Ce visuel montrant les chances exactes de transmission du Covid-19 en portant un masque est imprécis

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un visuel partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux prétend montrer les probabilités, avec des chiffres précis, de transmission du Covid-19 dans les cas où on porte un masque ou pas. Mais attention, si les experts interrogés par l'AFP s'accordent à dire que le port du masque augmente le niveau de protection face au virus, il n'existe à ce stade aucune donnée précise sur la probabilité exacte de le transmettre.

Le visuel, partagé en français dans de nombreuses publications depuis le 25 avril (1,2,3...), montre un "porteur du virus" Covid-19 et une personne saine dans trois scénarios différents.

Dans le premier, la personne contaminée ne porte pas de masque, tandis que la personne saine en a un : "probabilité de contagion 70 %", affirme l'image.

Dans le 2e cas, où c'est seulement le porteur du virus qui porte un masque, le risque de transmission est de 5 %, est-il ensuite indiqué.

(capture d'écran réalisée sur Facebook le 4 mai 2020)

Le risque de transmission descend à 1,5 % dans le cas où les deux individus portent des masques, selon le visuel. Un visuel identique a également été largement relayé en anglais sur Facebook (1, 2, 3), Instagram (1,2) et Twitter.

(capture d'écran réalisée sur Instagram le 29 avril 2020)

Le risque de contamination diminue bien quand deux individus à proximité portent des masques, a expliqué à l'AFP le Dr. Shelley Payne, directrice du centre de recherches sur les maladies infectieuses LaMontagne au Texas (Etats-Unis).

Mais "le risque exact de transmission va dépendre d'une multitude de facteurs comme la quantité de virus expulsée par le porteur, la distance entres les deux individus, le type de masque portés ou encore si ces masques sont mis correctement sur le visage", a-t-elle ajouté.

La charge virale du contaminé et la durée de son interaction avec une personne saine peuvent également jouer sur le risque de contagion.

Cette multitude de variables, ainsi qu'un manque de données expérimentales sur le nouveau coronavirus rend le risque exact de contagion difficile à calculer, a-t-elle estimé dans un email transmis le 30 avril.

Une étude publiée en avril 2020 dans la prestigieuse revue scientifique Nature conclut bien à l'efficacité des masques pour réduire les risques de transmission de certains virus, dont les coronavirus, par voie aérienne.

"Tous les masques n'ont pas été créés égaux", a expliqué le Dr. Brandon Brown, professeur de médecine à l'université de Californie.

"Nous ne savons pas quelle est le pourcentage exact de transmission pour les masques, mais nous pensons que les masques N95 (équivalents au FFP2 en France, ndlr) sont les plus efficaces", a-t-il dit dans un email à l'AFP, ajoutant qu'il s'agissait de "produits cruciaux" qui devraient être réservés aux personnels de santé en cas de manque de stocks.

Les types de masques de protection les plus utilisés face à l'épidémie du nouveau coronavirus

En France, depuis l'apparition de l'épidémie de coronavirus qui a fait plus de 24.000 morts, les masques de protection FFP2 sont réservés aux soignants et à leurs patients. Les fabricants et les commerçants n'ont ni le droit d'en vendre aux particuliers ni d'en exporter. 

Si le port d'un masque grand public n'était pas conseillé par le gouvernement au début de l'épidémie, le discours des autorités françaises a évolué depuis quelques semaines. 

Une volte-face à l'origine de nombreuses critiques, voire des accusations de mensonges.

Désormais, "le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres", est-il indiqué sur le site du gouvernement

Le secrétaire d'Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a  d'ailleurs averti que le non-respect du port du masque dans les transports publics pourrait être sanctionné d'une amende de l'ordre de 135 euros à partir du 11 mai, dans une interview au Parisien vendredi 30 avril.

Les autorités françaises ont diffusé un visuel ressemblant à l'image virale sur leur site. Il y est toutefois question de niveau de protection -sans pourcentage exact- et non de chances de transmission :

(Capture d'écran du site du gouvernement le 4 mai 2020)

Les experts interrogés par l'AFP s'accordent bien pour dire que les masques augmentent le niveau de protection face au virus, mais qu'il est impossible pour le moment d'en déduire une probabilité exacte d'être contaminé.

Le port du masque "ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale", est-il d'ailleurs précisé sur le site du gouvernement.