Canada's Prime Minister Justin Trudeau speaks at a news conference on the Covid-19 situation, January 12, 2022, in Ottawa, Canada. ( AFP / Dave Chan)

Justin Trudeau a-t-il payé les médias canadiens pour faire taire les critiques ? Un extrait vidéo tronqué d'un discours humoristique

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.

Justin Trudeau a-t-il corrompu des médias canadiens pour qu'ils le "laissent tranquille" ? Une vidéo partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter depuis début février montre le premier ministre canadien déclarant avoir payé les médias à hauteur de 600 millions de dollars contre des articles élogieux. Or, cette vidéo tronquée présente un discours de Justin Trudeau devant la presse parlementaire en 2019, lors duquel il plaisante explicitement des accusations de corruption en évoquant un plan de soutien à la presse présenté cette même année par son gouvernement. Dans la suite de son discours, le Premier ministre y présente en contrepoint des articles peu flatteurs à son encontre.

"Déclaration hallucinante de Justin Trudeau" : depuis début février, une vidéo partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter montre le premier ministre canadien déclarant avoir payé les médias canadiens "600 millions de dollars" pour être "tranquille" et éviter toute critique dans les médias.
Beaucoup d'internautes et sites web régulièrement épinglés par l'AFP, comme Business Bourse ou le Courrier des stratèges, s'indignent ainsi de voir l'homme politique canadien reconnaître sans ambiguïtés vouloir acheter les médias à des fins politiques.

( Tweet du site Courrier des stratèges, qui relaye la vidéo tronquée de Justin Trudeau (capture d'écran du 04/02/2022) / Nathan Gallo)

Or, cette vidéo, issue d'un discours de 2019 lors du dîner annuel avec la presse parlementaire canadienne, est trompeuse. Si cet extrait est bien réel, il montre un passage humoristique dans lequel Justin Trudeau se montre ironique face aux accusations récurrentes des "biais libéraux" d'une partie de la presse canadienne à son égard.

Au cours de cet événement, souvent marqué par les traits d'humour des personnalités politiques et médiatiques, Trudeau avait déclaré : "Vous entendez parfois parler des biais libéraux des médias ces derniers temps, sur comment ils épargnent constamment le gouvernement sans bonne raison. Franchement, je trouve ça insultant : c'est évident qu'ils nous laissent tranquilles pour une très bonne raison : parce qu'on les a payés 600 millions de dollars". Il poursuivait : "Vous n'avez pas de gros titres aussi extraordinaires si vous ne graissez pas la patte un minimum".

Ce que ne montre pas la vidéo, ce sont les secondes qui suivent, visibles dans la vidéo ci-dessous, lors desquelles Justin Trudeau fait défiler sur grand écran les "gros titres extraordinaires" auxquels il fait ironiquement référence : plusieurs titres franchement critiques à son encontre d'une partie de la presse canadienne, comme "Justin Trudeau et le degré zéro de la réflexion" ou encore "Trudeau a perdu le droit moral de gouverner".

 

Le passage de la présentation de Justin Trudeau qui n'est pas montré dans la vidéo tronquée partagée sur Twitter. Le premier ministre canadien y montre des titres d'articles peu élogieux envers lui et sa politique (capture d'écran du 04/02/2022) ( Nathan Gallo)

Un plan de soutien aux médias de 595 millions de dollars mis en place en 2019

Dans cette allocution, Trudeau fait référence à son plan de soutien de 595 millions de dollars canadiens à la presse canadienne mis en place début 2019 sur cinq ans.  Dans le détail, ce plan a pour objectif de soutenir les médias sous la forme de crédits d'impôts accordés aux titres papier et numériques. Des mesures fiscales aux abonnés en ligne ont aussi pour objectif de soutenir la nouvelle économie numérique des médias, tout comme des aides aux donateurs.

A l'époque, le plan avait déjà suscité les critiques de la part de l'opposition, qui accusait le gouvernement de vouloir "corrompre la presse". La députée conservatrice Michelle Rempel avait notamment déclaré, en s'adressant aux journalistes : "Ce que Justin Trudeau vous explique, c'est : voici un demi-milliard de dollars. Ne mordez pas la main qui vous nourrit". Le parti conservateur espérait d'ailleurs remettre ce plan en cause en cas de victoire aux élections fédérales de décembre 2021, finalement remportées par Justin Trudeau.

Depuis 2019, le secteur des médias canadien bénéficie ainsi d'une aide importante pour un secteur très affecté économiquement par la baisse des recettes publicitaires et des abonnements et ventes. Malgré tout, plusieurs spécialistes du monde des médias avaient demandé dès 2018 à ce que ces aides ne servent pas uniquement à "remplir les poches des dirigeants" de médias, mais permettent surtout de pérenniser et consolider le modèle économique des titres bénéficiaires.

Au Canada et sur les réseaux sociaux, une mobilisation importante contre Justin Trudeau et sa politique sanitaire

Cette vidéo tronquée refait surface à un moment où le gouvernement de Justin Trudeau subit de fortes mobilisations dans le pays contre les mesures sanitaires. Le gouvernement fait en effet face depuis fin janvier à une mobilisation d'ampleur des camionneurs et des opposants à la politique sanitaire jugée trop contraignante. Un "convoi de la liberté", regroupant des centaines de camions, manifeste depuis le 29 janvier dans la capitale canadienne, Ottawa, pour dénoncer l'obligation vaccinale.

Le mouvement canadien, beaucoup relayé en ligne ces derniers jours, est devenu un symbole de résistance pour une partie des personnes opposées à toute politique vaccinale contraignante. En France, l'information a été massivement partagée par des internautes et sites opposés aux contraintes liées à la vaccination, parfois à coup de vidéos ou d'images trompeuses. 

Traduction et adaptation :