(AFP / Pascal Guyot)

Retraites : Oui, François Fillon a bien déclaré un jour que "le système par points (...) permet de baisser chaque année le montant des points"

"Le système par points, en réalité, ça permet une chose qu'aucun politique n'avoue : ça permet de baisser chaque année le montant de points". Cette déclaration, attribuée à François Fillon, circule sur Facebook depuis le 7 décembre. Elle a bien été prononcée par l'ancien Premier ministre LR, qui était tout de même favorable à un système par points. 

Capture d'écran Facebook prise le 12/12/2019

Voici la citation complète : "Le système de retraites par points j'y suis favorable, mais il ne faut pas faire croire aux Français que ça va régler le problème des retraites. Le système par points, en réalité, ça permet une chose, qu'aucun politique n'avoue : ça permet de baisser chaque année le montant de points, la valeur des points, et donc de diminuer le niveau des pensions", avait alors affirmé le Premier ministre de l'époque, lors d'un discours devant un panel de dirigeants d'entreprises le 9 mars 2016

"De la même façon il y a des hommes politiques qui expliquent qu'en fusionnant les régimes de retraites, en faisant en sorte que public et privé soient au même niveau, eon va combler les déficits des régimes de retraites, c'est totalement faux. Il faut le faire, pour des raisons de justice sociale", avait également affirmé François Fillon. 

"Il faut le faire mais que ça n'empêche pas de réformer l'ensemble des régimes de retraites", avait-il ajouté. 

Dans son programme pour la présidentielle de 2017, François Fillon plaidait pour l'instauration d'une retraite à 65 ans, et un alignement des régimes de retraite du public sur ceux du privé. 

Ces phrases ont évidemment un écho particulier en ce début de mois de décembre 2019, alors qu'un mouvement de grève et de manifestations contre la réforme des retraites lancée par Emmanuel Macron a été lancé le 5 décembre. 

A l'appel de la plupart des syndicats (dont la fédération cheminots de la CFDT), les salariés ont participé massivement le jeudi 5 décembre à une journée nationale d'action, soutenue par des partis d'opposition et des "gilets jaunes". 

Entre 806.000 manifestants (selon le ministère de l'Intérieur) et 1,5 million (selon la CGT) défilent alors dans toute la France. 

Lors de la deuxième journée nationale d'action, mardi 10, les taux de grévistes sont en baisse par rapport au 5, sauf à la SNCF et à la RATP, et les cortèges moins fournis.

Entre 339.000 (selon le ministère de l'Intérieur) et un million de personnes (selon la CGT) manifestent en France. 

L'intersyndicale (FO-CGT-FSU-Solidaires et quatre organisations de jeunesse) appelle à une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle le 17 décembre.

Sami Acef