Non, un hélicoptère n'a pas tiré des grenades lacrymogènes sur des "gilets jaunes" à Toulouse

Les forces de l'ordre auraient effectué des tirs de flashball ou de gaz lacrymogènes sur des "gilets jaunes" depuis un hélicoptère, samedi place du Capitole à Toulouse ? De nombreux éléments permettent de démentir cette supposée information, reprise sur Facebook & Twitter.

Dans une vidéo partagée sur de nombreux comptes, en français mais aussi dans d'autres langues, une femme assure qu'un hélicoptère a tiré des grenades lacrymogènes sur des "gilets jaunes" samedi place du Capitole à Toulouse.

Le tweet ci-dessous, relayé plus de 3.000 fois, va même plus loin et assure : "il pleut des #flashball à #toulouse".

Que se passe-t-il ?

Un hélicoptère tournoye dans le ciel. La vidéo est prise depuis l'angle nord-est de la place du Capitole à Toulouse, à l'endroit ci-dessous selon Google Maps.

Au même moment, comme le montre cette vidéo du journaliste Fabrice Valery de France 3, les policiers en tenue d'intervention sont de l'autre côté de la place du Capitole, à l'angle sud-est, à cet endroit selon Google Maps.

Voilà une carte de la place du Capitole, pour comprendre la situation :

La situation, place du Capitole samedi 12 janvier à Toulouse, lorsque la vidéo a été tournée

Sur la vidéo utilisée comme preuve supposée de tirs depuis l'hélicoptère, on voit à 0'09 secondes et à 0'20 secondes (photos ci-dessous) que les grenades lacrymogènes viennent de la position des forces de l'ordre, côté sud-est de la place.

Capture d'écran d'une vidéo Twitter accusant la police d'envoyer samedi 12 janvier des grenades lacrymogènes sur les manifestants à Toulouse
Capture d'écran d'une vidéo Twitter accusant la police d'envoyer samedi 12 janvier des grenades lacrymogènes sur les manifestants à Toulouse

Dans la vidéo du journaliste Fabrice Valéry comme dans cette autre vidéo (00'25), on voit qu'il s'agit en réalité de tirs en cloche venant des forces de l'ordre situées au sud-est de la place du Capitole et visant le nord-est de cette place.

Ces éléments confirment ce qu'a déclaré une source de la Gendarmerie de Haute-Garonne interrogée par l'AFP Toulouse : "C'est une 'fake news' cette histoire d'utilisation de grenades, l'hélicoptère est là pour observation".

Le tir de grenade par hélico "n'est pas prévu dans le 'process' de maintien de l'ordre". "Tout est normé chez nous, on ne lance pas des grenades comme on distribue des petits pains. C'est même de l'absurdité, une grenade dans un hélico mettrait en péril la vie de l'équipage", explique encore la gendarmerie de Haute-Garonne à l'AFP.

Nos confrères de France 3, CheckNews, 20 minutes, La Dépêche ou Franceinfo ont écrit sur le sujet.

Guillaume Daudin
AFP Toulouse