Vaccin contre le Covid-19 : non, 80% des participants à l'essai clinique Moderna ne sont pas "tombés malades"

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un article du site Crashdebug.fr prétend que "80% des cobayes du vaccin expérimental Moderna sont tombés malades". En réalité ce pourcentage, qui provient d'un communiqué de la biotech, correspond au nombre de participants à la phase 1 de cet essai clinique qui ont subi deux effets secondaires passagers (fatigue et frissons). Aucun n'a souffert de désagréments plus durables, selon Moderna.

L'article, partagé sur plusieurs groupes Facebook (1, 2) depuis sa publication le 1er août, cite comme source Norah O'Donnell, une journaliste de la chaîne américaine CBS News ayant interrogé Bill Gates "récemment".

Capture d'écran Facebook prise le 03/08/2020

"Comme l'a expliqué O'Donnell, 80% des personnes ayant reçu au moins deux doses du vaccin expérimental de Moderna contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) sont tombées malades", écrit l'auteur de l'article.

Dans un entretien réalisé fin juillet, Norah O'Donnell a effectivement interrogé le cofondateur de Microsoft sur des "effets secondaires" rencontrés par une majorité des participants à l'essai clinique organisé par la biotech américaine (voir ci-dessous à partir de 15'30").

"Les effets secondaires pour le vaccin Moderna semblent préoccupants. Après la seconde dose, au moins 80% des participants ont expérimenté des effets secondaires systémiques, allant de frissons importants à la fièvre... Donc, est-ce que ces vaccins sont sûrs ?", l'a questionné la journaliste.

"La FDA [l'Agence américaine du médicament] va regarder cela de près (...) Les effets secondaires n'étaient pas très graves. lls n'ont pas causé de problèmes de santé permanents", a répondu Bill Gates.

Le chiffre cité par la journaliste de CBS provient d'un communiqué publié par Moderna le 14 juillet dernier. Le voici ici.

"Les effets secondaires les plus courants à la suite de la deuxième vaccination (dose de 100 microgrammes) ont été la fatigue (80%), des frissons (80%), des maux de tête (60%), des douleurs musculaires (53%)", a expliqué Moderna dans son communiqué annonçant des résultats préliminaires jugés prometteurs.

Pour autant, tous ces effets secondaires ont été "passagers" et n'ont été que "légers ou modérés", sans atteindre le niveau auquel il aurait fallu annuler l'essai, a souligné Moderna.

Le siège de la biotech Moderna, à Cambridge (Massachusetts), le 18 mai 2020 (Joseph Prezioso / AFP)

La biotech américaine Moderna a annoncé ce jour-là qu'elle entrerait le 27 juillet dans la phase finale de ses essais cliniques pour un vaccin contre le Covid-19.

Déterminante, la phase 3 de l'essai fera appel à 30.000 personnes aux Etats-Unis ; la moitié d'entre elles recevront une dose de 100 microgrammes, les autres un placebo.

L'étude devrait durer jusqu'au 27 octobre 2020.

Selon la première phase de l'essai de Moderna, dont les résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine, le vaccin expérimental a déclenché des anticorps contre le coronavirus chez tous les participants, au nombre de 45.

La technologie de Moderna, fondée sur l'ARN messager, n'a jamais prouvé son efficacité contre d'autres virus. Elle vise à donner au corps les informations génétiques nécessaires pour déclencher préventivement la protection contre le coronavirus.

Moderna avait rendu publics les "résultats intérimaires" de sa phase 1 sous forme d'un communiqué de presse sur son site en mai, selon lequel le vaccin avait provoqué une réponse immunitaire chez huit patients.

Ces résultats avaient été qualifiés d'"encourageants" par l'immunologiste Anthony Fauci, et l'étude complète était attendue avec impatience par la communauté scientifique.

La compagnie est depuis passée à l'étape suivante de son essai, avec 600 personnes.

Selon l'article du New England Journal of Medicine publié le 14 juillet, les 45 participants à la phase 1 ont été divisés en trois groupes de 15, auxquels des doses de 25 microgrammes, 100 microgrammes et 250 microgrammes ont été administrées. Ils ont reçu une deuxième dose 28 jours plus tard.

Après la première administration, il a été constaté que les niveaux d'anticorps étaient plus élevés avec les doses plus fortes ; après la deuxième, les participants avaient de plus hauts niveaux d'anticorps que la plupart des patients ayant eu le Covid-19 et ayant généré leurs propres anticorps.

Moderna est parmi les tout premiers dans la course mondiale au vaccin, recevant 483 millions de dollars du gouvernement américain.

Si la dose retenue pour les essais (100 microgrammes) se révélait efficace, Moderna a prévu de pouvoir produire 500 millions de doses par an, et "possiblement jusqu'à 1 milliard".