Non, Macron n'a pas été applaudi à Pantin par une résidence "remplie de figurants"

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Des publications partagées plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux cette semaine affirment ou sous-entendent qu'Emmanuel Macron a "mis en scène" mardi une partie de sa visite à Pantin en se faisant "applaudir" par des "figurants" postés pour l'occasion aux balcons d'une résidence. Faux, rétorque l'entreprise responsable de la résidence, qui dément avoir loué des appartements à la journée et assure que ceux-ci sont occupés à 100% depuis 2018.

Voici la vidéo telle que publiée sur le compte Twitter d'Emmanuel Macron mardi 7 avril, dans laquelle certaines personnes remercient ou applaudissent le président depuis des balcons.

"La scène où Macron est applaudi par des habitants de Pantin est telle [sic] une GROTESQUE mise en scène ? Est-ce une résidence étudiante, ou des appartements à la location à la journée ?", s'interroge la page Facebook "En Cause", selon laquelle une pancarte "Location à la journée, à la semaine et au mois" figurait au dessus de l'entrée de l'immeuble "avant la visite de Macron".

Capture d'écran Facebook prise le 09/04/2020

"Quand Macron salue ses figurants (...) Une résidence d'étudiant qui se loue à la journée, la semaine ou au mois, mais vide pour cause de confinement est pourtant remplie de familles, quel drôle de hasard​", commente de son côté la page Facebook "Soutien à tous les Gilets Jaunes en Prison".

"Parce que vous doutiez encore que Macron était un grand manipulateur ?", écrit un internaute dans un tweet soulignant que les appartements d'une "résidence de tourisme" peuvent, par définition, être loués à la journée.

Capture d'écran Twitter prise le 09/04/2020

Interrogée par l'AFP, l'entreprise Global Exploitation, occupant légal de la résidence Le Beaumarchais, dément toute mise en scène et assure ne pas avoir loué d'appartements à la journée pour la visite du chef de l'Etat.

"Nous avons la capacité légale de louer à la journée, à la nuitée, mais ce n'est pas du tout l'activité qui est faite. L'occupation est faite essentiellement par des familles sur des périodes de plusieurs semaines à plusieurs mois", assure Julien Matteudi, directeur général adjoint de Global Exploitation.

La pancarte affichant "Location à la journée, à la semaine et au mois", utilisée dans la vidéo de la page Facebook "En Cause", a d'ailleurs été retirée de la façade de l'immeuble entre mai 2012 et juin 2014, comme en atteste l'historique Google Street View, et non juste avant la visite du chef de l'Etat, contrairement à ce que sous-entendent de nombreux posts Facebook et Twitter.

Capture d'écran Google Street View prise le 09/04/2020
Capture d'écran Google Street View prise le 09/04/2020

 

"Depuis janvier 2018, hormis au moment des rotations pendant 24 ou 48 heures, la résidence est occupée à 100%", affirme Julien Matteudi.

Consultée jeudi 9 avril, la page de la résidence Le Beaumarchais sur le site internet Suitétudes, rattaché à Global Exploitation, affichait un message "Résidence complète !", sans qu'il soit possible de savoir depuis quand ce message était affiché.

La résidence Le Beaumarchais, qui compte une centaine d'appartements, a par le passé accueilli des étudiants. Elle accueille actuellement des personnes "prises en charge par des aides d'Etat", dont certaines sont des "réfugiés politiques", explique M. Matteudi.

Les dernières images Google Street View de la résidence, datant de mai 2019, montrent – entre autres – des vélos et des jouets pour enfants sur une partie des balcons, appuyant l'affirmation selon laquelle les appartements sont occupés sur des durées longues ou moyennes.

Emmanuel Macron, qui s'était rendu à Pantin pour visiter notamment une maison de santé, a été filmé le même jour dans une rue située non loin de la résidence Le Beaumarchais où passaient de nombreuses personnes – malgré le confinement.

Plusieurs dizaines de personnes se sont alors massées autour du chef de l’État, très proches les unes des autres, exprimant des messages d'encouragement mais aussi de contestation.

Le chef de l’État est resté environ cinq minutes devant ce groupe. Les images de cette rencontre ont été filmées par LCI et par des passants, suscitant de vives critiques sur les réseaux sociaux et chez des élus de l'opposition.

L’Élysée a toutefois indiqué le lendemain à l'AFP que le chef de l’État allait "poursuivre" ses déplacements afin de "témoigner son soutien et sa reconnaissance aux personnes mobilisées" contre le Covid-19.

Rémi Banet