Non, l’armée russe n’a pas été envoyée au Mali après le putsch du 18 août

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

Deux photos partagées plus de 2 000 fois depuis le 29 août prétendent montrer l'arrivée de l’armée russe au Mali. Selon ces publications, les Russes soutiendraient l’armée malienne après le putsch qui a conduit à la démission de l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita, le 18 août. C’est faux. L’AFP a retrouvé les photos originales sur le site officiel des Forces armées maliennes. Les officiers qui y figurent sont français et non russes. Les clichés ont été pris le 26 août, lors de la visite du commandant de la Force française Barkhane, présent au Sahel pour lutter contre le terrorisme.

"L'armée Russe a atterri sur le sol malien. Coopération (Mali-Russie) LES JOURS DU TERRORISME FRANÇAIS sont comptés", annonce la légende de la publication partagée 1 000 fois en quatre jours sur une page facebook ivoirienne.

Capture d'écran Facebook, réalisée le 01 septembre 2020

L’information a circulé sur les réseaux sociaux, cumulant ainsi plus de 2000 partages. Certaines publications annoncent "le début de la fin de la Françafrique”"(1).

Capture d'écran Facebook, réalisée le 01 septembre 2020

D’autres sont accompagnées d’une photo, sur laquelle un officier de l'armée à la peau blanche sert la main d’un officier malien devant un hélicoptère siglé "United Nations" avec le drapeau de la Russie (1,2,3).

Capture d'écran Facebook, réalisée le 01 septembre 2020

Rencontre entre un commandant français de l’opération Barkhane et un commandant des Forces armées maliennes

Une recherche d’image inversée avec la photo des deux hommes devant l'hélicoptère, mène à quatre liens dont deux pages Twitter avec le #Eigs (Etat Islamique au Grand Sahara). 

En parcourant le fil d’actualité correspondant à ce hahstag, on découvre un tweet d’un certain Julien Diallo.

Selon M. Diallo qui se décrit comme "spécialisé dans l’actualité du Mali, du Sahel, de la défense et de l’armée", la photo montrerait un commandant de Barkhane, l’opération militaire menée au Sahel et au Sahara par l’armée française avec le commandant des forces armées maliennes.

En se rendant sur le site officiel des forces armées maliennes (Fama), on retrouve la photo des deux hommes en tenue militaire. Elle illustre un article intitulé "Partenariat: le ComForce de Barkhane était au centre du Mali" et a été publié le 27 août 2020. 

Capture d'écran du site des Forces armées maliennes, réalisée le 01 septembre 2020

On y apprend que les deux hommes en question sont le général de division Marc Conruyt, à gauche, commandant de la Force Barkhane et Felix Diallo, colonel-major de l'armée malienne à droite. Toujours selon le site, la photo a été prise le 26 août.

Le général Marc Conruyt, capture d’écran de la page Facebook officielle de l’Opération Barkhane, réalisée le 01 septembre 2020

Il n’est mentionné aucun nom d’officier russe dans le compte rendu de cette rencontre. 

Par ailleurs, le drapeau russe sur l’hélicoptère en arrière plan derrière les deux officiers est trompeur. Selon les informations de l’AFP, la Russie est le premier fournisseur aéronautique des Nations Unies, il doit donc s’agir d'un prêt russe à l’ONU au titre de la contribution de chaque pays aux efforts de l’organisation. Sa présence sur ce tarmac de l’aéroport international de Mopti Ambodédjo à Sévaré, dans le centre du Mali, ne signifie pas qu’il transporte des militaires russes.

Les photos de la rencontre ont également été publiées sur le compte facebook des Forces armées maliennes puis partagées par le compte facebook de l’Opération Barkhane.

Capture d’écran Facebook, réalisée le 01 septembre 2020
Capture d’écran Facebook, réalisée le 01 septembre 2020

 

La Russie ne s’est pas opposée aux décisions ni de la Cédeao ni des Nations Unies

Les rumeurs d'une coopération entre le Mali et la Russie se multiplient sur les réseaux sociaux maliens et ouest africains. Elles circulent dans un contexte d’instabilité politique au Mali, après que des militaires armés se sont emparés du pouvoir le 18 août, faisant démissionner l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita.

L’ambassadeur russe au Mali, Igor Gromyko avait été le tout premier représentant étranger à avoir été reçu par les militaires. Bien avant la Cédéao et l'Union africaine qui ont tous deux condamné le putsch et voté un embargo commercial et financier contre le Mali. 

L’ONU avait également condamné ses actes. Tout comme la Russie, membre permanent.

A ce jour, aucune annonce de coopération entre le Mali et la Russie n’a été faite par Moscou à la date du 2 septembre, selon un journaliste de l’AFP. 

 
Daphné Benoît