Une eau du robinet rendue verdâtre donc polluée ? Pourquoi faut-il se méfier de cette vidéo virale ?

De l'eau du robinet et en bouteille tournant au verdâtre alors que l'eau déminéralisée reste globalement claire ? Une vidéo vue près de 3 millions de fois et partagée près de 73.000 fois en 15 jours, prétend ainsi démontrer la présence de polluants dans l'eau coulant d'un robinet et dans une eau minérale. Mais l'expérience ne fait que démontrer une différence de teneurs en minéraux selon des experts. 

"C'est vrai ça ? ça fait flipper", "Regardez ça c'est scandaleux", s'inquiètent ou s'insurgent des internautes sur Facebook. 

Capture d'écran Facebook, prise le 10/12/2019
Capture d'écran Facebook, prise le 10/12/2019

 

Dans la vidéo, l'homme remplit d'abord un verre d'eau du robinet, puis un verre d'une eau qu'il présente comme déminéralisée, et enfin un verre d'eau issue d'une bouteille de la marque Cristaline, ouverte. 

On ne peut pas savoir ce que contiennent les deux bouteilles mais partons du principe qu'il dit la vérité et qu'elles contiennent bien de l'eau déminéralisée et de la Cristaline. 

Il trempe ensuite un appareil, qu'il présente comme un "osmoseur" dans les verres d'eau du robinet et d'eau déminéralisée, pour semble-t-il comparer leur composition. Au bout de quelques instants un mélange de couleurs jaune-orange et vert foncé apparaît dans l'eau du robinet. 

"Les couleurs jaunes ici, c'est les sels minéraux. Ca (il montre la partie vert foncé), c'est tous les déchets", affirme la personne qui conduit l'expérience. 

Remarquons que l'eau déminéralisée prend elle-aussi une faible couleur jaune. "Elle est pas déminéralisée à 100% (ce qui donne) cette couleur un peu jaunâtre", explique d'ailleurs, à raison, l'auteur de l'expérience. 

Il répète ensuite la même opération avec la Cristaline, qui tend elle-aussi vers le vert. "Donc produits chimiques, métaux lourds, pesticides engrais, voilà l'eau Cristaline, l'eau de source (...) Voilà ce qu'on boit, et après ils disent que l'eau est potable", assure-t-il.

- Une différence de teneur en minéraux -

"Cette expérience ne sert pas à mettre en évidence une pollution d'eaux, mais plutôt leur capacité à conduire le courant", grâce aux minéraux qu'elles contiennent, explique à l'AFP Fréderic Maillard, directeur de recherche au CNRS (LEPMI de Grenoble), spécialisé dans l'électrochimie et la science des matériaux. 

"L'appareil qui sert à effectuer l'électrolyse de l'eau dans cette vidéo dispose de deux électrodes : une anode et une cathode. A chaque électrode, l'electrolyse produit un dégagement gazeux", avance-t-il.  

"Lors de cette électrolyse, il va y avoir une 'attaque' des électrodes. Au niveau de l'anode de fer notamment, l'electrolyse va conduire à une oxydation du métal, et à la création d'ions de Fer Fe2+ (un atome de fer qui a perdu deux électrons, NDLR). Et cet ion a la particularité d'être verdâtre", raconte le chercheur. "Lorsqu'il arrive au contact de l'air, il s'oxyde encore pour former un ion Fe3+ et devient orange, c'est ce qu'on appelle plus communément la rouille". 

"Plus vous avez de minéraux, plus la réaction est violente, et plus le résultat est marquant. Mais ça ne veut dire en aucun cas que l'eau est particulièrement polluée. Elle contient certains minéraux dont notre corps a besoin", conclut-il.  

Cette expérience, "c'est un peu n'importe quoi", regrette Emmanuel Maisonhaute, du laboratoire Interfaces et Systèmes Electrochimiques de l'université Sorbonne-Université. "L'appareil n'est pas un osmoseur mais un electrolyseur", précise-t-il d'abord. 

"Si vous faites une électrolyse d'eau salée, vous allez aussi observer des éléments un peu jaunâtres. Et si vous rajoutez un peu de sel dans de l'eau déminéralisée, vous allez obtenir le même résultat", poursuit le chercheur, pour qui la couleur foncée peut aussi venir de dégradations d'une électrode constituée d'aluminium, comme indiquée sur la fiche du produit

"Par ailleurs la composition des électrodes joue. Si vous faites la même électrolyse avec une électrode en platine vous aurez un peu de couleur, mais pas de dépôt noir", confirme-t-il. 

Ces affirmations semblent par ailleurs exister depuis plusieurs années, puisqu'en 2012, une vidéo Youtube proposait déjà une explication à cette prétendue "démonstration scientifique", en répétant notamment l'expérience avec une pincée de sel dans de l'eau déminéralisée. 

En conclusion -

Cette expérience ne met pas en lumière une pollution de l'eau du robinet ou de l'eau minérale, mais une différence de teneur en minéraux dans chacune de ces eaux. 

Les couleurs visibles dans cette expérience s'expliquent selon les experts par la création de différents ions et la dégradation des éléctrodes pendant l'expérience. 

Selon le ministère de la Santé "'l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés" et "fait l'objet d'un suivi sanitaire permanent". 

Il met par ailleurs à disposition une carte interactive permettant de consulter les derniers bulletins sur la qualité de l'eau dans chaque commune. 

Toujours est-il que des pollutions ou des suspicions de pollution peuvent toujours affecter la consommation d'eau du robinet. 

En octobre 2018 les habitants d'Yvetot (Seine-Maritime) et de plusieurs communes limitrophes ont reçu l'instruction de la part de la préfecture de ne pas consommer l'eau potable pendant plusieurs jours. Elle apparaissait colorée et trouble.  

A l'époque le responsable adjoint du pôle santé environnement de l’Agence régionale de Santé avançait que la pollution pouvait être due à une manoeuvre de vannes par des techniciens de Veolia, une hypothèse récusée par le groupe. Selon l'un de ses porte-parole, des travaux "des travaux de remplacement d’une portion de canalisation par une entreprise tierce (étaient) à l’origine de la pollution".

Edit 11/12/19 à 15h30 : Correction coquille titre
Sami Acef