Non, l’OMS n’envisage pas d’annuler le pèlerinage à La Mecque à cause du coronavirus

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Un article partagé plusieurs centaines de fois prétend que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) envisage l’annulation du pèlerinage à La Mecque en raison de l'épidémie de coronavirus. Faux: l’OMS a démenti cette affirmation et rappelé qu’elle n’a pas le pouvoir pour prendre une telle décision.

(Capture d’écran datant du 17 janvier 2020)

 “Selon des sources proches de l’Organisation Mondiale de la Santé à Genève, cette dernière recommanderait dans un avenir proche l’annulation de grands rassemblements comme le pèlerinage des musulmans à la Mecque en raison de risques forts de contamination au coronavirus du fait de la présence de fidèles issus de pays asiatiques proche du foyer”, annonçait le 7 février le site actu-maroc.

Selon l’article, cette décision serait envisagée après que “l’alerte (au coronavirus, ndlr) a été donnée dans de nombreux pays musulmans du continent asiatique où des cas de contamination ont été révélés comme les proches Émirats Arabes Unis et d’autres plus lointains comme la Malaisie, l’Indonésie et même aux Philippines”, où un décès a été enregistré.

Cette énumération comporte une première erreur: l’Indonésie, premier pays musulman au monde, n’a pas été touchée par le coronavirus, selon les décomptes officiels en date du 19 février.

L'article a été partagé plus de 400 fois sur Facebook, selon l’outil de mesure CrowdTangle.

Il a notamment été repris dans des pays d’Afrique de l’Ouest (comme sur le site du Benin Times), où vivent de nombreux musulmans, mais aussi sur Facebook par des pages proches de l'extrême-droite française ou affichant des publications anti-islam.

(Capture d’écran des interactions recensées par CrowdTangle le 17 février)

 

"Ni discussion spécifique, ni décision particulière"

Pourtant, l’OMS assure qu’aucune annulation du pèlerinage à La Mecque (le hajj), prévu du 28 juillet et le 2 août 2020 (les dates sont indicatives car elles sont fixées selon l’observation de la lune), n’est à l’ordre du jour.

 “A ce stade, il n’y a eu ni discussion spécifique, ni décision particulière concernant (les) événements de masse au cours des prochains mois”, a assuré le 14 février le chef du département des urgences sanitaires de l’OMS, Michael Ryan.

Interrogé lors d’un point presse sur les risques éventuels que l’épidémie faisait porter sur les jeux Olympiques de Tokyo, autre grand événement mondial prévu cet été (24 juillet-9 août), M. Ryan a également évoqué le hajj.

“Nous sommes constamment en contact avec les organisateurs d'événements majeurs”, a-t-il déclaré: “Nous travaillons tous les ans avec les autorités qui organisent de grandes fêtes religieuses comme le hajj, nous avons eu des équipes travaillant pour presque tous les jeux Olympiques et la Coupe du monde au cours des deux dernières décennies en termes de gestion des risques, nous sommes donc très engagés avec ces institutions et nous leur offrirons évidemment tout soutien et conseil technique quant à leur propre évaluation et gestion des risques concernant COVID-19”

“Ce n'est pas notre rôle d’annuler ou non un événement”, a-t-il également rappelé. “Il incombe à l'OMS d'offrir des conseils techniques, un soutien, une évaluation des risques envisagée à plusieurs niveaux autour de l'événement, des conseils sur la réduction des risques et des mesures d'atténuation des risques, des conseils sur les mesures de réponse aux risques... C'est ensuite aux pays hôtes de prendre la décision finale”, a-t-il ajouté.

Alors que l'épidémie s'est propagée à une trentaine de pays, les autorités saoudiennes restent silencieuses. Elles n'ont pas donné suite aux sollicitations de l'AFP sur le sujet.

Sensibiliser les pèlerins

Plusieurs agences spécialisées dans l’organisation de voyages pour le pèlerinage à La Mecque ont assuré à l'AFP ne pas avoir entendu parler d'une possible annulation.

“Le hajj s’organise normalement. Nous n’avons reçu aucune information des autorités saoudiennes. Le hajj est toujours d’actualité et les inscriptions sont en cours”, a confirmé M. Zakari, employé de l’agence Ariane voyage à Paris.

Certaines affirment toutefois que les autorités saoudiennes leur ont demandé de sensibiliser les futurs pèlerins au coronavirus. “Si l’épidémie est toujours d’actualité au moment du hajj, nous rappellerons à nos clients de bien se laver les mains, de porter un masque voire même d’éviter de voyager si leur santé est fragile”, a expliqué M. Hassan, directeur de l’agence El Qods Voyages à Casablanca.

En 2019, environ 2.5 millions de musulmans ont effectué le pèlerinage à La Mecque, ville sacrée située dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite. Le hajj est le cinquième pilier de l’Islam. Tout musulman ayant les moyens doit l’accomplir au moins une fois dans sa vie. 

Edit: le 27 février, l'Arabie Saoudite a annoncé suspendre "temporairement" l'entrée sur son
 territoire des pèlerins se rendant à La Mecque, dans le but "de prévenir l'arrivée du nouveau
coronavirus (Covid-19) dans le royaume et sa propagation".
 
Sadia Mandjo