Des photos détournées pour représenter les effets néfastes de la chicha 

Une publication Facebook datant de 2017 censée alerter sur les conséquences de l’usage des chichas pour "sauver des vies" continue à faire couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux. Mais certaines des images d’illustrations partagées des centaines de milliers de fois n’ont pas de liens avec les conséquences pourtant réellement néfastes dûes à l’usage du narguilé. 

"La chicha est devenue un phénomène social, mais en réalité, elle est très dangereuse! À partager pour sauver des vies", prévient l’auteure du post partagé 104.000 fois sur Facebook, au sujet de cette pipe à eau utilisée pour fumer du tabac. L'initiative de prévenir part sans doute d’une bonne intention; sauf que certaines photos utilisées pour illustrer cette motivation sortent complètement du contexte. 

Les fausses photos

1/ La femme au visage mutilé

Tenez par exemple la photo où l’on voit deux photos d’une jeune femme au visage tuméfié et mutilé, associé aux effets néfastes de la chicha par l’auteure du post. 

Capture d'écran prise le 11/10/2019

Nous avons fait une recherche d'images inversée sur les moteurs de recherche Yandex et Google images pour en avoir le coeur net. Ces recherches nous ont ramenés en 2015, année où la photo (selfie) originale a été publiée sur Facebook par Tawny Willoughby

Cette jeune femme américaine atteinte d’un cancer de la peau avait alors décidé de partager sur les réseaux sociaux les différentes étapes de son traitement en postant un selfie d’elle sur Facebook pour alerter sur les dangers du bronzage artificiel.  

Partagée des centaines de milliers de fois, cette photo très virale a aussi été utilisée de plusieurs manières par les internautes, comme on peut le voir sur la publication que nous étudions.

Peu après la publication de la photo et du témoignage de Tawny Willoughby, son histoire avait été reprise par de nombreux médias américains (notamment CNN) mais aussi français. La jeune femme a rediffusé sur sur son compte twitter de nombreux articles parlant d'elle et tient également un blog sur lequel elle partage assez régulièrement son expérience.

Cette photo utilisée pour prévenir contre les conséquences de l’usage de la chicha ne concerne donc pas la chicha. 

2/ La photo de la bouche avec de grosses amygdales

Dans cette publication figure aussi une photo d’une bouche grandement ouverte montrant des dents toutes blanches avec des amygdales protubérantes. 

Capture d'écran prise le 11/10/2019

Elle apparaît dans un rapport médical de 2011 sur les apnées obstructives du sommeil. Nous avons contacté le pneumologue auteur de ce rapport pour savoir s’il était l’auteur du cliché, sans succès pour l’instant. Il ne faisait pas mention du narguilé.

Les photos douteuses

La femme et la bouche

Parmi les photos incluses dans la publication très virale figure aussi un montage de deux photos mixée, où l’on voit à gauche une jeune femme fumant le narguilé et à droite une photo montrant une bouche avec des lèvres gonflées entourées de furoncles. 

Capture d'écran prise le 11/10/2019

Soucieux d’en savoir plus sur l’authenticité mais surtout sur le lien qui s’établit entre ces photos et la chicha, nous avons à nouveau fait une recherche d’images inversée à l’aide de l’outil TinEye, qui permet de retrouver les plus anciennes occurrences d’une photo.

La version la plus ancienne retrouvée est une photo publiée en juillet 2008, et le fichier s’appelle herpes.jpg. Plusieurs sites utilisent à l’époque cette photo dans des contextes relatifs à l’herpès, sans que nous puissions dire avec certitude qu’il s’agit d’un herpès.

D’après l’OMS, le narguilé peut être un facteur d’herpès, mais il n’est pas pour autant démontré que cette photo représente effectivement un cas d’herpès et que ce cas éventuel d’herpès aurait été causé par un narguilé.

La blessure à la lèvre

Il y a enfin une photo d’une blessure à la lèvre supérieure.

Capture d'écran prise le 11/10/2019

Cette photo circule depuis au moins 2010 sur Internet, notamment sur des pages relatives aux virus du papillome humain (VPH), une famille de virus dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement. Nous ne savons pas si cette photo représente un cas effectif de VPH et nous n’avons pu trouver de recherches faisant de lien entre VPH et usage du narguilé, il n'y a pas d'éléments précis la concernant.

 

Les effets néfastes réels de la chicha pour la santé

Bien que ces photos soient donc globalement hors contexte concernant la chicha, celle-ci est sans aucun doute néfaste pour la santé.

Selon l’OMS, "le tabac pour pipe à eau présente une teneur en nicotine nettement supérieure à celle des cigarettes. Un foyer de tabac non aromatisé contient l’équivalent en nicotine de 70 cigarettes.” 

Un rapport de l'Institut national du Cancer, citant l’OMS, souligne ceci : "Le fumeur de pipe à eau, et la personne exposée à la fumée passive provoquée par la pipe à eau, encourent les mêmes maladies pulmonaires, cardiovasculaires et cancers que le fumeur de cigarette". A la question de savoir quels sont les cancers causés par la chicha, ce même rapport estimait qu’"il est difficile d’évaluer les effets sanitaires causés par la fumée de chicha car les publications scientifiques sur ce sujet ne sont pas nombreuses. Toutefois les études recensées démontrent que fumer la chicha accroît fortement les risques de cancers du poumon, des lèvres, de la vessie et des voies aérodigestives supérieures."  

Ces analyses se basent notamment sur une étude de 2008 sur les "formes alternatives d’usage du tabac", selon laquelle dans le cadre de la consommation de narguilé, des risques accrus de cancer du poumon ont été décrits en Chine, en Tunisie et en Inde, mais aussi de cancer des lèvres (Egypte) ou de carcinomes (Pakistan), de cancer de l’oesophage ou de l’estomac.

Ange Kasongo
Guillaume Daudin