Non, les réfugiés au Canada ne reçoivent pas plus d’aide que les retraités

Copyright AFP 2017-2021. Droits de reproduction réservés.

Une information en circulation sur la toile depuis plusieurs années affirme qu’un réfugié au Canada reçoit plus d’argent du gouvernement qu’un citoyen canadien retraité. C’est faux, un réfugié seul peut recevoir entre 567 et 751 dollars canadiens selon la province, tandis qu’un retraité canadien peut recevoir jusqu’à 1.497 dollars en pension publique.

“Au lieu d’appliquer pour la pension de vieillesse au Canada, appliquez plutôt pour le statut de réfugié”, suggère une note faisant état des allocations que reçoivent réfugiés et retraités au Canada et qui circule sur les réseaux sociaux depuis maintenant plusieurs années. En 2010 déjà, un chroniqueur du quotidien La Presse mettait en garde les lecteurs face à cette rumeur.

Captures d'écran de publications Facebook le 15 octobre 2018

Selon celle-ci, un réfugié au Canada recevrait une pension mensuelle de 1.890 dollars, ainsi que 580 dollars en aide sociale, pour un total de 2.470 dollars. Un citoyen retraité, en revanche, ne recevrait que 1.012 dollars par mois pour sa retraite.

Bien que les montants des prestations sociales diffèrent d’une province à l’autre, ces chiffres sont faux dans tous les cas de figure, comme l’a rappelé en août, le centre d’aide du gouvernement du Canada.

Ce que peuvent percevoir les réfugiés

À leur arrivée au Canada, tous les réfugiés reconnus comme tels avant leur arrivée ont droit à une allocation de départ afin de pourvoir aux besoins immédiats liés à leur installation. Cela n’inclut pas les demandeurs d’asile qui déposent une demande à leur arrivée, qui peut prendre plusieurs années avant d’être validée, période pendant laquelle aucune aide n’est prévue.

Partout au Canada, sauf au Québec, cette aide s’élève à 3.065 dollars pour un réfugié seul. Elle est destinée à l’achat de choses comme les habits d’hiver, les meubles ou la literie. Ce montant est plus bas au Québec, entre 580 et 780 dollars. Les meubles, ainsi que d’autres fournitures de maison, sont directement remis aux réfugiés.

Ensuite, dans toutes les provinces sauf au Québec, les réfugiés sont pris en charge dans le cadre du Programme d’aide aux réfugiés. “L'allocation de dernier recours du Québec est similaire aux montants mensuels donnés dans les autres provinces,” précise Chantal Bouchard, conseillère aux affaires publiques au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

Ce chiffre va de 567 dollars canadiens par mois au Nouveau-Brunswick à 751 dollars en Ontario, auxquels peuvent s’ajouter jusqu’à 200 dollars par mois en assistance au logement dans les cas où l’aide ne serait pas suffisante.

Tableau de l'aide accordée aux réfugiés par province (AFP Canada)

Nancy Caron, responsable média pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, l’agence fédérale responsable du traitement des réfugiés, ajoute que “l’aide financière pour les réfugiés pris en charge par le gouvernement est offerte jusqu’à un an après leur arrivée, ou jusqu’à ce qu’ils deviennent autosuffisants si cela arrive avant”.

Il est à noter que de nombreux réfugiés ne sont pas parrainés par le gouvernement, mais par des entités privées, comme des organisations ou des membres de leur famille. Ceux-ci sont légalement tenus de pourvoir aux réfugiés à leur charge les même montants que ceux précisés ci-dessus. En 2016, le gouvernement canadien a pris en charge 23.000 réfugiés, tandis que 18.000 ont été parrainés à titre privé.

Ce que peuvent percevoir les retraités

Les citoyens retraités de plus de 65 ans, et “qui ont contribué au développement de notre beau pays”, quant à eux, peuvent toucher jusqu’à 1.498,27 dollars canadiens par mois, s’ils se situent dans la fourchette de revenus la plus basse. Ce montant vient de la pension de la Sécurité de la vieillesse (SV), et du Supplément de revenu garanti (SRG).

Toutes provinces confondues hors Québec, on arrive donc à 951 dollars canadiens par mois maximum pour un réfugié seul s’il touche la prime au logement de 200 dollars, et ce pendant un an, et 1.498 dollars maximum pour un retraité seul. Il est tout de même possible qu’un retraité suffisamment aisé reçoive moins d’argent du gouvernement et davantage d’une pension privée, mais à revenus égaux les retraités canadiens sont tout de même aptes à recevoir plus d’allocations. Des chiffres assez différents donc de ceux de la note qui circule sur les réseaux sociaux.