Non, ces sculptures ne sont pas une découverte scientifique et n'illustrent pas une prière musulmane

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Les auteurs de publications partagées plus de 6.000 fois sur Facebook, depuis le 31 octobre 2019, laissent croire que des sculptures de Musulmans en train de prier ont été retrouvées au fond d'un océan. Plusieurs photos censées les représenter sont relayées dans des groupes Facebook pour illustrer un miracle divin. Mais il s'agit en réalité d’une œuvre de l’artiste Jason deCaires Taylor, visant à dénoncer l'aveuglement des banquiers après la crise financière de 2008.

capture d’écran Facebook prise le 12/11/2019
capture d’écran Facebook prise le 12/11/2019

 

La publication présente des silhouettes d'hommes, dans une posture qui peut faire penser à celle de la prière des fidèles musulmans: à genoux, face contre terre, paumes au sol.

"Retrouvés dans la mer. Un bon musulman doit écrire +Allahou Akbar+ (Dieu est le plus grand, NDLR)", écrit en anglais, l’auteur d'une publication, laissant penser qu’il peut s’agir de véritables dépouilles.  

Capture d'écran Facebook prise le 08/11/2019

Les images de cet assemblage sont utilisées, jointes ou séparément, dans des groupes de discussions islamiques comme ici en 2015, ici en 2017,  ici et ici en 2018. Selon une autre légende qui les accompagne ici, ici, ici, et ici, elles montrent des roches de forme humaine en prière, retrouvées au fond de l’Océan Pacifique.

Selon cette autre publication, il s'agirait d'une découverte scientifique qui constituerait une "autre preuve que l’Islam est la vraie religion"

D’où vient la première image?

Une recherche d’image inversée avec le moteur de recherche Yandex images nous mène vers ce site indonésien qui signale que les trois images qui nous intéressent représentent les oeuvres de l’artiste Jason deCaires Taylor. Cette mention nous conduit vers le site web de cet artiste. On y découvre que ses œuvres sont essentiellement des sculptures sous-marines.

Capture d'écran prise sur artimage.org.uk le 08/11/2019

Contacté le 6 novembre 2019 par l’AFP, Jason deCaires Taylor affirme avoir pris la première photo, qui montre son installation baptisée "The Bankers", présentée en 2011. Il nous donne le lien vers cette plateforme où nous retrouvons notre première image, signée de lui. On la voit aussi sur son compte certifié sur Facebook et surtout sur le site web du musée sous-marin de Cancun, dont Jason deCaires Taylor est le co-fondateur, et où sont exposées ses sculptures à taille humaine faites à base de ciment et d’acier inoxydable. 

D’où vient la seconde image ? 

Jason deCaires Taylor affirme que cette autre image n’est pas de lui mais montre également son installation "The Bankers", qui, explique-t-il, représente des banquiers refusant de regarder la réalité en face après la crise financière de 2008.

Ces pièces n'ont pas de rapport avec la prière musulmane. On retrouve ce même bloc humanoïde dans cette vidéo montrant les œuvres du musée sous-marin de Cancun (de 29' à 32"s). 

Le même cliché apparaît dans cet article d'un magazine consacré au musée de Cancun. Il apparaît ici sous un autre angle sur le compte Facebook de ce musée. 

D’où vient la troisième image?

capture d’écran Facebook prise le 12/11/2019

Nous n’avons pas retrouvé l’auteur de cette photo, ni le plongeur qu’on y voit. Toutefois, plusieurs indices tendent à montrer qu'elle a été prise au musée sous-marin de Cancun et qu'elle montre l'une des cinq sculptures de l’installation "The Bankers". Des visiteurs-plongeurs ont publié des images similaires sur Instagram, avec la même posture, c’est à dire, postés derrière un "banquier", comme ici  le 10 septembre 2018 et ici le 14 mars 2018.

Capture d'écran Instagram prise le 08/11/2019
Capture d'écran Instagram prise le 08/11/2019

 

Effectivement, "l’image avec le plongeur a été prise près de mon œuvre et est plus récente; comme vous pouvez le constater à partir de la mousse sous marine qui est au-dessus", soutient Jason deCaires Taylor à l’AFP. Il regrette que son "travail soit continuellement utilisé à des fins de désinformation". 

Edit 03/12/2019: correction des coquilles dans le chapeau