Capture d'écran Twitter réalisée le 04/12/2018

Des voitures sans plaque d'immatriculation détruites samedi à Paris ? Non, il ne s'agit pas d'un complot

Des photos de véhicules dégradés ou détruits samedi à Paris lors des manifestations de "gilets jaunes" circulent abondamment sur les réseaux sociaux. Certains d'entre eux ont été photographiés sans plaque d'immatriculation : pour de nombreux internautes, ils auraient été "sortis des fourrières" et disposés dans les rues de la capitale par les autorités pour mettre en scène des destructions. Pour autant, d'autres images prouvent que ces véhicules possédaient bien des plaques minéralogiques avant d'être pris pour cible.

"Ces voitures sans plaques minéralogiques sont sorties des fourrières des stup et autres trafics, vouées à la destruction. Castaner semble un bon employé, conseillé par bénala peut-étre, pour mater la révolution pacifiste des G.J", affirme un internaute sur sa page Facebook.

Capture d'écran de la page Facebook de François Bonte réalisée le 04/12/2018Capture d'écran de la page Facebook de François Bonte réalisée le 04/12/2018

Comme lui, d'autres internautes (voir ci-dessous) ont partagé des clichés similaires, montrant pour la plupart des véhicules de luxe retournés et partiellement détruits. Les six principaux posts, tous aux accents complotistes, totalisent plus de 70.000 partages sur Facebook. 

Captures d'écran Facebook réalisées le 04/12/2018Captures d'écran Facebook réalisées le 04/12/2018

Pour autant, des recherches sur les réseaux sociaux permettent de retrouver des photos des véhicules ci-dessus avec leurs plaques d'immatriculation, mettant à mal la thèse d'un complot.

Le point image par image :

1 - Le Range Rover diplomatique

Le tout-terrain Land Rover photographié à l'angle de la rue George Bizet et de la rue Pierre 1er de Serbie (16e arrondissement), et présent dans le post Facebook en tête de l'article, apparaît avec sa plaque diplomatique sur cette vidéo et sur la photo ci-dessous : 

Captures d'écran Facebook et Twitter réalisées le 04/12/2018Captures d'écran Facebook et Twitter réalisées le 04/12/2018

 

2- La BMW série 7

Idem avec une berline BMW 740 noire photographiée retournée avenue Pierre 1er de Serbie (16e arr.).

Sur une vidéo publiée le 1er décembre par un utilisateur de Twitter, un homme vêtu d'un gilet jaune est filmé en train d'arracher la plaque d'immatriculation (là encore une plaque diplomatique) à l'avant du véhicule. Une autre photo montre le même véhicule avec sa plaque minéralogique à l'arrière.

Captures d'écran Facebook et Twitter réalisées le 04/12/2018Captures d'écran Facebook et Twitter réalisées le 04/12/2018

 

3 - La Mercedes grise

Plusieurs internautes ont partagé un cliché d'une Mercedes C220 (une image prise par le photographe AFP Alain Jocard) elle aussi retournée et dépourvue de plaque minéralogique.

Mais une photo, prise d'un angle légèrement différent, et postée sur Twitter, montre une plaque d'immatriculation arrachée à proximité de la berline allemande, sans qu'il soit toutefois possible de certifier qu'il s'agisse bien d'une de ses deux plaques.

 

4 - La Porsche blanche

Une Porsche blanche également dépourvue de plaque rue de Chaillot (16e arr.), comme l'affirme un des posts ci-dessus ? Cette fois, pas moins de quatre photos et vidéos postées sur les réseaux sociaux - dont les deux ci-dessous - montrent le véhicule avec ses plaques d'immatriculation :

 

5 - Deux berlines noires avenue Poincaré 

Enfin, deux berlines noires - dont une Peugeot 607 - filmées par BFMTV avenue Poincaré (16e arr.), à proximité de l'ambassade de Côte d'Ivoire, suscitent elles aussi des interrogations.

Mais là encore, une vidéo de l'agence Bloomberg montre une de ces deux voitures toujours dotée d'une plaque minéralogique.

 

Rémi Banet