Non, ceci n'est pas un "avion" prêt à "exfiltrer" Emmanuel Macron à cause des "gilets jaunes"

Plusieurs milliers de personnes ont partagé une photo d'un avion d'affaires en assurant qu'il était "en alerte permanente pour exfiltrer Emmanuel Macron" à cause du mouvement des "gilets jaunes". L'avion n'appartient en réalité pas à la flotte présidentielle, et l'intox avait déjà été publiée en 2013 par le même auteur au sujet de François Hollande.

900 retweets et 3.700 partages sur Facebook pour la photo de cet avion qui serait en "alerte permanente" depuis 3 jours "pour exfiltrer Macron" à cause du mouvement des "gilets jaunes".

L'avion, d'abord. C'est un Falcon 7X. Il y en a bien deux dans la flotte gouvernementale (Escadron de transport 60, pour les connaisseurs). Mais comme l'a noté un journaliste de RTL, cet avion-là ressemble plus à un Falcon 7X saoudien. 

Le colonel Cyrille Duvivier, porte-parole de l'armée de l'air, le confirme à l'AFP : "Ce n'est pas le nôtre ! Ceux de la présidence sont marqués" avec "République française" et le drapeau tricolore sur la queue de l'appareil, comme sur ce cliché AFP récent de notre photographe de Ludovic Marin.

Un Falcon 7X de la flotte gouvernementale, à Nouméa le 3 mai 2018 (AFP / Ludovic Marin)

L'"information", maintenant. L'auteur du tweet, OFrancois60200, n'en est pas à son coup d'essai, comme l'a observé un autre utilisateur de Twitter : il avait tweeté la même chose pour l'ancien président François Hollande en 2013 pendant la "Manif Pour Tous".

Qu'en est-il en réalité ? "Les délais d'alerte" de la flotte gouvernementale "sont ajustés à l'actualité et aux sollicitations éventuelles du gouvernement" a expliqué Cyrille Duvivier. "Ce samedi n'étant pas comme les autres, l'astreinte a été adaptée à l'actualité au cas où il y aurait besoin d'un déplacement en province d'un membre du gouvernement" a poursuivi le colonel Duvivier.

Nous n'avons pas retrouvé d'où vient cliché original mais vu qu'il a déjà été tweeté par OFrancois60200 en 2013, il est impossible qu'il date du mouvement des gilets jaunes.

EDIT 11/12 : coquille corrigée à l'avant dernier paragraphe
Guillaume Daudin