Non, Madagascar n'a pas annoncé son retrait de l'OMS

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Selon des publications qui circulent sur les réseaux sociaux depuis la fin du mois de juin, Madagascar a décidé de se retirer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En cause: le refus de l'institution onusienne d'approuver le Covid-Organics, une boisson malgache censée guérir le coronavirus. Cette affirmation est erronée, selon l'OMS, qui avait déjà démenti une rumeur similaire en mai 2020.

"Madagascar quitte l'OMS", assurent des publications partagées sur des pages Facebook, notamment dans des pays africains, au Canada et en France. Cette décision, selon ces messages, serait motivée par le fait que l'OMS n'a pas reconnu le Covid-Organics, une boisson présentée par le président malgache comme un remède contre le coronavirus.

L'OMS "nous empêche de nous soigner naturellement et veut nous administrer des produits toxiques", affirme l'une de ces publications. L'auteur prétend relayer des propos du président Andry Rajoelina, accusant l'organisation de lui avoir "offert 20 millions de dollars pour mettre des toxines" dans cette tisane à base d'artemisia.

La publication a été partagée au moins 300 fois sur Facebook (1, 2, 3, 4) et relayée sur plusieurs sites internet, notamment au Canada et en France comme ici, ici et ici.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 1er juillet 2021

Ce n'est pas la première fois que cette rumeur sur le retrait du pays de l'OMS circule sur internet : un message similaire avait été partagé il y a un an sur les réseaux sociaux (1, 2, 3). Il affirmait que le chef d'Etat malgache avait appelé “tous les pays africains" à quitter l'OMS "en raison de la mauvaise foi des Européens vers les Africains”.

L'affirmation avait fait l'objet d'une vérification par l’AFP en mai 2020. La directrice de cabinet de la présidence avait alors "formellement démenti" cette rumeur, déplorant les "nombreux propos (...) faussement attribués au Président Andry Rajoelina" depuis le lancement en grande pompe de Covid-Organics. L'OMS avait assuré n'avoir reçu aucune notification en ce sens.

Madagascar toujours membre de l'OMS

Jointe par l'AFP le 1er juillet, l'OMS a de nouveau formellement démenti l'existence d'une procédure de retrait initiée par Madagascar. "La représentante de l'OMS à Madagascar (...) réaffirme la présence du pays comme membre de l'OMS", indique l'organisation dans une déclaration.

Communiqué de l'OMS en date du 1er juillet 2021

Sollicitée, la présidence malgache n'a pas répondu aux demandes de l'Agence France-Presse. Mais l'AFP n'a trouvé aucune trace d'une déclaration allant dans le sens d'un retrait, ni sur les pages officielles du gouvernement malgache, ni sur le compte Twitter d’Andry Rajoelina, très actif sur les réseaux sociaux, ni dans les médias locaux.

Le pays de 27 millions d'habitants bénéficie d'ailleurs toujours de l'aide de l'organisation internationale. Comme le souligne la déclaration ci-dessus, Madagascar a adhéré en avril au programme Covax, lancé pour garantir l'accès aux vaccins contre le Covid-19 des pays les plus pauvres. La première cargaison de 250.000 vaccins Oxford/Astra Zeneca est arrivée début mai dans la grande île de l'océan Indien.

Par ailleurs, l'OMS a mené fin juin une campagne de vaccination contre la poliomyélite, une maladie très contagieuse envahissant le système nerveux et entraînant des paralysies irréversibles, qui touche surtout les enfants en bas âge. La campagne a eu lieu dans 15 régions et 85 districts de Madagascar.

Mises en garde contre le Covid-Organics

Madagascar s'est résolue fin mars à recourir aux vaccins contre le Covid-19, mais de façon facultative et sans pour autant abandonner son "remède" local vanté par Andry Rajoelina.

Les autorités malgaches avaient affirmé dès avril 2020 avoir trouvé un moyen pour soigner le coronavirus avec le Covid-Organics. Ce "remède naturel, non toxique et non invasif" a un rôle à la fois "préventif et curatif contre le Covid-19", assurait Andry Rajoelina en mai 2020.

"Le problème, c’est que cela vient d’Afrique. Et on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 163e pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule pour sauver le monde”, lançait-il pour répondre aux réticences. “Dans cette bataille, on veut freiner. On veut décourager, voire même nous interdire d’avancer".

Des boites de Covid-organics vendues dans une pharmacie à Antananarivo le 2 octobre 2020. ( AFP / RIJASOLO)

L'OMS a multiplié de son côté les mises en garde contre cette tisane en répétant qu'aucune étude scientifique ne prouvait son efficacité. "Il n'y a pas de traitement spécifique sûr et efficace ayant fait ses preuves contre le Covid-19", a redit l'organisation dans un communiqué publié le 5 juillet, en mentionnant l'artemisia.

En un an de pandémie, Madagascar a enregistré près de 42.000 cas de coronavirus, dont 900 décès, selon le bilan officiel des autorités.

Le Covid-Organics a été distribué dans plusieurs écoles du pays. ( AFP / RIJASOLO)

En plus du Covid-19, le pays est frappé par la famine, notamment dans le sud. Il y a plus d'un mois, l'ONU avait déjà alerté sur une famine en progression mettant en danger plus d'un million de personnes.

COVID-19