019 à l’hôpital d’Aktobe, au Kazakhstan.

La vidéo d’une trentaine de secondes montre un homme méconnaissable, le corps couvert de blessures purulentes. La caméra s’approche d’abord de la tête de l’homme, une voix masculine lui pose une question. Il répond, et la caméra descend sur le reste de son corps pour montrer ses blessures.

Le site d'informations belge "RTL Info" a écrit un article relayant cette information, qu'il a ensuite partagé sur sa page Facebook, aimée par plus de 700.000 personnes. "L'horreur en Russie: Alexandre retrouvé dans la grotte d'un ours et sur le point d'être dévoré", avait titré le média belge le 27 juin 2019. 

Le 5 juillet 2019, le média belge a publié un nouvel article titré "Non, Alexandre n'a pas été retrouvé dans la grotte d'un ours en Russie" à la suite de notre vérification. 

De nombreuses publications en anglais (ici et ici), espagnol (ici et ici) et en portugais (ici) avaient relayé l’information erronée sur les réseaux sociaux. 

Un article publié par l'agence russe EurAsia Daily datant du 25 juin 2019, et un autre du Siberian Times, publié le 26 juin 2019, relayent cette histoire. EurAsia Daily a reconnu le 27 juin que l’information était erronée, et a offert une récompense à toute personne capable d’identifier l’homme prétendant s’appeler Alexandre. 

L'agence a expliqué que la vidéo leur serait parvenue par le biais "d’un homme d’affaires très connu à Touva", dont l’agence n’a pas souhaité révéler l’identité. "(Il) a déclaré avoir reçu l’information par des amis chasseurs qui connaissaient les témoins oculaires de l’événement", a précisé l’agence. "L’histoire nous a semblé plausible parce que les journaux de Touva ont récemment publié l’histoire d’un habitant de la ville, Nicolay Irgit, qui a mordu un ours qui l’avait attaqué. Il semblerait que les ours de la région soient peu farouches..."

Contacté par l’AFP, Viguen Akopian, rédacteur-en-chef d’EurAsia Daily, a expliqué par courriel que l’agence avait lancé une enquête pour évaluer la véracité de la vidéo, "n'avait pas été concluante". 

Le 26 juin 2019, le Siberian Times a mis son article à jour et ajouté une citation du ministère de la Santé de Touva : “Nous ne pouvons confirmer que le cas s’est déroulé à Touva. Il n’a pas été enregistré par le ministère de la Santé ni par celui des Urgences, ni par aucune autre administration (de la région). Cela s’est probablement passé loin de Touva”.

Selon l'article du Siberian Times, les porte-parole du ministère de la Santé de Touva ont également affirmé que les mots prononcés dans la vidéo n'appartenaient pas non plus à la langue locale, le touvain.

A la même date, l’agence russe Ria Novosti a publié une déclaration du porte-parole du ministère des Affaires intérieures du pays, niant également que l’homme en question était un patient traité dans la république de Touva. 

Enterré vivant ? 

Capture d'écran réalisée le 04/07/2019 d'une vidéo YouTube publiée le 19/06/2019.

La même vidéo circule depuis le 19 juin 2019 au moins sur les réseaux sociaux russes avec cette fois une autre légende : "Une personne vivante a été extirpée d’une tombe. Âmes sensibles s’abstenir". Selon des médias russes, elle a circulé sur des applications de messagerie assortie d’un fichier audio. Dans celui-ci, il est expliqué que l’homme était sorti d’un cercueil dans un cimetière de Sotchi, en Russie, à la suite d'inondations. D’autres versions mentionnées par les internautes situaient la scène dans un cimetière non loin, à Essentouki. 

La piste kazakhe

Parmi les comptes sur les réseaux sociaux utilisant la vidéo, "Zello Poisk", un compte Instagram dédié à la recherche de personnes disparues à Aktobe (Kazakhstan), a demandé le 20 juin à ses abonnés de l’aide pour identifier l’homme dans la vidéo. Certains internautes ont commenté pour signaler qu’ils avaient reçu la même vidéo via des applications de messagerie, comme indiqué dans la capture d’écran ci-dessous et traduite du russe par Google Translate.

Capture d'écran d'un commentaire sur une photo publiée par le compte zello.poisk sur Instagram, réalisée le 04/07/2019

Le 23 juin 2019, "Zello Poisk" publie un nouveau message sur le sujet.  "Nous avons décidé d’enquêter et d’identifier cette personne (...) A l’écoute, la scène se passe au Kazakhstan, car la langue familière  parlée dans la vidéo est du kazakh. Nous avons vérifié auprès des hôpitaux et demandé autour de nous. Finalement, nous avons découvert que l’homme en question est bien dans notre ville. Il est actuellement pris en charge par un de nos hôpitaux et est en convalescence",  a écrit la personne en charge du compte, selon une traduction de Google Translate. 

Après vérification auprès de russophones travaillant à l'AFP, la langue du médecin et du patient est le russe, mais on entend aussi en arrière-plan de la vidéo des personnes parler kazakh.

Hospitalisé pour son psoriasis

Nous avons donc poursuivi les recherches du côté du Kazakhstan.

Le 27 juin 2019, le site d’informations russe Vesti.ru a mis en ligne la vidéo d’une interview avec Roustem Issaïev, le directeur du Centre médical d’Aktobe. Il a confirmé que l’homme filmé dans la vidéo, qui dit s’appeler Alexandre, était un de ses patients et a réfuté qu’il aurait été attaqué par un ours à Touva.

Contacté par un journaliste de l'AFP à Almaty, M. Issaïev a précisé qu’Alexandre souffrait de psoriasis depuis un certain temps. "Il est arrivé chez nous il y a quinze jours, et nous l’avons pris en charge. Quand son état s’est amélioré, nous l’avons autorisé à sortir de l’hôpital. Il est citoyen kazakh et habite à Aktobe", a-t-il déclaré. 

Le médecin a expliqué qu'Erlan Oumirbekov, un chirurgien de son équipe, avait filmé le patient avec son téléphone et envoyé la vidéo à ses amis qui va rapidement faire le tour du monde. M. Issaïev a assuré que des sanctions disciplinaires avaient été prises contre le chirurgien. "Nous ne pouvons pas le licencier. C’est un bon chirurgien, un spécialiste", a-t-il cependant précisé.

"Il était chez lui, apathique, et n’avait plus l’envie de vivre. Il souffrait de dépression", a précisé le médecin au quotidien britannique The Daily Mail. "Il a négligé son psoriasis et est arrivé chez nous dans cet état". En accord avec M. Issaïev, Alexandre a obtenu l’autorisation de rentrer chez lui et de poursuivre un traitement ambulatoire, sous la garde de sa mère. 

L'AFP a tenté de joindre M. Oumirbekov, pour l'instant sans succès.

EDIT 05/07 : changement de source de l'interview d'Issaïev, précision sur la langue parlée dans la vidéo

EDIT 05/07 : ajout d'un nouvel article de "RTL Info" démentant l'information. L'article originel est toujours en ligne.