Des policiers lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Montpellier le 23 mars 2019 (Sylvain Thomas / AFP)

Deux femmes "gilets jaunes" tuées samedi à Montpellier ? Faux, selon la préfecture de l'Hérault

Deux vidéos Facebook partagées près de 25.000 fois en moins de 24 heures font état, respectivement, d'"une" et "deux" manifestantes "gilets jaunes" tuées par des tirs de LBD à Montpellier samedi lors de l'acte 30 du mouvement. La préfecture de l'Hérault dément catérogiquement, évoquant une "fausse rumeur".

"Il y a bien eu un mort, confirmé par les CRS (…). C'est une femme d'un certain âge, elle a pris un tir de LBD dans la tête. Elle est tombée dans le coma, elle est partie, elle a rien senti", affirme dans une première vidéo, diffusée samedi en direct à partir de 17h00, un homme en tenue de "street medic" interrogé par une manifestante.

Capture d'écran Facebook prise le 09/06/2019

Une autre vidéo live, diffusée une demi-heure plus tard par la page Facebook "Vécu, le média du gilet jaune", et partagée depuis près de 20.000 fois, fait elle état de deux femmes tuées par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD) à Montpellier, où un appel national à manifester avait été lancé.

Capture d'écran Facebook prise le 09/06/2019

"J'ai eu le chef des street medics au téléphone. Ils ont appelé ensemble les urgences, une amie urgentiste (...), qui a confirmé qu'une dame d'une cinquantaine d'années qui aurait pris un flashball dans la rate. Rate éclatée et elle serait décédée. Deuxième : une dame également, d'un tramautisme crânien, suite à un flashball dans la tête. Elle serait décédée également", affirme Gabin Formont, le responsable de la page Facebook, qui a depuis mis à jour le statut de la vidéo pour préciser qu'il s'agissait d'une information "sous réserve".

La chroniqueuse Raquel Garrido, ex-parole de LFI, a elle aussi relayé cette rumeur sur le mode interrogatif samedi sur Twitter.

Elle a ensuite supprimé son tweet et a écrit celui qui suit, disant attendre des "précisions".

Capture d'écran Twitter prise le 09/06/2019

La préfecture de l'Hérault a toutefois démenti catégoriquement tout décès samedi parmi les manifestants.

"Il n'y a pas de décès. Tout cela a déjà été largement démenti hier (samedi, NDLR). Ce ne sont que de fausses rumeurs. C'est désolant, l'importance qu'a pris cette fausse information, partie d'on ne sait quel fantasme", a affirmé dimanche à l'AFP un porte-parole de la préfecture de l'Hérault, qui avait déjà publié un démenti sur Twitter samedi en fin d'après-midi.  

Interrogés par l'AFP, les pompiers de l'Hérault ont également affirmé n'avoir recensé aucun décès "dans la manif", "même si hier la situation était cataclysmique".

Selon la préfecture, les blessures recensées samedi à Montpellier sont "des foulures, des coupures, mais aucun blessé grave". "Un policier a été brûlé au bras par un engin pyrotechnique", a ajouté le porte-parole de la préfecture.

Les heurts avec les forces de l'ordre, qui ont usé massivement des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants, ainsi que de canons à eaux, dans des rues très fréquentées, ont fait une dizaine de blessés légers, selon la préfecture de l'Hérault.

2.000 personnes manifestaient dans la ville selon la préfecture, 5.000 selon les "gilets jaunes". Le mouvement de contestation a mobilisé samedi 10.300 manifestants dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur, une des mobilisations les plus faibles depuis le début du mouvement mi-novembre.

EDIT 09/06 : ajoute que Raquel Garrido avait relayé la rumeur "sur le monde interrogatif"
Julie Pacorel
Rémi Banet