Des "gilets jaunes", le 17 novembre 2018 à Paris (AFP / Stephane De Sakutin)

Gilets jaunes: démêler le vrai du faux de trois jours de mobilisation

La mobilisation des "Gilets Jaunes" contre la hausse des taxes sur les carburants a suscité le partage de nombreux commentaires, photos et vidéos sur les réseaux sociaux. L'AFP revient sur cinq éléments, vrais ou faux, de ces dernières 72 heures.

1 / Une fausse photo (elle date du 1er février 2014).

Un compte Twitter a diffusé samedi soir une photo de nombreuses personnes sur une 2x2 voies, toutes vêtues de gilets jaunes ou oranges, interpellant Emmanuel Macron pour savoir "combien de #giletsjaunes" il voit sur l'image, alors que de nombreuses personnes ont accusé le ministère de l'Intérieur de minorer l'ampleur du mouvement.

Rediffusée et "aimée" plus de 5.000 fois, cette photo date pourtant du 1er février 2014 et a été prise à l’occasion d‘une manifestation de travailleurs frontaliers à Saint-Louis (Haut-Rhin), comme nous l'avons expliqué dimanche sur Twitter.

JM Massart, l'auteur des clichés, a ensuite contacté l'AFP pour fournir les originaux.

2 / Une fausse photo (elle date du 13 mai 2017)

Une photo a été diffusée notamment sur Facebook, prétendant représenter les "Gilets jaunes" réunis place de Jaude à Clermont-Ferrand. Cette publication, désormais supprimée, avait totalisé près de 100.000 partages.

Capture d'écran d'une publication Facebook erronée, le 19 novembre 2018Capture d'écran d'une publication Facebook erronée, le 19 novembre 2018

Comme nous l'avons expliqué dimanche sur Twitter, cette photo date en réalité du 13 mai 2017. Prise par l'AFP, elle montre des supporteurs du club de rugby de Clermont, réunis pour assister à la finale de la Champions Cup contre les Saracens.

3 / Une vraie photo (elle date de samedi, et a été prise à Dijon)

Plusieurs utilisateurs de Twitter ont interrogé l'AFP sur la véracité de cette photo sur laquelle figurent de nombreux gilets jaunes, la jugeant suspecte par la présence de nombreuses personnes et une sensation d’écrasement des manifestants les plus lointains, en haut de la photo.

Elle est pourtant authentique, prise à Dijon, et a été diffusée par nos confrères de France Bleu Bourgogne sur leur compte Twitter.

France Bleu Bourgogne a diffusé d'autres clichés ou vidéos de l'événement sous d'autres angles, comme dans ce tweet ou celui-là. L'AFP a aussi fait état d'une forte mobilisation qui a dégénéré dans cette dépêche.

4/ Un journal télévisé censuré ? C'est faux.

De nombreux tweets et publications Facebook, dont celui-ci qui a été vu près de trois millions de fois, ont affirmé ou induit que France 3 Aquitaine avait censuré une journaliste couvrant la mobilisation des Gilets jaunes près du pont d'Aquitaine à Bordeaux parce qu'elle parlait de "CRS qui menacent les manifestants".

La chaîne France 3 Aquitaine a expliqué dans plusieurs tweets qu'elle a été obligée de couper sa journaliste parce qu'elle s'exprimait à la fin du décrochage régional, juste avant la fin de l'édition du 12/13 Aquitaine du samedi 17 novembre.

Comme on le voit dans le replay de cette édition, cette interview arrive 50 secondes avant la fin de l'édition, à partir de 18'54.

Une coupure du JT de France 3 Aquitaine exceptionnellement rapide pour cause de censure ? Rien d'anormal pourtant quand on regarde la durée des éditions des trois précédents samedi : celle du 10 novembre faisait 20 minutes et 13 secondes, celle du 3 novembre 18 minutes et 42 secondes, celle du 27 octobre 18 minutes et 55 secondes. Soit peu ou prou la même.

La présentatrice de l'édition demande bien d'ailleurs un "dernier point" de situation, et pour cause : la journaliste en duplex s'était déjà exprimée plus de deux minutes au début de l'édition (à partir de 2'48) en direct du pont d'Aquitaine.

Nos confrères du Huffington Post ont aussi écrit sur le sujet.

5 / Une fausse photo (elle date du 11 janvier 2015)

Plus de 22.000 retweets et "j'aime" ont salué ce tweet en espagnol de dimanche midi accompagné d'une photo affirmant qu'"un million de personnes" se sont pressées dans les rues de Paris dans les manifestations contre les hausses de taxes sur les carburants.

Capture d'écran d'un tweet erroné, le 19 novembre 2018Capture d'écran d'un tweet erroné, le 19 novembre 2018

Tout est faux, pourtant : si des "Gilets jaunes" se sont mobilisés à Paris samedi 17 novembre (l'AFP en a par exemple fait état ici), ils n'ont pas été un million. Personne, même parmi les sympathisants du mouvement, n'a avancé ce chiffre pour Paris.

La photo, surtout, n'a rien à voir avec les "Gilets jaunes" : elle a été prise par nos confrères de Reuters, place de la République, lors de l'immense manifestation du 11 janvier 2015, après les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher.

A Paris, les gilets jaunes se sont rassemblés porte Maillot, sur les Champs-Elysées ou près de l'Elysée. Se sont-ils rassemblés place de la République ? Oui d'après ce tweet, mais ils ne semblaient pas un million...

EDIT : ajout de signatures
Guillaume Daudin
Grégoire Lemarchand
Sami Acef