Faux, cette "recette miracle" n'est ni un traitement approuvé, ni prouvé, selon plusieurs spécialistes

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

L’infusion de feuilles d’aubergines sauvages suffit-elle à soigner le cancer du sein ? L’auteur d’une publication partagée plus de 22 000 fois sur Facebook, depuis le 25 octobre 2019, promet une "amélioration au bout de deux semaines" aux malades qui prendront ce breuvage. Les medécins et experts contactés par l’AFP alertent sur le danger de "cette recette miracle", qui n'est "ni un traitement approuvé, ni prouvé".

Capture d'écran Facebook prise le 04/12/2019

Le cancer du sein se manifeste, entre autres symptômes cliniques, par une masse de cellules anormales au niveau du tissu mammaire. Cette anomalie peut nécessiter une ablation du sein ou du pectoral chez l’homme. Selon l’Organisation mondiale de la santé-OMS-, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent au niveau mondial chez les femmes.

Une situation alarmante qui a manifestement inspiré l'auteur d’une page très suivie au Bénin, appelée "Guérison verte", qui publie des traitements rapides à base de plantes. "Cherchez cette feuille-d’aubergine sauvage- et faite une décoction. Buvez la tisane deux fois par jours (sic), pendant deux semaines. Au fur et à mesure que vous prenez cette tisane, vous verrez qu’il y a amélioration", lit-on sur ce post.

"Ce n’est ni un traitement approuvé, ni prouvé. Je dirais que c'est même dangereux, parce que certains légumes contiennent des composés toxiques et d'aucuns pensent à tort qu'ils détruisent les tumeurs", rétorque Xavier Coumoul, professeur de toxicologie à l’université de Paris Descartes, contacté le 3 décembre 2019 par l’AFP. 

Pour le chirurgien-cancérologue Ambroise Ntama, en poste à l’hôpital de district de Deido à Douala au Cameroun, le cancer du sein n’est pas une maladie bénigne qu’on guérit à coup de breuvage comme un simple rhume. 

"Après le diagnostic, le cancer du sein induit un traitement à la fois chirurgical, médical (chimiothérapie, hormonothérapie, traitements ciblés), radique( radiothérapie) et un accompagnement psychologique", explique-t-il.

Ce protocole est donc pluridisciplinaire et nécessite, selon lui, de "confronter les avis de radiothérapeutes, des chirurgiens, des oncologues médicaux, des pathologistes, des spécialistes d'organes , des psychologues etc". Un autre spécialiste, le Dr Marian Gutowski, chirurgien à l’institut du cancer de Montpellier, détaille les étapes du diagnostic au traitement, dans cette interview vidéo accordée au Figaro.

Le Pr Xavier Coumoul martèle : "Ce sont des protocoles efficaces qui augmentent les chances de survie des patients. Il n'y a aucune raison que les gens aient recours à des pseudo-traitements aux feuilles d’aubergine, pour guérir du cancer du sein".

Ces spécialistes soulignent l'importance de la prévention du cancer du sein.

"Alors qu’aux États-Unis et en Europe environ 20% des femmes qui en sont atteintes en meurent, cette proportion est supérieure à 50% en Afrique francophone", peut-on lire dans ce rapport de l’Alliance des Ligues francophones africaines et méditerranéennes contre le cancer (Aliam).