Non, Nicole Belloubet n’a pas déclaré que les propos de Jean-Pierre Pernaut pouvaient "faire l’objet d’une sanction pénale"

Plusieurs publications relayées des milliers de fois depuis le 24 avril sur Facebook et Twitter reprennent une déclaration attribuée à la ministre de la Justice Nicole Belloubet, menaçant de "sanction pénale" le pilier du 13h de TF1, Jean-Pierre Pernaut après son "coup de gueule" à l'antenne sur la gestion gouvernementale de la crise du coronavirus. En réalité, la ministre n’a jamais menacé le présentateur. Cette déclaration provient d’un compte twitter parodique.

Les propos de Jean-Pierre Pernaut peuvent faire "l'objet d'une sanction pénale""Il est inadmissible qu'en France un présentateur télé puisse impunément critiquer le pouvoir en place", aurait déclaré la ministre de la Justice selon une publication twitter, relayée des milliers de fois sur Facebook depuis le 24 avril.

"Voilà, je m’en doutais qu’il aurait trinquer. La preuve encore une fois que l’on nous cache les vérités et que le journaliste ne dit pas ce qu’il veut!!! Respect et soutien à JP Pernaut", s'offusque la publication Facebook ci-dessous.

Capture d’écran Facebook réalisée le 27/04/20

Dans les commentaires, les internautes s’indignent: "Gouvernement français = dictature", "Nous sommes dans une dictature ? Je ne le savais pas" ou encore "Mais en fait on est en république, pas en dictature et ils ont cas mieux gérer la crise"...

Captures d’écran Facebook réalisées le 27/04/20
Captures d’écran Facebook réalisées le 27/04/20

 

À dix-huit jours de la fin du confinement prévu le 11 mai prochain et juste avant l’annonce du plan de déconfinement annoncé le 28 avril par le Premier ministre Edouard Philippe, Jean-Pierre Pernaut a fait état à l’antenne de son incompréhension face à la politique du gouvernement.

Il dit avoir vu "un monde fou sur les trottoirs, des adultes, des enfants qui jouent, plein de monde, pas de masques sans contrôle", avant d’enchaîner "quel contraste avec les reportages que l’on nous montre, des PV infligés à des personnes qui se promènent toute seules sur une plage ou en montagne ou en forêt alors qu'il n’y a aucun risque dans les régions où il n'y a pas le virus"

"Tout cela paraît incohérent. Comme les masques interdits dans les pharmacies et autorisés chez les buralistes (...) Comme les fleuristes fermés pour le 1er mai mais les jardineries ouvertes, comme les cantines bientôt ouvertes mais les restaurants toujours fermés", a pointé le présentateur du JT du 13h depuis 1988. "Tout ça donne le tournis".

Dès lors, de nombreux personnes manifestent sur les réseaux sociaux leur soutien au présentateur, qui réunit tous les jours depuis le début du confinement 7,7 millions de téléspectateurs en moyenne.

Une pétition : "Soutien à Jean-Pierre Pernaut ! Non à une sanction !", qui compte aujourd’hui près de 48.000 signataires, a été lancée le 25 avril.

Capture d’écran réalisée le 27/04/20

Contactée par l’AFP au sujet d'éventuelles sanctions contre Jean-Pierre Pernaut, TF1 n’a pas réagi. 

En tapant dans un moteur de recherche cette prétendue déclaration, on se rend compte qu'elle vient du compte Twitter @JournalElysée, qui se présente très clairement comme "un compte TRES parodique" dans sa biographie. 

Capture d'écran prise le 27 avril 2020
Capture d'écran prise le 27 avril 2020

Ce n’est pas la première fois que des publications de ce compte créé en août 2018, sont détournées à des fins de désinformation. Les déclarations imaginaires qui y sont postées, sont régulièrement relayées sur les réseaux sociaux sans aucun recul par certains internautes.

Contacté par l'AFP, son créateur assume sous couvert d'anonymat, reprendre les codes de communication de nombreux médias. Selon lui, le but n’est pas la désinformation mais de "dénoncer et rire de la parole publique" qu’il trouve "souvent absurde, parfois méprisante et décalée avec la réalité".

Concernant la fausse citation de Mme Belloubet, il s’étonne qu’elle ait été prise tant de fois au premier degré, étant donné que le propos "est largement exagéré par rapport à la situation actuelle". La publication sert seulement à dénoncer "avec humour" ce qu’il considère comme "une dérive autoritaire", confie à l’AFP celui qui se décrit comme un "citoyen attentif".

"Cela traduit une illusion que peuvent avoir certaines personnes de la situation politique actuelle en France" ainsi qu’une défiance "par rapport à l’information et aux médias d’une certaine catégorie de personnes", analyse celui qui se présente comme un étudiant d’une vingtaine d’années.

Laura Diab