Non, un satellite n’est pas tombé dans la province du Bas-Uele, en République démocratique du Congo

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées des centaines de fois sur les réseaux sociaux congolais prétendent qu’un satellite serait tombé à Buta, dans la province du Bas-Uele dans le nord de la République démocratique du Congo. Un objet a bien été retrouvé dans cette zone, le 24 août. Mais il ne s’agissait pas d’un satellite mais plutôt d’un ballon connecté qui avait pour but de transmettre la connexion dans les milieux ruraux. Il avait servi au Kenya avant sa chute.

RDC : un engin (satellite) est tombé dans la localité de Bulumakete au PK 5 buta route de Kisangani vers 14 heures” annonce la publication facebook partagée plus de 400 fois depuis le 24 août.

Capture d’écran Facebook, réalisée le 26 août 2020

L’information a été reprise par plusieurs internautes sur les réseaux sociaux et par des sites internets locaux. (1,2,3,4)

Certaines publications précisent même qu’il s’agit du satellite russe “1998-067PK” qui devait initialement atterrir aux Etats-Unis. (1,2,3

Capture d’écran Facebook réalisée le 26 août 2020

Une première recherche d’image inversée avec google image conduit à des articles relayant des informations similaires.  

En observant la photo, on remarque que l’objet porte l’inscription “LN 166”

Une nouvelle recherche sur Google avec les mots-clés “LN 166 satellite”, mène à un article de la RTBF. 

Capture d’écran du site de la RTBF, réalisée le 26 août 2020

Selon ce dernier, l'objet est un ballon connecté ayant pour but d'assurer une connexion internet dans des zones où la population y a peu d’accès, et appartiendrait à  Loon, une société affiliée à Google..

Contacté par l’AFP, Loon a confirmé que l'appareil sur les photos lui appartenait. 

“Je confirme que Loon a exécuté un atterrissage contrôlé d’un de nos ballons stratosphériques dans cette région. Cet atterrissage a été effectué avec les responsables locaux du contrôle aérien et a été spécifiquement approuvé par l’Aviation civile.” a répondu par mail, un porte-parole de Loon le 26 août. 

"Un parachute s'est déployé" et le ballon a été atterri au sol à une vitesse "avoisinant les 20 km/h", détaille-t-il. 

"Les jeunes gens sont arrivés et ont commencé à tirer le parachute/le ballon et il est tombé (...)  Il n'y a pas eu de dégâts matériels. Il n'y avait aucun danger matériel pour les personnes qui étaient dans le champ", rassure Aliana Alipanagama, chargé de communication du gouverneur de la province du Bas-Uélé, contacté par l'AFP.

L'AFP s'est procuré deux documents échangés entre les autorités congolaises.  

Le premier est le message officiel rédigé par le vice-gouverneur du Bas-Uelé.  Il y fait état d'un "ballon loon" tombé "dans un champ situé à 7 km du PK 5 de la RN4 axe Buta - Kisangani".

Message officiel du Vice-gouverneur du Bas-Uele

Il écrit également qu'une équipe s'est présentée sur les lieux dans le but de récupérer l'appareil.

Le second document est un mail du directeur général de l’Aviation civile aérienne congolaise Jean Tchiumba Mpunga adressé au gouverneur de la province du Bas-Uelé. Il confirme que le matériel appartient à la société à la société Loon, et évoque "un mémorandum d'entente" avec la RDC qui permet "d'apporter assistance à une équipe au sol en cas de défaillance d'un ballon stratosphérique et atterrissage forcé sur le territoire de la RDC".

Mail de l'avion civile aérienne congolaise au gouverneur de la province du Bas-Uele

Les autorités du Bas-Uélé ont affirmé à l'AFP qu'il n'y avait pas eu pour l'instant d'intervention : "jusqu'à aujourd'hui, le matériel est intact, la police garde le lieu et il y a une interdiction formelle" d'accéder au site.