Burkina: cette photo ne montre pas l'ex-président Damiba en exil à Lomé mais aux Etats-Unis avant le putsch

Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés.
"

Au lendemain du putsch qui a renversé l’ancien président Paul-Henri Damiba, une publication largement relayée au Burkina Faso prétend le montrer avec femme et enfants, dans un restaurant chic de Lomé, au Togo voisin, où il s'est réfugié. C’est faux, cette photo a été prise aux Etats-Unis, avec des représentants de la diaspora burkinabè, en marge de la 77e Assemblée générale de l'ONU qui s'est tenue en septembre à New-York.

"La famille de l'ex-président du Faso, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba depuis Lomé/Togo", affirme un brin moqueur, l’auteur d’un post publié le 4 octobre sur Facebook. Le même message circule sur bon nombre de publications Facebook (1,2,3...) mais aussi sur Twitter.

Sur cette photo de groupe apparaissent cinq personnes dont le lieutenant-colonel Sandaogo Damiba, en costume sombre et cravate bleu ciel, attablé dans un restaurant chic aux murs décorés de tapisseries aux tons chauds. On le voit souriant, assis au milieu de deux femmes. L'ex-président entoure les épaules d’un jeune garçon qui se tient debout près de lui. En arrière-plan, apparaît un homme légèrement courbé prenant la pose.

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 11 octobre 2022

Le Burkina Faso dans la tourmente

Dans les commentaires, les internautes affichent une certaine hostilité à l'égard de l'éphémère président qui avait lui-même pris le pouvoir par la force en janvier 2022, avant d'être renversé à son tour par des militaires le 30 septembre. "En 8 mois de vol, il a eu assez de fonds, donc tranquille au Togo", écrit l’un d’eux, persuadé comme un autre qu’"il s’en est fait plein les poches". Un autre accuse l’ex-président d'avoir "préparé son exil" afin de couler des jours paisibles au Togo qui a accepté de l'accueillir.

Ces réactions interviennent dans un contexte troublé au Burkina Faso, théâtre de deux coups d'Etat en moins d'un an et en proie à une grave crise sécuritaire et humanitaire, la majeure partie du territoire échappant au contrôle des autorités jusque-là impuissantes à enrayer les attaques jihadistes.

Le capitaine Ibrahim Traoré, nouvel homme fort du Burkina Faso à l'issue du dernier putsch, reprochait notamment au lieutenant-colonel Damiba le manque de résultats dans la lutte contre les jihadistes et "la dégradation continue de la situation sécuritaire" dans le pays.

Mais la photo censée montrer l’ex-président burkinabè profitant en toute insouciance de son exil, devant un copieux dîner en famille à Lomé, a en fait été prise aux Etats-Unis et non au Togo, une semaine avant le putsch qui l'a chassé du pouvoir.

Selon une source à la présidence burkinabè contactée par l’AFP, la photo qui circule a été prise le 23 septembre à New York, aux Etats-Unis, alors que M. Damiba prenait part à la 77e Assemblée générale de l'ONU.

Une publication du 24 septembre sur la page Facebook de la Présidence burkinabè fournit les détails de cette journée. "Présent à New York aux États-Unis dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies, le Président du Faso, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA, a eu une rencontre d’échanges avec les compatriotes qui vivent dans ce pays", confirme ce compte-rendu. "La Communauté burkinabè est venue des Etats comme Boston, New Jersey, New York, entre autres pour des échanges directs avec le Chef de l’Etat sur leurs préoccupations et les questions touchant la vie de la nation", notamment sécuritaires et humanitaires.

Dans la série de photos associée à ce post, une image montre le lieutenant-colonel Damiba arborant le même costume-cravate que sur le cliché au restaurant qui circule sur les réseaux sociaux. Il porte la même tenue que durant son discours, le même jour, à l'ONU comme l'atteste également une image publiée sur le site de l’ONU le 23 septembre.

Images comparées de Damiba, toutes prises le 23 septembre 2022. Capture d'écran 1 réalisée sur la page Facebook de la Présidence burkinabè, 2 réalisée sur le site de l'ONU et 3 sur l'une des publications virales sur Facebook, le 11 octobre 2022

Selon la source de la présidence burkinabè contactée par l'AFP, "la photo a été prise au cours d'un dîner dans un restaurant de New-York, avec des membres de la communauté burkinabè ayant précédemment participé à une rencontre entre l'ex-président et la diaspora burkinabé sur place ”.

Deux journalistes de la chaîne de télévision privée burkinabè BF1, contactés par l'AFP et ayant participé à l'échange avec la diaspora burkinabé à New York, attestent que les deux femmes et le garçon de la photo virale ont aussi été aperçus à cette rencontre.

L'un des deux journalistes précise que "la rencontre était initialement prévue au GML Auditorium, dans le Bronx. Elle a finalement eu lieu dans une salle juste à côté”, affirme ce responsable éditorial de la chaîne. L'autre journaliste affirme avoir ôté son sac d'ordinateur d'un siège pour permettre à la dame sur la photo de l'occuper. Il martèle qu'elle "était vêtue de la même façon que sur la photo virale”.

Toujours selon ce journaliste, le restaurant dans lequel a été prise la photo virale de l’ex-président est baptisé “La Grenouille”. “C’était le même jour que sa rencontre avec la diaspora burkinabé à New-York”, précise-t-il.

Contacté par l'AFP, l'établissement La Grenouille n'a pas donné suite dans l'immédiat. Mais sur les photos affichées par le site internet de ce restaurant, plusieurs indices visuels indiquent qu'il s'agit bien de l'endroit où a été prise la photo virale : les mêmes chaises rouge et noir, les mêmes lampes, la même lumière tamisée, certains murs tapissés de rouge, ainsi que des tables rectangulaires nappées de blanc.

Cette photo a donc bien été prise à New York le 23 septembre 2022 en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies, et non pas à Lomé, au Togo, où très peu d'informations ont filtré sur le sort de l'ex-président en exil, resté très discret.

Images comparées du restaurant La grenouille. A gauche, photo prise sur le site internet du restaurant La grenouille, à droite image virale sur Facebook.

Des "Assises nationales" pour désigner un président de transition

Le 30 septembre, le capitaine Traoré, âgé de seulement 34 ans, a renversé le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, lui-même arrivé par la force au pouvoir en janvier 2022 après avoir déchu le président élu Roch Marc Christian Kaboré.

Le nouvel homme fort du Burkina a officiellement été désigné le 5 octobre président du Burkina Faso dans l'attente de la désignation d'un président de transition par des "Assises nationales" se tiendront les 14 et 15 octobre, selon un décret présidentiel lu samedi à la télévision.

Le capitaine Traoré a assuré qu'il ne ferait qu'expédier "les affaires courantes" jusqu'à la désignation d'un nouveau président de transition - civil ou militaire - lors des Assises nationales, qui doivent notamment rassembler les représentants des diverses forces politiques, sociales et de la société civile.

Selon plusieurs analystes, le putsch a été précipité par une énième attaque jihadiste qui a fait des dizaines de morts le 26 septembre et semé l'effroi et la colère au sein de la population burkinabè. Un convoi de ravitaillement à destination de la ville de Djibo, capitale de la région du Sahel enclavée dans le nord du pays, avait été pris d'assaut par des hommes armés lors d'une embuscade spectaculaire.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux et authentifié par le centre américain SITE de surveillance des mouvements jihadistes, le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda) a revendiqué l'attaque.

Depuis 2015, les attaques régulières de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI) ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes au Burkina Faso.