Non, la Bulgarie n'a pas ouvert un barrage pour aider la Grèce à stopper les migrants

Copyright AFP 2017-2020. Droits de reproduction réservés.

De nombreux sites internet et comptes d'extrême droite affirment que "la Bulgarie a ouvert [lundi 9 mars] un barrage pour faire monter le niveau du fleuve Evros" et ainsi empêcher les migrants de franchir la frontière turco-grecque. Faux, selon le gouvernement bulgare. Des relevés au barrage d'Ivaylovgrad et des images satellites contredisent également cette affirmation.

"Les autorités bulgares, à la demande de la Grèce, ont ouvert le barrage d’Ivaïlovgrad, de sorte que le fleuve Evros qui délimite une majeure partie de la frontière gréco-turque soit en crue, plus difficile à traverser à pied (...) Voici un bel exemple de la solidarité européenne", écrit le site d'extrême droite FL24.

L'affirmation, relayée lundi 9 mars par la chaîne grecque Star TV, a été reprise le 11 mars par les sites Valeurs Actuelles et Fdesouche, par un porte-parole de Génération identitaire et par de nombreux sites anglophones, comme ici et ici.

Captures d'écran des sites fdesouche.com et fl24.net prises le 11/03/2020

 

"La Bulgarie n'a pas reçu de demande de la Grèce pour un lâcher contrôlé au barrage d'Ivaylovgrad", a déclaré à l'AFP Ivan Dimov, conseiller de la ministre bulgare des Affaires étrangères Ekaterina Zaharieva.

Ce barrage est situé sur la rivière Arda, affluent du fleuve Evros, à quelques kilomètres en amont de la frontière bulgaro-grecque, et à une trentaine de kilomètres à vol d'oiseau de la frontière gréco-turque.

"On n'observe pas de hausse du niveau du fleuve Maritsa au niveau de Svilengrad", ville bulgare située en aval, près de la frontière gréco-turque, affirme M. Dimov.

Des migrants sur les rives du fleuve Evros, côté turc, le 3 mars 2020 (Ozan Kose / AFP)

Le ministre bulgare de l'Environnement et de l'Eau, Emil Dimitrov, a également démenti mercredi sur la chaîne bulgare BTV (voir ici) avoir reçu une telle demande des autorités grecques. Le barrage d'Ivaylovgrad n'a pas été ouvert ces derniers jours, a-t-il affirmé.

"C'est une fake news (...). Personne n'a autorisé une telle chose. Je signe chaque mois un programme d'utilisation de l'eau libérée par les barrages", et ce document "est valable pour le mois en cours", a déclaré le ministre.

Les images utilisées pour illustrer la prétendue nouvelle remontent par ailleurs à plusieurs années.

La photo ci-dessous circulait déjà sur internet en février 2015 (voir ici).

Capture d'écran Twitter prise le 12/03/2020

Les images du tweet ci-dessous, reprises par la plupart des sites, dont Valeurs Actuelles, avaient déjà été diffusées par un site grec en juillet 2018 (captures d'écran ci-dessous à droite).

Captures d'écran Twitter et du site v4.deltatv.gr prises le 12/03/2020

Des relevés, disponibles sur le site du ministère bulgare de l'Environnement et de l'Eau, montrent eux que le niveau du barrage d'Ivaylovgrad a légèrement augmenté entre le 6 et le 10 mars, contredisant la thèse d'un lâcher d'eau massif le 9 mars.

"Barrage d'Ivaylovgrad : 120.161 millions de m3, soit 76,68% de son volume total", est-il écrit dans le relevé du 10 mars. Celui du 6 mars indique un niveau inférieur, avec 119.302 md'eau, soit 76,13% de sa capacité.

Une comparaison d'images satellites (disponibles sur le site Sentinel Hub) des 8 et 11 mars ne montre pas non plus de crue significative du fleuve Evros.

Un petit banc de sable, situé en aval du barrage et à 1,5 km en amont de la frontière turco-grecque, est notamment visible aux deux dates, bien que légèrement moins au 11 mars. Pour autant, un correspondant de l'AFP présent à la frontière gréco-turque à ces dates explique que la zone a connu d'importantes précipitations.

Captures d'écran du site Sentinel Playground prises le 12/03/2020

Des images satellites plus anciennes montrent que ce banc s'est réduit de manière nettement plus significative entre le 6 et le 8 mars, et que ce banc varie régulièrement - et fortement - en fonction du niveau du fleuve.

Le ministre M. Dimitrov a expliqué à la télévision bulgare qu'un lâcher d'eau au barrage d'Ivaylovgrad aurait fait monter le niveau du fleuve Evros durant quelques heures, mais n'aurait eu selon lui aucun effet durable susceptible de dissuader des migrants de tenter la traversée.

La Grèce possède en outre un barrage sur la rivière Arda (voir ici), affluent de l'Evros, a-t-il rappelé, suggérant que le pays aurait pu créer une crue artificielle sans l'aide de la Bulgarie.

Des milliers de migrants se sont rués vers la frontière terrestre turco-grecque, délimitée par le fleuve Evros, quand Ankara a annoncé le 28 février l'ouverture de ses portes à tous les demandeurs d'asile souhaitant rejoindre l'Europe. Des dizaines ont réussi à traverser le fleuve et à pénétrer sur le territoire grec.

Contacté mercredi 11 mars, le gouvernement grec n'avait pas répondu à nos questions.

Vessela Sergueva a contribué à cet article.

EDIT : mis à jour avec images satellites modifiées

EDIT 13/03/2020 : ajoute lien sauvegardé au 3e paragraphe 
Rémi Banet
 
Diana Simeonova