Ugandan President Yoweri Museveni speaks during the inauguration ceremony for his sixth term at Kololo Ceremonial Grounds in Kampala ( AFP / BADRU KATUMBA)

Attention à cette vidéo annonçant à tort la mort du président ougandais Yoweri Museveni

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une vidéo annonçant la mort du président ougandais Yoweri Museveni circule sur les réseaux sociaux depuis le 28 juin. Elle assure que le chef d'Etat, au pouvoir depuis 35 ans, a "rendu l'âme" dans un hôpital au Kenya où il était soigné. L'affirmation est fausse: Yoweri Museveni est toujours en vie. Il a fait plusieurs apparitions en public et a lui-même démenti cette rumeur.

Le président ougandais Yoweri Museveni a-t-il "rendu l'âme"? C'est ce qu'affirme une vidéo de 4 minutes visible sur Youtube et Facebook, dont la légende indique que le chef d'Etat âgé de 76 ans est mort dans "un hôpital au Kenya" ou il était hospitalisé pour des "soins".

Cette vidéo, visionnée plusieurs milliers de fois depuis le 27 juin, est un enchaînement de différentes photos du président Yoweri Museveni. Les lettres "RIP", abréviation de "rest in peace" ("repose en paix" en anglais), apparaissent en lettres capitales rouges au milieu de l'écran. A gauche et à droite figurent deux captures d'écran montrant une photo d'hélicoptère.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 15 juillet 2021

Une voix-off commente ces images en swahili, la langue nationale du Kenya, également parlée dans plusieurs pays voisins. Elle fait le parallèle entre la "mort" de Museveni et celle de l'ancien président tanzanien John Pompe Magufuli, dont le décès en mars avait été annoncé sur les réseaux sociaux avant les canaux officiels.

Yoweri Museveni a démenti sa propre mort

Cette publication part en réalité d'une vidéo en anglais qui a cumulé plus de 350.000 vues sur Youtube et a été partagée à de multiples reprises sur Facebook au Kenya depuis la fin du mois de juin. Elle a été vérifiée par les journalistes de l'AFP Factuel au Kenya le 09 juillet 2021.

Parallèlement à cette vidéo, de nombreuses publications, parfois peu partagées, ont annoncé ces dernières semaines la mort du président ougandais, l'un des plus anciens dirigeants au pouvoir en Afrique et dans le monde. Pourtant, ce dernier est toujours en vie.

Yoweri Museveni a ainsi fait plusieurs apparitions publiques depuis fin juin: il était présent au Sommet mondial sur la santé le 27 juin 2021 ; le 1er juillet 2021, il a rejoint un rassemblement virtuel de l'ONU en présences d'autres dirigeants africains ; enfin, le 7 juillet 2021, il a prononcé un discours liminaire lors de la séance d'ouverture de la Journée de l'intégration africaine, qui a eu lieu à State House Entebbe, sa résidence officielle.

Le 8 juillet 2021, lors de la prestation de serment des nouveaux ministres au palais présidentiel, Yoweri Museveni s'est par ailleurs exprimé au sujet de ces rumeurs annonçant sa mort. Il a appelé les services de sécurité à oeuvrer pour endiguer ces fausses nouvelles.

"Nous devons résoudre ce problème, qui n'est pas un problème d'ordre sécuritaire mais un problème idiot lié aux réseaux sociaux. Ils disent qu'apparemment Museveni est mort. Les services de sécurité doivent donc résoudre ce problème. Je dois vérifier auprès d'eux pour localiser rapidement ceux qui racontent de telles histoires parce qu'ils font perdre du temps aux gens", a-t-il déclaré depuis le palais présidentiel.

L'état de santé des présidents africains suscite souvent des spéculations en tout genre

L'une des catégories de rumeurs les plus virales sur les réseaux sociaux demeure celles qui annoncent les morts de personnalités politiques. Cette tendance est due à des "facteurs politiques" et "à la culture africaine", "habituée à ne pas partager d'informations négatives sur l'état de santé des gens", analyse pour l'AFP David Monyae, directeur du Centre d'études afro-chinoise de l'Université de Johannesbourg, en Afrique du Sud.

L'état de santé des hommes politiques africains est tenu secret "parce que les dirigeants choisissent de se soigner discrètement à l'étranger, étant donné que leur propre pays manque d'infrastructures. Nous l'avons vu avec des dirigeants comme feu le président zimbabwéen Robert Mugabe, ou l'actuel président nigérian Muhammadu Buhari", a ajouté M. Monyae, interrogé le 9 juillet 2021.

Cette analyse se vérifie également dans d'autres pays d'Afrique, du Maghreb à l'Afrique centrale en passant par l'Afrique de l'ouest - comme en Côte d'Ivoire, où plusieurs ministres ainsi que le président ont été se faire soigner en France. Les présidents gabonais et algérien entre autres ont eux aussi fait le choix ces dernières années de quitter leur pays pour aller se faire soigner ailleurs.

Traduction et adaptation :
COVID-19